Sujets

Buis

Il y a peu de plantes qui aient autant marqué l’horticulture que le buis. Même s’il est sujet aux maladies et aux parasites: cela vaut la peine de se battre pour lui!

Origine

Le nom de genre des buis (Buxus) vient probablement du grec «pyxis» qui veut dire «boîte». Avec son bois clair, dur et à petits pores, on fabriquait dès l’Antiquité des boîtes et d’autres petites récipients. C’est le genre qui donne son nom aux buxacées (Buxacea) qui comprend pas loin de 70 variétés dans le monde entier. Elles sont toutes répandues sur l’hémisphère Nord, d’Europe Centrale et d’Afrique jusque dans l’Est de l’Asie. Une vingtaine d’espèces se trouvent en Amérique Centrale. En Europe Centrale, seul le buis commun (Buxus sempervirens) est indigène. On trouve aussi encore quelques zones relictuelles dans le Sud de l’Allemagne sur des versants de montagne chauds et ensoleillés et des sols calcaires.

Outre le buis commun, le buis du Japon ou buis à petites feuilles (Buxus microphylla) est aussi intéressant pour les jardiniers. Il est certes originaire de Corée mais on le cultive déjà depuis des siècles au Japon. Les espèces sont généralement peu exigeantes et poussent sur tous les sols s’ils sont perméables et pas complètement arides ou gorgés d’eau. Une terre très pauvre et sablonneuse avec une taux de pH bas n’est pas non plus idéale. Dans la mesure du possible, l’emplacement doit être un peu protégé et pas exposé au plein soleil. Ce buisson est cependant très résistant et supporte aussi la sécheresse passagère, car son système racinaire très fin et fibreux pénètre très profondément dans le sol et colonise aussi fortement la surface du sol.

Buxus sempervirens var. arborescens (à gauche) et Buxus microphylla (à droite)

Aspect et port

Ces deux espèces de buis se ressemblent beaucoup. Le buis commun de nos régions a cependant une croissance plus vigoureuse et peut facilement atteindre à un certain âge une hauteur de cinq à six mètres. Les feuilles sont remarquablement petites, selon l’espèce et la variété elles sont arrondies à allongées, opposées et persistantes. Les rameaux possèdent de fines moulures en longueur qui leur donnent un aspect légèrement carré. Les jeunes branches possèdent une écorce verte, celle des branches plus âgées est gris clair. La ramification est très dense et même sans être taillées, les couronnes sont assez compactes et arrondies. Les touffes de fleurs jaune vert et discrètes apparaissent dès la fin mars dans les aisselles des feuilles. Elles sont très riches en nectar et constituent donc une source importante de nourriture. Les fruits à capsules verdâtres mûrissent en septembre.

Emplacement et sol

Le buis pousse de préférence sur des sols calcaires et argileux. Si vous avez un sol purement sablonneux, il faudra y incorporer une bonne quantité de compost mûr lors de la plantation. La terre doit être perméable et humide mais pas gorgée d’eau. En ce qui concerne les facteurs de luminosité, le buis est très tolérant. Il supporte l’ombre et s’accommode également bien du pied des arbres. Les emplacements très chauds fortement exposés aux rayons du soleil, par exemple devant un mur au Sud, sont plus difficiles. Les plantes y présentent rapidement des dommages foliaires.

Buis

Le buis apprécie un sol riche en nutriments

Planter des buis

Le buis destiné aux bordures est généralement proposé en pots, parfois aussi à racines nues en petits paquets. La période idéale de plantation est le printemps. Placez les buissons avec les racines dans un seau rempli d’eau, ameublissez ensuite le sol en profondeur et si besoin, incorporez du compost. Puis délimitez l’emplacement de la bordure du massif avec un cordeau et répartissez les plants. Si on veut planter une haie ou un pourtour de massif, il faut placer les buis relativement serrés. Avec des plants de 10 à 15 centimètres, il vous faut environ dix pieds par mètre. Pour des haies plus hautes, cinq à six buis suffisent. La mise en place dans un sol ameubli sera plus facile avec un transplantoir. Pour terminer, arrosez votre nouvelle bordure et rabattez-la à deux tiers avec un coupe-haie. La bordure doit être maintenue humide jusqu’à l’enracinement et fertilisée en juin.

Entretien des buis

Le buis supporte certes mieux la sécheresse qu’on ne le pense généralement mais quand il est en pot, il a besoin d’un arrosage quotidien par temps sec et chaud. Douchez également les plantes de temps en temps pendant les périodes de grande chaleur assez longues pour retirer la poussière accumulée sur les feuilles. En hiver aussi, veillez à ce que les racines ne sèchent jamais. Les plantes en pots ont aussi besoin d’un apport régulier de nutriments de la mi-avril au début août, de préférence sous forme d’un engrais liquide pour buis à ajouter une fois par semaine à l’eau d’arrosage. Des colorations rougeâtres à bronze sur les feuilles sont un signe caractéristique du manque d’azote.

Taille des buis

Le buis supporte tous les types de tailles. Il faut retenir ces principes fondamentaux: Plus vous taillerez souvent, mieux ce sera. Les variétés à forte croissance ne deviendront vraiment bien denses que si on les taille plus d’une fois par an. Les plantes à taille de formation doivent être taillées une à cinq fois par an en fonction du degré de détail recherché pour les silhouettes. La saison de taille se limite alors à la période principale de croissance d’avril à septembre. En dehors de cette période, il n’est pas nécessaire de tailler car les plantes poussent peu de toute façon. Les haies, les bordures et les silhouettes qui ont perdu leur forme peuvent être rabattues sans souci jusqu’à leur forme de base à partir de la fin mars. Les talles jusqu’au vieux bois ne posent pas de problème.

En été, ne taillez votre buis que quand le ciel est couvert. Avec une taille en plein soleil, les feuilles risquent de brûler car le feuillage situé à l’intérieur de la couronne n’est pas habitué aux forts rayons du soleil. En cas de doute, la plante peut être ombragée pendant deux à trois jours avec un voile d’ombrage. Et aussi: Plus vous taillez fréquemment, plus vous devez apporter de l’eau et des nutriments à vos buis pour qu’ils remplacent rapidement les feuilles manquantes. En début de printemps, on peut épandre autour des racines du compost mûr qu’on aura enrichi au préalable avec une poignée de corne sous forme, de poudre ou de granulés.

Si vous voulez former un beau buis sans aide, vous devez procéder de la manière suivante: Taillez d’abord dans la boule un «équateur» horizontal et quatre «longitudes» dans la boule. Quand ces lignes sont bien également rondes, il est alors facile de raccourcir les zones restantes à la bonne longueur. Une autre bonne idée est d’utiliser un gabarit en carton: Mesurez d’abord avec un mètre pliant le diamètre de la boule de buis. Fixez ensuite un stylo feutre à une ficelle d’une longueur égale à la moitié du diamètre du buis. Tenez la ficelle ainsi mesurée entre le pouce et l’index et posez-la exactement sur le bord du carton. Tracez alors un demi-cercle de la partie supérieure du bord du carton vers la partie inférieure. Enfin, découpez le demi-cercle, et votre gabarit est terminé! Pour la taille du buis, placez le gabarit à plusieurs endroits de la boule de buis et taillez tous les rameaux jusqu’au bord du gabarit. Conseil: On trouve aussi dans le commerce spécialisé des garabits spéciaux en métal pour la taille des buis.

Boules de buis dans un arboretum

Boules de buis dans l’Arboretum d’Ellerhoop-Thiensen

La taille avec un taille-haie électrique est certes confortable mais pour deux à trois boules de buis, l’achat n’en vaut généralement pas la peine. Pour les débutants, il est recommandé de s’entraîner d’abord avec un sécateur mécanique car avec des outils motorisés, on en coupe facilement trop. Pour la taille de formes simples, un sécateur spécifique pour buis à lame courte est idéal. Elle doit être très affûtée pour pouvoir couper facilement les rameaux durs et ne pas déraper lors de la coupe. La cisaille à moutons traditionnelle ne convient que pour les rameaux qui ne sont pas encore trop ligneux. Pour une taille de formation régulière, c’est toutefois un bon outil qui permet de bien former les contours des silhouettes assez complexes.

Hivernage ou protection hivernale

Le buis est en effet rustique mais un peu sensible aux rayons directs du soleil et au gel du sol. Pour éviter que les feuilles et les rameaux ne souffrent de ce qu’on appelle la dessication hivernale, il faut faire hiverner les plantes en pots à l’extérieur dans un endroit à mi-ombre et protéger les couronnes avec un voile d’hivernage. Comme toutes les plantes à feuillage persistant, le buis en pot ne doit être arrosé en hiver qu’en dehors des périodes de gel. Pour protéger les racines du buis, on recommande une solution «pot-dans-le-pot». On place la plante avec son pot dans un pot nettement plus grand et on remplit l’espace intermédiaire avec de l’écorce hachée (du paillis d’écorce). Le pot intérieur ainsi que le pot extérieur sont alors posés sur deux blocs de bois pour éviter le contact direct avec le sol froid.

Buis sous la neige

Comme tous les végétaux à feuillage persistant, le buis souffre aussi lors des hivers froids.

Avec des filets d’ombrage, vous pouvez certes éviter le pire pour les plantes en pots mais c’est difficilement praticable avec de longues haies ou des bordures. Pour éviter les dommages causés par le gel, vous ne devez pas planter les buis en plein soleil. En choisissant la bonne variété, vous pouvez aussi éviter des dommages: ’Blauer Heinz’, Handsworthiensis’ et ’Herrenhaus’ sont des variétés particulièrement rustiques. Une fertilisation en septembre avec du sulfate de potassium (appelé aussi potasse magnésienne, en vente dans le commerce agricole) stimule la lignification et par conséquent la résistance au froid des rameaux et des feuilles.

Utiliser du buis
Silhouettes de buis

Pour faire des sculptures sur buis assez hautes, il faut des variétés à assez forte croissance.

Les buis conviennent à tous les types de tailles de formation, même pour des silhouettes très détaillées. Dans les jardins paysans, les roseraies et les jardins à la française, il fait partie des plantes qu’on peut assurément désigner comme «indispensables». L’espèce sauvage européenne (Buxus sempervirens) et des variétés à forte croissance comme ‘Handsworthiensis’ conviennent aussi aux haies de protection visuelle jusqu’à environ deux mètres de hauteur. La taille de formation n’est cependant pas obligatoire pour le buis: On peut aussi laisser ce buisson persistant très concurrentiel pousser librement et l’intégrer par exemple dans une haie sauvage et l’utiliser comme sous-culture sous de grands arbres. Utilisé comme plante taillée, il convient également bien en grands pots sur le balcon ou la terrasse. Mais attention: Le buis est toxique et peut être dangereux pour les animaux domestiques et les enfants.

Espèces et variétés importantes

Tous les buis ne se valent pas car les diverses variétés de buis présentent de nettes différences de force de croissance, de forme et de couleur des feuilles. Alors que pour les bordures, on utilise de préférence des variétés à faible croissance comme ’Suffruticosa’ ou la variété ’Blauer Heinz’ plus résistante au gel, pour des haies plus hautes, on se tournera vers l’espèce sauvage Buxus sempervirens ou des variétés à forte croissance comme ’Rotundifolia’ et ’Handsworthiensis’. Ceci vaut aussi pour les silhouettes taillées: Pour de petites boules, il faut utiliser ’Suffruticosa’ ou ’Green Gem’, pour des sculptures plus grandes logiquement les variétés plus hautes. Des cultures à feuilles multicolores comme ‘Elegantissima’ sont relativement sensibles au gel et ont donc toujours besoin d’un emplacement abrité.

Buxus sempervirens 'Elegantissima'

Le buis Buxus sempervirens 'Elegantissima' à feuilles multicolores demande un emplacement abrité

Multiplier le buis

La multiplication du buis se fait généralement par bouturage. Elle n’est pas très difficile mais demande beaucoup de patience. Cela prend jusqu’à six mois jusqu’à ce que les premières racines se forment. Si vous voulez obtenir rapidement de grandes plantes, utilisez des boutures qui mesurent déjà 20 à 30 centimètres. Les morceaux d’écorce s’enracinent très bien: On les arrache simplement de la plante-mère en juillet/août et on retire les bandes d’écorce dépassant du point d’arrachage avec un couteau bien aiguisé. Ensuite, on raccourcit toutes les pousses d’environ un tiers. Les boutures n’ont pas nécessairement besoin d’être recouverts par un film de plastique. On les pique dans un endroit abrité à mi-ombre directement dans du terreau léger, riche en humus et argileux. Les professionnels recouvrent le massif d’un film noir avant de les piquer. Il empêche les mauvaises herbes et évite que le sol ne sèche.

Pour les bordures qui doivent de toute façon être fortement rajeunies, la méthode suivante est aussi très efficace: On recouvre la base des pousses avec un tas de terre riche en humus qu’on retire quelques mois plus tard. Les pousses auront alors formé de nouvelles racines à la base: on les coupe en automne et on les plante à l’endroit choisi. La bordure existante repoussera au printemps à partir du vieux bois.

Maladies et parasites

Précisément depuis quelques temps, des maladies et des parasites s’attaquent fortement à ce buisson si apprécié. Il est souvent victime du dépérissement du buis (Cylindrocladium) et de la (Cydalima perspectalis), une espèce de papillon parasitaire originaire de l’Est de l’Asie. Les chenilles vert jaune mangent non seulement les feuilles mais aussi l’écorce tendre ce qui entraine souvent la mort de rameaux entiers. Il est possible de les combattre par des pulvérisations précoces et répétées avec un produit biologique à base de Bacillus thuringiensis. Les dommages du dépérissement du buis sont reconnaissables à la présence sur les feuilles de taches marron foncé sur les feuilles qui s’élargissent rapidement et se rejoignent. En même temps, de nombreux petits amas de spores blancs se forment sur le dessous des feuilles. Différents spécialistes ont pu observer que les formes horticoles du buis à petites feuilles (Buxus microphylla) sont assez résistantes au champignon à l’origine du dépérissement. Selon certains experts, l’apport de calcaire d’algues est supposé empêcher la prolifération du champignon. Le buis est difficile à remplacer dans la conception des jardins. Les plantes correspondant à un éventail comparable d’utilisations sont notamment les formes horticoles de houx (Taxus).

Comment avez-vous trouvé cet article?