Chardons: piquants mais beaux

Leonie Hellbach Leonie HellbachKathrin Hofmeister Kathrin Hofmeister

Les chardons ont mauvaise réputation à cause de leurs piquants. Pourtant, il en existe de très belles espèces qui ne devraient manquer dans aucun massif fleuri. Nous vous présentons ici les plus beaux chardons d’ornement.

Chardon noble, panicaut (Eryngium)

Au moment de la floraison, le panicaut (Eryngium) attire de nombreux insectes.

Les chardons sont souvent éliminés en tant que mauvaises herbes: bien à tort, car de nombreuses espèces et variétés ont non seulement des fleurs magnifiques mais se comportent aussi de manière tout à fait civilisée dans un massif de vivaces. De plus, leur feuillage aux reflets argentés ou bleutés apporte de la variété dans les robes vertes des vivaces. Les chardons sont par ailleurs très faciles à entretenir et robustes et s’accommodent bien de la sécheresse et des sols maigres. Ils fleurissent en été mais sont aussi agréables à regarder en dehors de la période de floraison, surtout en hiver quand la gelée blanche fait étinceler les tiges montées en graines et que la neige les couronne d’un chapeau blanc. Ils méritent largement leur place dans les massifs de vivaces, ou les jardins de gravier ou de rocailles.

5 bonnes raisons de planter des chardons dans votre jardin
  1. Comme les chardons préfèrent les emplacements chauds et ensoleillés, ils s’accommodent très bien des sols maigres et de la sécheresse.
  2. La famille des chardons comprend une quantité d’espèces. Grâce à leur aspect expressif, les différents chardons s’associent bien à d’autres vivaces.
  3. Il n’y a pas que les fleurs du chardon qui soient extraordinaires. Les calices fructifères attirent également tous les regards dans les parterres en hiver.
  4. Les chardons en fleurs sont de véritables aimants à insectes car ils constituent une importante source de nourriture. En hiver, ce sont les oiseaux qui apprécient les graines des inflorescences.
  5. Grâce à leurs fleurs originales, les chardons sont parfaits pour réaliser de superbes arrangements floraux

Qu’est-ce que le chardon?

La notion de «chardon» recouvre de nombreuses plantes à piquants de différentes familles. Alors que les echinops (Echinops) et les panicauts (Eryngium) repoussent chaque année comme des vivaces, les carduus (Carduus), les cirses (Cirsium), les carlins acaules ( Carlina acaulis) et les chardons aux ânes ou onopordiums (Onopordum) n’ont qu’une courte durée de vie dans les jardins. La première année, les variétés dites bisannuelles forment une rosette de feuilles, l’année suivante, elles fleurissent puis meurent. Elles sont faciles à multiplier à partir de semences ou se chargent elles-mêmes de se reproduire par ensemencement. En dépit de leur courte durée de vie, certaines atteignent des tailles étonnantes. Le chardon aux ânes (onopordium) par exemple dépassent les deux mètres. Le chardon cardère qui est planté bien trop rarement est d’une beauté fascinante.

Panicaut-géant (Eryngium giganteum)

La gelée blanche ensorcelle les tiges du panicaut géant (Eryngium giganteum)

Le bon emplacement pour les chardons

Tous les chardons sont des adorateurs du soleil. Et presque tous préfèrent un emplacement plutôt sec et maigre. C’est aussi là que la couleur des espèces bleues est la plus belle. Mais par exemple, la cirse pourpre des ruisseaux qui préfère l’humidité est une exception. Le panicaut des Alpes préfère un sol frais, riche en humus et en nutriments.

Comment bien planter des chardons?

Accordez suffisamment de place aux grands chardons dans le parterre et ne les plantez pas de préférence au bord du chemin: ainsi ils n’entreront pas involontairement en contact avec leurs compagnons à piquants. Il faut prévoir 70 centimètres d’espace autour d’un échinops ou d’un panicaut à feuilles d’agave. Les panicauts plus petits ont besoin d’une distance de 40 à 50 centimètres avec leur voisin. Comme de nombreux chardons, ils se resèment très bien d’eux-mêmes. On peut profiter de cette caractéristique et laisser la nature travailler toute seule. Cela donne souvent les plus beaux paysages.

Panicaut géant dans un parterre de vivaces

A côté d’agapanthes, d’achillées et de véroniques, les fleurs du panicaut géant attirent tous les regards.

Les meilleures périodes pour planter les vivaces que sont les echinops et les panicauts géants sont le printemps et l’automne. Les espèces bisannuelles se sèment en été ou en fin d’été, de préférence directement en place, car les longues racines pivotantes sont difficiles à transplanter. Les chardons ne sont sensibles ni aux maladies ni aux parasites et n’ont par ailleurs pas besoin de soins particuliers. Si le sol est très argileux, il faut creuser le trou de plantation à une profondeur de deux hauteurs de bêche, bien l’ameublir et mélanger la terre avec du gravier grossier ou des gravillons. La taille ne doit se faire qu’en mars car en automne et en hiver, les chardons donnent une structure aux parterres de vivaces dégarnis.

Mises en scène: des plantes à associer avec des chardons

Panicault à feuilles planes et hélénies

Bonne association: Panicaut à feuilles planes ’’Blauer Zwerg’ (Eryngium planum), échinacées et graminées

Les chardons sont des plantes expressives qui n’attirent pas les regards seulement par leurs fleurs mais aussi par leur aspect général. Comme nous l’avons déjà expliqué, ce sont particulièrement les espèces bleues qui ressortent bien dans les emplacements ensoleillés. Les coloris bleus offrent un joli contraste quand la forme des fleurs se différencie fortement. C’est ainsi que le bleu acier du panicaut (Eryngium x zabelii) ressort bien sur le bleu de la lavande. Tous les chardons conviennent particulièrement bien aux emplacements ensoleillés et secs comme les massifs de gravier ou de prairie. Des plantes à grandes fleurs comme les rudbeckias, les échinacées, les achillées, les iris barbus ou les calliopsis forment un beau contraste. L’agastache, la spirée bleue et d’autres plantes à inflorescences en forme de cierge forment une jolie association. Avec leur coloris jaune-vert clair, les espèces d’euphorbes sont de bons compagnons: leur feuillage s’associe parfaitement au bleu acier du chardon noble. A côté des chardons plutôt rigides, les graminées apportent de la légèreté. D’autres plantes comme les fétuxes, les stipas, les boutelouas ou les amourettes ont des exigences comparables au chardon bleu ou au chardon noble.

Panicaut géant ’Ghost’ et saponaire ’Max Frei’

Associé à la saponaire ’Max Frei’, le panicaut géant ’Ghost’ fait une superbe impression dans un massif.

En revanche, le panicaut géant (Eryngium giganteum) avec ses capitules décoratifs en forme de boule dominant des bractées blanc argenté, ressort magnifiquement bien planté entre des achillées, des véroniques ou des agapanthes. Ces chardons à feuilles argentées apprécient d’ailleurs les emplacements ensoleillés au sol plutôt sec et maigre. Dans un jardin de gravier, la variété ’Silver Ghost’ se sent bien entre des saponaires ’Max Frei’. Cette variété bisannuelle de chardon se reproduit par auto-ensemencement. Cela fonctionne particulièrement bien sur des sols nus.

Les chardons sont également très appréciés des insectes et des oiseaux

Bourdons sur des fleurs de chardon

Les bourdons & Cie n’aiment pas seulement les echinops: toutes les espèces les attirent comme de puissants aimants.

Les chardons ne sont pas un plus dans le jardin uniquement d’un point de vue esthétique. Les chardons sont des plantes accueillantes pour les abeilles et une précieuse source de nectar pour les abeilles, les papillons et d’autres insectes. Si on veut faire quelque chose pour la protection des insectes, il est difficile de trouver une vivace plus généreuse: leurs fleurs attirent les insectes comme par magie.

Chardonneret sur un chardon

Avec son long bec, le chardonneret picore les graines dans les calices du chardon

Pendant les périodes froides, les oiseaux sont aussi contents de trouver d’innombrables graines dans les capitules floraux fanés. Ce n’est pas par hasard que le chardonneret a reçu ce nom. On peut souvent l’observer, posé de manière acrobatique sur un capitule, en train de retirer les graines à l’aide de son long bec. Les chardons sont sa nourriture principale. Et les capitules et les fleurs des différentes espèces de chardons ne sont pas les seules parties de la plante à intéresser une quantité d’insectes utiles: Leurs feuilles servent de nourriture à de nombreuses chenilles de papillons comme la vanesse du chardon. Plus tard dans l’année, des insectes s’installent dans les tiges creuses pour hiverner.

Chardon: de la plante médicinale à la fleur coupée

Carlina commune (Carlina vulgaris) et chardon-Marie (Silybum marianum)

Le monde des chardons a encore bien plus à offrir: Le chardon-Marie n’est pas recherché uniquement pour son feuillage décoratif moucheté de vert et de blanc. Les graines de ce chardon sont utilisées pour soulager les troubles hépatiques. Le carthame (Carthamus tinctorius) produit de l’huile de cartharme bonne pour la santé riche en acides gras polyinsaturés. Ses fleurs jaunes remplacent le safran coûteux pour teindre la laine et la soie. La carline acaule (Carlina acaulis) est un prophète météorologique: Par mauvais temps, la fleur reste fermée. Comme pour la carline commune bisannuelle, ses fleurs sont recherchées pour les bouquets de fleurs séchées.

Chardons pour des bouquets ou des compositions florales

Art floral avec des chardons

Les capitules de différentes espèces de chardons permettent de faire de belles compositions

Les fleurs et les capitules bizarres des chardons éveillent l’imagination des fleuristes et des décorateurs amateurs. On peut ajouter des fleurs fraiches de chardons à des bouquets de fleurs d’été ou utiliser les capitules séchés dans des compositions florales. Pendant l’Avent, une peinture argentée en spray leur donne un brillant raffiné. Un plateau rempli de différentes capitules floraux est simple mais d’un bel effet. Coupez les echinops avant que les premières fleurs ne s’ouvrent et accrochez toutes les espèces de chardons la tête en bas pour les faire sécher.

Chardon noble

Panicaut des Alpes ’Blue Star’ (Eryngium alpinum)

Comparé aux echinops, le panicaut des Alpes ’Blue Star’ (Eryngium alpinum) a des fleurs plus tôt petites, mais très nombreuses.

Parmi les chardons nobles, appelés aussi panicauts, on trouve des formes horticoles surprenantes. Chez elles, une couronne des feuilles piquantes met les capitules en scène. Elle est particulièrement développée chez le panicaut des Alpes (Eryngium alpinum). Un grand classique est le petit panicaut ’Blaukappe’ (Eryngium planum) qui enrichit les parterres de ses capitules d’un bleu métallique. Cette variété atteint environ 70 centimètres de haut. Le panicaut géant (Eryngium giganteum) a à peu près la même taille mais des fleurs argentées nettement plus grosses. A la différence des autres chardons nobles, il est seulement bisannuel. Tous les chardons nobles demandent un emplacement ensoleillé et un sol perméable, plutôt sec.

Echinops

Oursin à tête ronde (Echinops sphaerocephalus)

L’oursin à tête ronde (Echinops sphaerocephalus) porte des têtes rondes blanches au léger reflet argenté.

Les echinops (Echinops) ont des têtes rondes parfaitement formées et n’ont rien à envier à n’importe quel ail ornemental. La variété ’Taplow Blue’ (Echinops bannaticus) qui peut atteindre 120 centimètres de haut est particulièrement connue et forme de nombreux capitules en boule d’un bleu intense. ’Arctic Glow’ (Echinops sphaerocephalus) constitue une bonne alternative en blanc. L’Azurite (Echinops ritro) un peu plus petite est moins exigeante. Elle se contente même du sol le plus maigre. Sur des sols riches en nutriments ou humides, tous les chardons sont peu stables, en revanche, un sol plutôt sec et pauvre en nutriments est idéal. Dans ces conditions d’emplacement, on peut les associer à merveille à d’autres vivaces qui aiment la sécheresse comme l’achillée, l’aunée, la knautia pourpre ou le gypsophile. Des herbacées comme les fétuxes et les stipas sont également de superbes compagnons.

Cirse pourpre des ruisseaux

Cirse pourpre des ruisseaux (Cirsium rivulare)

Cirse pourpre des ruisseaux (Cirsium rivulare)

Ce chardon sort un peu du rang. Son coloris rouge foncé est déjà inhabituel. Alors que la plupart des chardons préfèrent des sols secs, la cirse pourpre des ruisseaux (Cirsium rivulare) apprécie l’humidité naturellement présente sur les rives des ruisseaux et dans les prairies humides. Pour un chardon, elle est étonnamment peu piquante. Comme cette variété sauvage produit beaucoup de semence, il faut donc choisir pour un jardin la variété stérile ’Atropurpurerum’. De bons compagnons qui ont aussi besoin de sols humides sont la populage des marais, la lysimaque et l’iris de Sibérie. Les jardiniers et les bourdons profitent des fleurs: comme elles sont stériles, leur floraison est particulièrement longue et elles offrent beaucoup de nectar aux insectes utiles bourdonnants.

Chardon-Marie

Chardon-Marie (Silybum marianum)

Chardon-Marie (Silybum marianum)

Ses feuilles veinées de blanc font du chardon-Marie (Silybum marianum) haute d’environ 150 centimètres une plante d’ornement inhabituelle. La deuxième année, elle affiche des fleurs bleu magenta, puis elle meurt. Pour continuer à la cultiver, on peut récolter quelques graines. Mais en règle générale, le chardon-Marie se reproduit lui-même, souvent même abondamment. Il faut éliminer les repousses excédentaires des parterres avant qu’elles ne forment des feuilles piquantes. Le chardon-Marie est une plante utile et médicinale connue de longue date. Aussi bien les feuilles que les racines et les fleurs sont comestibles. Mais de nos jours, c’est la silymarine, le complexe de substances actives contenu dans les graines, qui est bien plus important. On l’utilise contre les affections du foie. Le chardon-Marie est d’ailleurs ainsi nommé parce que la légende dit que le remarquable motif blanc sur ses feuilles vient du lait de la Vierge Marie. Rien d’étonnant alors qu’on attribue à cette plante la faculté de stimuler la production de lait des femmes qui allaitent.

Cardère

Cardère sauvage (Dipsacus fullonum)

La cardère sauvage (Dipsacus fullonum) est une plante mellifère précieuse qui compte parmi les chardons

Les cardères sont des plantes imposantes qui peuvent atteindre jusqu’à trois mètres de haut. Les capitules floraux sont aussi grosses en proportion. Comme la cardère sauvage (Dipsacus fullonum), les autres espèces ouvrent leurs bourgeons en forme d’anneau. Chez la cardère à foulon (Dipsacus sativus), les pointes des capitules sont recourbées en crochets. Cette caractéristique piquante était utilisée autrefois pour lainer les étoffes et les rendre plus souples. Les capitules étaient percés et tendus sur ce qu’on appelait des cardeuses à main ou des rouleaux à carder.

Cultiver soi-même des chardons est amusant.

Georg Uebelhart, Jelitto Graines de vivaces

Notre expert Georg Uebelhart propose des chardons à semer dans la gamme de son entreprise Jelitto Graines de vivaces

Quels sont les chardons à recommander pour les débutants?

La variété Eryngium ’Blaukappe’ est facile à cultiver à partir de semences. L’echinops bannaticus ’Blue Glow’ bleu acier est incontournable dans un jardin. Et si on aime les fleurs blanches, il faut choisir l’echinops niveus ’Arctic Glow’.

Comment cultiver les chardons bisannuels comme le panicaut géant?

Les chardons bisannuels se prêtent généralement à des semis directement en place en fin d’été ou au printemps. Le panicaut géant est une plante qui a besoin de froid avant de germer et il faut donc le semer en automne. Les graines qui ne germent pas immédiatement peuvent rester sans problème une année supplémentaire en terre et pousseront par la suite.

Et comment fait-on des semis de chardons?

En jetant d’un geste précis une poignée de semences à l’endroit où les chardons bisannuels doivent pousser. Il faut veiller à semer pendant au moins deux ans de suite pour obtenir une floraison chaque année, ou jusqu’à ce que suffisamment de pieds se soient installés.

Est-ce qu’il est difficile de transplanter des chardons?

Les chardons forment des racines pivotantes. Les plantons assez petits peuvent être transplantés délicatement. Moins la racine est blessée, plus l’enracinement est assuré. N’oubliez pas que les chardons ont aussi besoin d’eau après la plantation pour bien s’enraciner.

Vous qui êtes un amateur convaincu de chardons, avez-vous un favori?

Je suis tout à fait enthousiasmé par une famille encore peu connue originaire d’Afrique. Elle s’appelle Berkheya et a des fleurs très grosses pour un chardon, semblables à des tournesols, et un feuillage très piquant. Très étonnamment, les variétés Berkheya purpurea et Berkheya multijuga en couleur jaune d’or sont très rustiques chez nous. Il est possible que le réchauffement climatique leur soit également favorable.

Comment avez-vous trouvé cet article?