Sujets

Papillons

Ulrike Hanninger Ulrike Hanninger

Les papillons constituent l’un des plus grands ordres d’insectes. Découvrez ici tout ce qu’il faut savoir sur les papillons hauts en couleur.

Généralités

Les papillons (Lepidoptera) sont présents presque dans le monde entier. Il en existe plus de 160 000 espèces et environ 100 familles, ce qui en fait l’un des plus grands ordres parmi les insectes. Les régions tropicales et subtropicales abritent la plupart des papillons, il n’y a que dans les régions les plus froides de la terre, par exemple en Antarctique, qu’on ne les trouve pas. En Allemagne, il en existe environ 3 700 espèces. Selon des études récentes, les papillons peuplent la terre depuis déjà 201 millions d’années. Pour les chercheurs, cette durée remarquablement longue s’explique par l’incroyable capacité d’adaptation des insectes volants. Ce qui rend les papillons si populaires, à savoir leur aspect varié et haut en couleur, est en réalité une forme parfaite d’adaptation naturelle. Les papillons de couleur foncée peuvent stocker même le plus petit rayon de soleil. D’autres, principalement les papillons dans les tons naturels et de terre, sont parfaitement camouflés et échappent ainsi aux prédateurs. D’autres encore mettent leur environnement en garde par des couleurs vives ou des motifs originaux (très dissuasifs pour les autres animaux: des yeux artificiels tels que ceux du paon-du-jour par exemple) et le tient ainsi à distance. La durée de vie des papillons va généralement de quelques heures (psychés) à presque une année (par exemple le citron).

Sources de nourriture et habitats

Les habitats naturels des papillons sont les prairies relativement préservées, les champs en friche mais aussi les plantes herbacées sauvages et les buissons ainsi que les forêts mixtes. Ils préfèrent les emplacements ensoleillés et une flore variée. La principale nourriture est le nectar, mais les insectes se nourrissent également de pollen, miellat, sève des arbres ou fruits blets. Certaines espèces mangent aussi la terre humide, les excréments ou charognes. Avec les bons végétaux pour papillons, vous pouvez vous aussi transformer votre jardin en un jardin pour papillons et offrir une précieuse nourriture aux insectes.

Anatomie du papillon

Le squelette externe du papillon est composé de chitine. Les différentes plaques de chitine sont disposées en anneaux et reliées par des membranes articulaires. Antennes et pattes, qui sont également constituées d’anneaux, sont qualifiées d’appendices. Comme chez la plupart des insectes, le corps est divisé en trois tronçons: la tête (caput), le thorax et l’abdomen.

Sur la tête se trouvent deux antennes ainsi que les mandibules. Les antennes diffèrent selon la famille, souvent aussi selon le sexe. De par leur forme, elles ressemblent à des crêtes, des lobes ou des fils. Elles sont couvertes de soies spéciales par lesquelles les insectes perçoivent les odeurs. Les mandibules sont uniques dans la nature. Les mâchoires supérieures des papillons sont presque toujours entièrement résorbées. A la place ils disposent d’un canal d’aspiration (trompe) par lequel il peuvent absorber uniquement de la nourriture liquide. Quand elle n’est pas utilisée, la trompe est enroulée. Les yeux à facettes des papillons sont composés de jusqu’à 30 000 structures unitaires hexagonales (ommatidies).

Moro-sphinx

Le moro-sphinx possède une trompe très longue, idéale pour accéder au nectar dans les calices des fleurs profonds

Les organes moteurs, c’est-à-dire les pattes et les ailes, partent du thorax qui est composé de trois segments. Les pattes portent des griffes. Les papillons doivent leur aspect remarquablement beau aux écailles sur leurs ailes qui sont en fait des soies fortement aplaties. Elles contiennent des pigments de couleur. Mais les motifs colorés viennent principalement de la disposition fine, nervurée des écailles qui, par la lumière ou la réflexion, fait apparaître les insectes aussi colorés. C’est aussi à ces écailles que les papillons doivent leur nom scientifique: lépidoptère signifie ailes avec écailles. De nombreux papillons ont en outre des écailles parfumées sur leurs ailes qui attirent les partenaires sexuels. Dans les familles de papillons les plus développées, comme les arctiinaes, deux organes d’audition, spécialisés dans les sons de la plage ultrasonique, sont situés en plus sur la partie arrière du thorax. Ils permettent aux insectes, à l’activité principalement nocturne, de percevoir les chauves-souris et de leur échapper.

L’abdomen abritent les organes internes, c’est-à-dire le cœur, des parties de l’intestin et du système nerveux ainsi que les organes de reproduction et différentes glandes. C’est là aussi que sont formées les substances parfumées qui attirent les partenaires sexuels potentiels.

Stades de développement des papillons

De l’œuf au papillon, les papillons passent par une complète métamorphose. Ils changent plusieurs fois de forme et se montrent comme chenilles, chrysalides et pour finir comme papillons. L’insecte adulte est appelé imago.

Les papillons femelles pondent en moyenne 100 à 300 œufs. Ceux-ci ont de nombreuses formes différentes: ils peuvent être ovales, ronds demi-ronds, mais aussi oblongs ou lenticulaires. Leur diamètre est d’environ 0,5 à 2 millimètres. La coque des œufs est très dure et affiche souvent un dessin régulier. La couleur est d’abord blanche, mais, juste avant l’éclosion, devient noir ou bleu foncé. Les œufs sont pondus séparément ou en groupes semblables à des tas, le plus souvent sur la face inférieure des feuilles des végétaux.

Machaon au stade de chenille

Même au stade de chenille, le machaon ne passe pas inaperçu au jardin

Les chenilles de papillons ont un torse divisé de façon homogène, composé de la tête et de 14 segments. Les trois derniers anneaux forment la plupart du temps un segment anal homogène. La carapace en chitine de la tête est plus solide que le reste. Sur le dessous se trouvent à droite et à gauche respectivement 6 yeux simples (stemmates). Dessus se trouve une paire d’antenne, devant les mandibules. Les trois premiers anneaux représentent le torse d’où partent respectivement une paire de pattes. Sur le dos il y a une corne post-abdominale robuste. Sur les côtés se trouvent les stigmates, c’est-à-dire des ouvertures comme des pores qui conduisent dans le système respiratoire des papillons et alimentent ainsi les différents organes en oxygène. Ils constituent pour ainsi dire les poumons des insectes volants.

La chrysalide d’un papillon ressemble à une momie presque immobile. C’est à l’intérieur de ce stade de repos qu’a lieu le processus de métamorphose de la chenille en papillon (vous trouverez l’anatomie du papillon plus haut).

Ennemis naturels

Selon leur stade de développement, les papillons sont exposés à de nombreux ennemis différents. Ils sont très souvent attaqués par des passereaux insectivores comme les mésanges charbonnières et les mésanges bleues, ou par les araignées qui vont dans leur nid. Mais, outre les araignées tisseuses, les araignées-crabes représentent aussi un grand danger pour les papillons. Pour partie, elles sont en mesure de s’adapter à la couleur de leurs fleurs préférées et ainsi, parfaitement camouflées, de guetter les insectes. Guêpes et frelon européen sont considérés également comme des ennemis naturels. La guêpe (Lestica subterranea) chasse surtout les petits papillons et les paralyse avec une piqure dans le système nerveux. Ensuite, transporter sa proie dans son nid est pour elle un jeu d’enfant. Les ammophiles des sables ne mangent les papillons qu’au stade de chenille. Toutefois, ce sont les parasites qui ont la plus grande influence sur la population des papillons. Ichneumonidae ou braconidae par exemple se développent aussi bien dans les œufs que dans les chenilles et les chrysalides des papillons. Elles tuent leur hôte à chaque fois. Il existe en outre quelques espèces de mouches parasitaires qui se sont spécialisées dans les papillons. Bien que les parasites soient en mesure de réduire nettement le nombre de papillons, ils maintiennent aussi l’équilibre naturel de la population, et sont donc importants pour l’ensemble de l’écosystème.

Hibernation

Chrysalide

Le machaon hiberne sous forme de chrysalide, fermement accrochée à une plante

Les papillons comptent parmi les organismes vivants poïkilothermes, c’est-à-dire: leur température corporelle est adaptée à la température extérieure respective. En hiver, ils cherchent des cachettes pour se protéger du froid et du gel. Au jardin cela peut être des tas de feuilles qui n’ont pas été totalement débarrassés à l’automne, mais aussi des remises ou des cabanes de jardin non chauffées. Paon-du-jour, vulcain ou petite et grande tortue hibernent dans des creux d’arbres ou des abris ou remises froides. Le polygonia c-album, tout comme le citron, survit à l’hiver totalement à l’extérieur, mais cherche parfois aussi refuge dans des cavités des arbres. En hiver, le citron adopte une position de repos originale en rabattant ses ailes vers le haut. Intérieurement, il concentre ses fluides corporels et diminue ainsi le point de gel. Grâce à la faible température du corps, toutes les fonctions corporelles sont également réduites à un minimum. C’est dans cette rigidité hivernale que de nombreux papillons survivent à la saison froide. Toutefois, la plupart surmonte le froid, comme la thècle du bouleau, au stade d’œuf ou de chenille ou chrysalide. Ils sont ainsi mieux protégés.

Menace et protection

Nombre de papillons sont aujourd’hui menacés et font partie des espèces protégées. Cela tient aux changements de l’environnement et à la disparition de leurs habitats naturels. La faute en revient aux nombreux assèchements de régions humides, à une intensification de l’agriculture avec l’utilisation de pesticides qui l’accompagne ainsi que la sylviculture et la reforestation des prairies maigres. De plus, les surfaces bâties et routières continuent sans cesse de s’étendre. Pollution lumineuse, par exemple l’éclairage public, ainsi que la disparition des sources de nourriture font le reste.

Avec des prairies fleuries, des parterres de fleurs sauvages et un tas de feuilles ici ou là au jardin, les jardiniers peuvent agir personnellement contre cette évolution. Ci-après vous trouvez une sélection de papillons autochtones ainsi que leurs plantes préférées avec lesquelles vous pouvez très facilement attirer dans votre jardin les insectes utiles.

Espèces de papillons

Belle-Dame

Chenille de Belle-Dame

Les chenilles de la belle-dame sont couvertes d’épines poilues

Les papillons migrateurs se montrent d’avril à septembre au jardin. Au printemps, ils viennent parfois chez nous en provenance d’Afrique du nord - ils se laissent porter par le vent au-dessus de la mer Méditerranée et des Alpes. A leur arrivée, les belles-dames ont pour partie parcouru jusqu’à 4000 kilomètres. Cette espèce de papillon n’est pas difficile et adore les fleurs d’été comme la lavande, le phlox et les chardons. Le papillon belle-dame pond ses œufs également sur les chardons ou aussi les orties qui servent de nourriture aux chenilles. Avec sa taille de 5 à 6 centimètres, il fait partie des plus grands papillons diurnes que nous pouvons observer chez nous.

Paon-du-jour

Paon-du-jour

Le motif en œil du paon-du-jour dérange les prédateurs et protège le papillon des attaques

Avec son motif semblable à un œil sur ses ailes, le paon-du-jour réussit à dissuader ses prédateurs tels que les oiseaux. Ce papillon se rencontre assez souvent chez nous. Comme il hiberne au stade adulte, on le voit tôt dans l’année. Au printemps, le paon-du-jour butine les saules, tussilages et pissenlits, plus tard entre autres aussi le buddleia, le trèfle, le chardon et les centaurées. Il y a jusqu’à trois générations chaque année. Les chenilles à points noirs-blancs se régalent des feuilles d’ortie.

Citron

Citron

Le citron est l’un des papillons à la plus grande longévité chez nous

Normalement, les papillons n’ont droit qu’à une courte vie de quelques semaines, mais le citron vit presque une année. On le rencontre au jardin déjà en février. Les mâles sont d’un jaune éclatant, les femelles blanc verdâtre. Parmi leurs fournisseurs de nectar se trouvent les cirses, les plumes du Kansas, la salicaire commune et le buddleia. Les chenilles vertes parfaitement camouflées mangent exclusivement la bourdaine où elles se métamorphosent aussi.

Moro-sphinx

Ce fascinant papillon de nuit est le «colibri» parmi les papillons. Avec sa longue trompe (cf. photo plus haut) il butine les fleurs aux calices profonds principalement dans les ténèbres du matin et du soir. Dans un vol bourdonnant, il va sur les géraniums ou les phlox et arrive ainsi à plus de 100 fleurs en cinq minutes. Les moro-sphinx viennent du bassin méditerranéen, mais hibernent de plus en plus aussi dans le sud de l’Allemagne. Les chenilles aiment les gaillets comme l’aspérule.

Aurore

Aurore mâle

Les ailes de l’aurore mâle ont des pointes orange éclatant

Quand, au printemps, la cardamine des prés fleurit, le petit papillon aurore n’est pas loin. Comme l’alliaire officinale, cette fleur sauvage ne fournit pas que du nectar aux chenilles mais elle les nourrit également. Celles-ci forment des chrysalides droites et c’est aussi à ce stade qu’elles hibernent. Comme les végétaux dont il se nourrit ne se trouvent qu’au printemps, le papillon est visible seulement d’avril à juin.

Zérène du groseillier

Zérène du groseillier (Abraxas grossulariata)

A cause de son motif original, la zérène du groseillier (Abraxas grossulariata) est aussi appelée «Arlequin»

La zérène du groseillier a été élue papillon de l’année en 2016 par la Fédération allemande pour l’environnement et la protection de la nature. Le recul des forêts alluviales ainsi que les monocultures croissantes dans la forêt privent de plus en plus le papillon menacé d’espace vital. La zérène du groseillier doit le surnom «Arlequin» au motif coloré sur ses ailes. Les papillons adultes consacrent leur vie à la seule reproduction et ne prennent aucune nourriture. Les plantes vivrières des chenilles sont les groseilliers à maquereau et les groseilliers. Pour préserver l’espèce, il est recommandé de renoncer totalement aux pesticides également dans son jardin.

Grand sphinx de la vigne

Chenille du grand sphinx de la vigne

La chenille du grand sphinx de la vigne exhibe des ocelles qui la protège de ses ennemis

Les amoureux de fuchsias ne connaissent que trop bien les chenilles de jusqu’à 8 centimètres de long aux ocelles frappantes sur la tête, car la descendance du grand sphinx de la vigne aime ces plantes en pot. Mais elles aiment aussi les épilobes ou l’impatiente glanduleuse. Les papillons de nuit se rencontrent de juin à août sur les bords de rivières et ruisseaux, les jeunes plantations forestières, mais aussi dans les jardins où il aspirent le nectar de différentes fleurs.

Petite tortue

Petite tortue

La petite tortue se trouve dans de nombreux jardins

Le papillon le plus souvent de couleur rouge orangée et aux jolis motifs originaux fait partie chez nous des papillons diurnes les plus connus. Là où les orties peuvent s’étendre dans les endroits ensoleillés, la petite tortue femelle pond ses œufs sur les extrémités des tiges de la plante vivrière. Les chenilles foncées se reconnaissent facilement aux doubles zébrures jaunes. Les jardiniers peuvent voir le papillon dès le mois de mars, car il hiberne au stade adulte et devient actif aux premiers rayons chauds du soleil. Parmi les végétaux du jardin, il aime particulièrement l’eupatoire et le sedum.

Piéride du chou

Chenille de la piéride du chou

Au potager, la chenille de la piéride du chou peut causer d’importants dégâts et détruire la totalité de la récolte de choux

La piéride de la rave est peu appréciée au potager. Elle pond ses œufs en avril et en juillet de préférence sur les feuilles des choux. Après l’éclosion en juin, les chenilles d’environ 2,5 centimètres peuvent causer d’importants dégâts dans les planches de légumes. Le papillon lui-même hiberne comme chrysalide et se régale des fleurs violettes, par exemple de lavande, de l’origan ou du trèfle des prés.

Machaon

Les machaon fait sans aucun doute partie des plus beaux papillons indigènes (cf. photo de première page). L’été, on le voit planer au-dessus des prairies riches en espèces. Au jardin, il aime beaucoup le buddleia entre autres. Les femelles pondent leurs œufs séparément sur des plantes vivrières pour chenilles comme l’aneth, la carotte ou le fenouil. Les grandes chenilles sont magnifiques au dernier stade de leur développement. Elles s’exhibent alors dans un vert frais avec des zébrures rouges-noires.

Lycénidé

Lycénidé

Les différentes espèces de lycénidés se montrent dans des nuances de bleu différemment fortes

Les couleurs de l’argus bleu mâle sont particulièrement lumineuses. En vol, elles se voient de loin. Le papillon se nourrit du nectar du lotier corniculé qui sert en même temps de plante vivrière à ses chenilles vertes.

Comment avez-vous trouvé cet article?