Sujets

Bambou

Le bambou offre un formidable point de mire, que ce soit au jardin ou en bac sur le balcon et la terrasse. Nous vous donnons ici un aperçu des différentes espèces de bambou et vous expliquons à quoi il faut faire attention lors de la plantation et de l’entretien.

Origine

Le bambou appartient à la famille des graminées (poacées) et est apparenté à des espèces de céréales comme le blé, l’avoine, le riz ou le maïs, mais également aux graminées du gazon. Par conséquent on parle aussi de «tige de bambou» - même si elle mesure plus de 20 mètres de haut, car, sous nos latitudes, le bambou peut parfois atteindre la hauteur d’un arbre. La variété des espèces de bambou est immense. Il en existe 47 espèces avec plus de 1000 variétés. On distingue quatre groupes: Le bambou nain (jusqu’à 1,5 mètre de haut), le petit bambou (1,5 à 3 mètres), le bambou moyen (3 à 9 mètres) et le bambou géant (plus de 9 mètres). Le genre tropical Gigantochloa appartient au groupe des bambous les plus grands: ses espèces forment des tiges de jusqu’à 40 mètres de haut! Parmi les espèces de bambou plus hautes, à tiges épaisses, le genre Phyllostachys est le plus important en Europe centrale. En allemand, les végétaux sont le plus souvent appelés «bambous à chaumes comprimés», parce que leurs tiges sont nettement aplaties sur un côté. C’est en cela qu’ils se différencient des genres de bambou, également souvent utilisés dans l’aménagement des jardins, le bambou parapluie (Fargesia), Arundinaria et Sasa.

Le véritable bambou (Bambusa) ne résiste pas suffisamment au froid sous nos latitudes. En Extrême-Orient, la principale région de diffusion de la plupart des espèces, le bambou revêt une telle importance qu’on peut légitimement le qualifier d’emblème culturel. On en fait non seulement des charpentes et des échafaudages, mais aussi des meubles, clôtures, conduites d’eau, revêtements de sol, récipients, cordes, vêtements et baguettes pour manger. En outre, ses jeunes pousses sont un aliment important. Le nom botanique «bambou» n’existe que depuis 1753, il a été dérivé du mot indien «Mambu» par le naturaliste suédois Carl von Linné.

Aspect et port

En Europe centrale, les espèces à la croissance vigoureuse comme Phyllostachys viridiglaucescens peuvent atteindre des hauteurs jusqu’à 10 mètres et un diamètre de canne de 7 centimètres - et cela, en l’espace d’une saison! Car contrairement aux arbres et arbustes, chaque tige pousse l’année du bourgeonnement jusqu’à sa hauteur définitive et reste ensuite inchangée pendant plusieurs années. Cela ne se produit toutefois pas du jour au lendemain: les plantes ne forment leurs cannes les plus longues et les plus robustes qu’après 15 à 20 ans. Le bambou pousse à une vitesse fulgurante non seulement en hauteur, mais également en largeur. Chez de nombreux bambous, les rhizomes se propagent sous terre. Si l’on n’y prête pas attention, la haie de bambou, plantée à l’origine comme brise-vue, devient alors en clin d’œil une bambouseraie! Aussi belle soit la plante: il n’est pas certain que les voisins partagent votre passion. C’est pourquoi, à la plantation de la plupart des espèces de bambou, il faut installer une barrière anti-rhizomes stable. Exception: le bambou parapluie forme des rejets tellement courts que la plante garde son port touffu jusqu’à un âge avancé.

Les cannes des graminées géantes sont creuses et peuvent atteindre un diamètre jusqu’à 30 centimètres chez les espèces tropicales. Toutefois sous nos latitudes, elles deviennent rarement plus épaisses que 5 centimètres. Les anneaux (nœuds) renflés, régulièrement disposés, divisent les tiges en segments (entrenœuds). Les nœuds plats servent à la stabilisation. Quand on ne connaît le bambou que transformé, on pourrait croire que la surface des cannes est vernie. C’est une illusion: par nature, le bambou possède cette protection perméable et résistante aux intempéries qui le protège même du feu et de nombreux produits chimiques.

Bambou Phyllostachys

Différents bambous Phyllostachys (de gauche à droite): Phyllostachys vivax ‘Aureocaulis’, Phyllostachys aureosulcata, Phyllostachys bissetii et Phyllostachys nigra

Les bambous Phyllostachys sont persistants, avec des feuilles vert clair, lancéolées, sur des tiges secondaires courtes et possèdent, selon l’espèce et la variété - en Allemagne, environ 20 sont disponibles - des cannes vertes, jaunes, noires ou à motif vert-jaune. De plus, en cas de fort rayonnement solaire, les cannes de certaines espèces prennent une couleur rouille. Les cannes de bambou sont des petits chefs d’œuvre de la nature qui se balancent à la moindre brise ce qui leur confère, malgré leur taille, un aspect filigrane, léger comme l’air.

La fleur de bambou est un phénomène jusqu’à aujourd’hui: les bambous parapluie ne fleurissent que tous les 70 ans environ et meurent ensuite. Les espèces traçantes, comme le Phyllostachys, exhibent des fleurs le plus souvent à intervalles plus courts et ont ainsi des chances de survie nettement meilleures. Les espèces de bambou Phyllostachys présentent l’inconvénient d’être très envahissantes: juste sous la surface du sol, elles forment des rhizomes lignifiés dans toutes les directions, à partir desquels poussent de nouvelles tiges à intervalles réguliers. Elles peuvent conquérir ainsi plusieurs mètres carrés en seulement quelques années si on ne les en empêche pas avec de solides barrières anti-rhizomes en plastique très résistant.

Digression: La grande mort du bambou
La floraison des espèces de bambou parapluie est soumise, comme déjà évoqué, à un cycle d’environ 70 à 80 années. Le bambou meurt après la floraison. Les graines donnent naissance ensuite à une nouvelle génération de bambou qui se met à nouveau à fleurir 70 ans plus tard. Après la grande floraison du Fargesia, qui fit mourir presque tous les bambous parapluie en Europe centrale au tournant du millénaire, une pépinière avait cultivé de nouvelles plantes à partie des graines. Ces nouvelles plantes furent ensuite multipliées mille fois en laboratoire en peu de temps par culture de méristèmes et commercialisées sous différents noms de variétés.

Il s’est avéré rapidement que les nouvelles variétés de bambou parapluie recommençaient à fleurir après peu de temps. Quelques experts supposent que la méthode de multiplication particulière a déréglé l'horloge biologique des bambous, d’autres croient que des tissus de plantes qui n’avaient pas encore fleuri ont été pris par erreur pour la multiplication. Les procédures provoquèrent une grande incertitude parmi les jardiniers amateurs: Personne ne savait s'il avait maintenant remplacé son bambou parapluie mort par un spécimen capable de fleurir, ou si son nouveau bambou allait connaître le même sort après peu de temps. Entretemps, ce problème est résolu car les pépinières multiplient à nouveau leurs espèces Fargesia par division classique à la main.

Emplacement et sol

La plupart des espèces de bambou ne sont pas très exigeantes quant au sol. Elles poussent sur des sols sableux, argileux et même tourbeux humifères tant qu’ils ne sont ni secs ni gorgés d’eau. Ces graminées sont tolérantes aussi en ce qui concerne aussi le pH. Les bambous Phyllostachys aiment un emplacement ensoleillé et chaud au jardin, à l’abri des vents d’est froids qui peuvent faire sécher les feuilles en hiver. Mais les plantes s’accommodent aussi de la mi-ombre.

Planter les bambous

Barrière anti-rhizomes pour bambou

Toutes les espèces de bambou Phyllostachys ont besoin d’une solide barrière de rhizomes

Avant de planter votre bambou, il est important de savoir de quelle espèce il s’agit. Ne plantez jamais un bambou Phyllostachys sans barrière anti-rhizomes posée correctement, sinon vous le regretteriez après seulement quelques années. Utilisez uniquement les véritables barrières anti-rhizomes en polyéthylène haute densité robuste de 2 millimètres (PEHD). La barrière en rouleau de 70 centimètres de large est vendue au mètre et vissée en anneau avec un rail en métal spécial. Prévoyez au moins 2 mètres de diamètre pour que le bambou ne flétrisse pas et laissez dépasser les 5 centimètres supérieurs, de cette façon vous pourrez voir immédiatement si un rhizome passe au-dessus de la barrière.

Conseil: Il existe un genre de bambou persistant qui ne forme pas de rejets, le bambou parapluie (Fargesia). Les espèces Fargesia murielae et Fargesia nitida font partie des petits représentants avec environ 3 mètres de hauteur. Toutefois, leurs cannes aussi sont plutôt fines et pas aussi originales que celles des bambous Phyllostachys, également vivaces, à la croissance vigoureuse. A la plantation d’une haie de bambous, prévoyez que les plantes ont besoin d’au moins un mètre en largeur. Ameublissez le sol en profondeur et amendez-le avec du compost mur ou des feuilles mortes décomposées. En cas de sécheresse, arrosez la haie de bambous en temps voulu car, à cause de la limitation sur les côtés par la barrière anti-racines, le sol sèche légèrement.

Comparaison des racines de bambous
Comparaison entre les racines du Phyllostachys (à gauche) et du Fargesia: l’un forme de longs rejets, l’autre reste compact

Les espèces à croissance faible conviennent principalement à la culture en bac, comme la variété de bambou parapluie ’Bimbo’ jusqu’à 1,50 mètre de haut. Par contre, les bambous traçants à croissance vigoureuse ont besoin au moins d’un pot de format seau de maçon, sinon ils souffrent rapidement de sécheresse et végètent. Un massif surélevé en maçonnerie, en contact avec la terre en dessous, est encore mieux, l’eau n’y stagne pas facilement et la plante est en plus alimentée par capillarité ascendante. Des bambous moins connus comme les espèces du genre Indocalamus de jusqu’à 2 mètres de hauteur, à grandes feuilles sont aussi très décoratifs dans de grands bacs. La règle de base est que le diamètre du contenant soit au moins trois fois plus grand que le diamètre de la motte.

Bambou en bac

En bac, il n’y a aucun risque que le bambou se répande

Conseils d’entretien des bambous

Les différentes espèces de bambou ne nécessitent pas de soins particuliers. Comme la plupart des graminées, leur besoin en potassium et en azote est assez élevé. Par conséquent, fertilisez votre bambou chaque printemps avec un engrais spécial bambous. A la place, vous pouvez aussi utiliser simplement un engrais gazon longue durée, il est plutôt bien adapté aux besoins des graminées. Si vous voulez une fertilisation purement organique, faites de préférence un apport de compost mur enrichi de quelques poignées de poudre de corne. Sur les sols pauvres en potassium, vous pouvez lui apporter encore une fois en août un engrais d’automne pour gazon disponible dans le commerce. Cela rend les feuilles plus résistantes au gel. En cas de sécheresse aussi bien en été qu’en hiver, il est important d’arroser à temps, sinon beaucoup d’espèces de bambou perdent rapidement leurs feuilles en grande quantité. Mais les plantes se régénèrent rapidement dès que l’alimentation en eau s’améliore.

Les différentes espèces de bambou en pot ont besoin également, en plus d’apports d’eau réguliers, de fertilisant pour une bonne alimentation en nutriments. On les fertilise de préférence toutes les deux semaines avec un engrais liquide pour plantes vertes.

La taille des bambous n’a pas besoin d’être faite régulièrement. Si vous voulez les éclaircir, vous devez toujours retirer les tiges directement à hauteur du sol. Dans le cas de grands bambous traçants, elles font d’excellents supports pour arbustes. Vous pouvez aussi donner une forme aux haies de bambou en rabattant la haie à la hauteur voulue. Mais faites attention que les tiges une fois coupées ne repoussent plus - si la haie doit quand même être plus haute, vous devrez attendre que suffisamment de nouvelles tiges se soient formées. Vous pouvez également rabattre légèrement les flancs d’une haie de bambous. Les tiges secondaires courtes se ramifient ensuite et donnent ainsi à la haie un aspect particulièrement dense.

Protection hivernale

Le bambou qui vient d’être planté, est un peu sensible au gel les premières années. Couvrez la zone de plantation à l’automne de préférence avec une épaisse couche de feuilles. Il faut retirer les feuilles au printemps, sinon le sol risque de trop se réchauffer et le bambou de bourgeonner trop tôt.

Utilisation au jardin

Jardin japonais

Un jardin japonais sans bambou est inimaginable

Comme couvre-sol, brise-vue ou en bac: avec son feuillage persistant, le bambou est décoratif même en hiver. Avec son élégance graphique, il va très bien dans les jardins architectoniques, aménagés avec des matériaux modernes comme l’acier, le béton ou les gabions. Le bambou fait également bonne figure sur les bords d’un bassin. Avec leur port picturale, toutes les espèces hautes de bambou sont faites pour les plantations isolées. Pour les jardins japonais, le bambou traçant est généralement un bon choix parce qu’il est très exotique. Selon l’espèce et la variété, il forme des cannes qui peuvent mesurer jusqu’à 10 mètres de long et devenir aussi grosses que le bras, tandis que les cannes fines, serrées du bambou parapluie de 3 à 4 mètres de haut, ressemblent de loin plutôt à des roseaux. Selon le style du jardin, le sol et l’emplacement, l’érable palmé (Acer palmatum), les hortensias velus (Hydrangea sargentiana), les buis et ifs communs (Taxus) taillés ainsi que les iris (Iris), les roseaux de Chine (Miscanthus), les hostas (Hosta), les hémérocalles (Hemerocallis) et diverses fougères sont de bons partenaires.

Les haies de bambou sont très populaires, elles présentent de nombreux avantages: elles sont persistantes, protègent des regards et ne nécessitent pas d’être mises en forme régulièrement au taille-haie. Pour les haies, on utilise de préférence des variétés de bambou parapluie au port érigé comme ’Standing Stone’ et ’Campbell’. Le bambou parapluie a un port dense et offre donc une bonne protection visuelle au jardin. De plus, il ne forme pas de rejets. Si vous voulez planter le bambou traçant en haie, vous devez prévoir une barrière anti-rhizomes sur toute la longueur, ce qui rend le projet assez onéreux. En outre, le bambou à feuilles plates n'offre pas une bonne protection visuelle, du moins les premières années, en raison de son feuillage lâche et de ses chaumes très espacés. Le bambou flèche (Pseudosasa japonica), au port érigé, est une autre belle espèce de bambou pour haie, mais moins connue. Avec ses feuilles étonnamment grandes, il offre une très bonne protection visuelle et, en climat doux, atteint des hauteurs de plus de 4 mètres. Certes le bambou flèche peut geler lors d’hivers rudes, mais, au printemps, il forme rapidement de nouvelles pousses. Comme le bambou traçant, le Pseudosasa japonica forme des rejets et a donc aussi besoin d’une barrière anti-rhizomes.

Haie de bambou

Haie de bambou parapluie (Fargesia)

Les espèces de bambou nain du genre Pleioblastus (auparavant Sasa) sont d’excellents couvre-sols persistants, avec toutefois toutes les conséquences. Outre l’espèce la plus connue, Pleioblastus pumilus, trois à quatre autres espèces couvre-sols sont disponibles dans le commerce. Avant de planter un bambou comme couvre-sol au jardin, il faut d’abord délimiter l’ensemble de la surface avec une bonne barrière anti-racines, car le bambou nain de jusqu’à 20 centimètres de hauteur se propage par les rhizomes comme ses cousins de grande taille. Associez la graminée de forte concurrence seulement avec des arbres robustes, à racines profondes comme le pin. La plupart des arbustes ne résistent pas non plus à long terme à la concurrence racinaire du bambou nain. Les surfaces de bambou, uniformément vertes, sont très populaires surtout dans les jardins japonais, d’autant que, sans grand entretien, elles restent pratiquement épargnées par les mauvaises herbes. Elles remplacent même souvent le gazon et sont simplement taillées avec la tondeuse à gazon.

Espèces et variétés importantes

Phyllostachys vivax ‘Aureocaulis’

Le Phyllostachys vivax ’Aureocalis’ est l’une des variétés de bambou les plus populaires

Il existe des espèces et variétés de bambou traçant avec des tiges vert-bleu, violet-noir, jaunes et même à rayures jaunes ou vertes, ce qui éveille souvent chez les amoureux des bambous la passion du collectionneur. La variété à rayures vertes la plus populaire est Phyllostachys vivax ’Aureocaulis’. Dans les régions au climat doux, la plante peut atteindre plus de 8 mètres de haut et forme des cannes jusqu’à 8 centimètres d’épaisseur. Phyllostachys aureosulcata possède des cannes vertes à rayures jaunes. L’espèce de 5 à 7 mètres de haut forme des cannes vigoureuses, stables, résiste assez au gel et convient bien pour les haies. Le Phyllostachys bissetii de 5 à 7 mètres de haut est considéré comme le bambou traçant le plus résistant au gel. Il forme des cannes vert foncé et convient bien également en haie. L’un des bambous traçants les plus populaires est le Phyllostachys nigra, le bambou noir. Il atteint environ 5 mètres de haut et forme d’abord des cannes vertes qui deviennent plus tard noir-violet au soleil. Les premiers dégâts causés par le gel apparaissent à partir de -18°C, il est donc moins résistant au gel que les espèces et variétés citées auparavant.

Bambou noir

Chez le bambou noir (Phyllostachys nigra), ce sont les cannes moyennement âgées qui affichent la plus belle couleur. En vieillissant, elles deviennent grisâtres

Dans les jardins européens, on trouve environ 15 espèces et variétés différentes du bambou parapluie, avec en partie différentes couleurs de cannes comme chez le bambou traçant. La palette de couleurs va du brun rouge au jaune vert en passant par le vert foncé. Par exemple la variété ’Jiuzhaigou 1’, encore assez inconnue chez nous, également appelée bambou rouge exhibe des cannes brun rouge. Elle se propage en Europe depuis 10 ans environ seulement. Avec 2 à 3 mètres de hauteur, ’Jiuzhaigou 1’ est un peu plus petite et frêle que la plupart des autres formes de Fargesia, elle passe pour être très résistante au gel. Comme chez le bambou traçant, la coloration n’est optimale que sur les emplacements ensoleillés.

Conseil: si vous cherchez aujourd’hui un bambou parapluie qui ressemble le plus possible à l’ancien Fargesia murielae, choisissez la variété ’Standing Stone’, car elle a un port érigé, particulièrement picturale. La variété Fargesia robusta ’Campbell’ aux cannes vert foncé et limbes foliaires clairs est également très belle et vigoureuse.

Multiplier le bambou

Le bambou se multiplie au printemps exclusivement par division. Si vous avez la chance de voir une fleur un jour, vous pouvez aussi vous essayer au semis - il faut toutefois quelques années avant que les plantes n’atteignent une hauteur importante.

Jeunes pousses de bambou

Jeunes pousses de bambou traçant

Maladies et parasites

Certes, le bambou n’est pas particulièrement sensible aux maladies, mais il doit parfois lutter contre des parasites. Il s’agit surtout des cochenilles farineuses, des pucerons, des cochenilles et de l’acarien Schizotetranychus celarius qui aime la chaleur.

Bon à savoir sur le bambou

Saviez-vous que ...

... un panda ne mange que du bambou? Il passe jusqu’à 12 heures par jour à engloutir jusqu’à 40% du poids de son corps en pousses et racines de bambou. Cela représente 15 à 30 kilos par jour et par panda - une chance que le bambou pousse aussi vite!

... Le bambou produit nettement plus d’oxygène qu’une surface de forêt de même taille?

... que les Chinois utilisent le bambou pour régénérer le sol épuisé par les rizières? Après 10 ans, le riz peut à nouveau y être cultivé.

... dans l’ancien Siam (aujourd’hui: la Thaïlande), la capitale entière a été érigée sur des radeaux de bambou flottants?

... les pousses de bambou crues contiennent l’acide cyanhydrique toxique qui se décompose à la cuisson? Les pandas sont insensibles à l’acide cyanhydrique.

... Le bambou contient de la silice qui neutralise les intoxications? Traditionnellement dans de nombreux pays asiatiques, on faisait un bouillon avec le bois qui désintoxiquait l’organisme.

... le bambou céleste que vous pouvez acheter dans les jardineries, n’est en fait pas un vrai bambou, mais un dragonnier?

Comment avez-vous trouvé cet article?