Sujets

Dipladénias

Eva Monning Eva Monning

Parmi toutes les plantes en pot, le dipladénia, appelé aussi mandevilla, fleurit véritablement de manière ininterrompue. Cette plante grimpante végétalise les brise-vues, les treillages et les balcons.

Origine

Les dipladénias (mandevillas) sont des buissons grimpants de la famille des apocynacées (Apocynaceae). Ils sont originaires de la jungle d’Amérique du Sud et sont appréciés comme plantes en pots et en bac depuis déjà plus de 100 ans. Les magnifiques fleurs blanches, rose, rouges ou jaunes de ces plantes grimpantes persistantes ornent balcons et terrasses pendant presque tout l’été. Cette plante couramment appelée Mandevilla de nos jours (d’après Henry John Mandeville) est aussi souvent connue sous son nom botanique plus ancien «Dipladenia». On connait plus de 120 variétés de dipladénias. La plupart des plantes cultivées dans nos régions sont des hybrides de la variété sauvage Mandevilla sanderi qui ont été maintenus de petite taille et croisés avec d’autres variétés comme Mandeville splendens ou Mandevilla boliviensis. Mandevilla laxa, connue aussi sous le nom de Jasmin du Chili, est une forme spécifique à forte tolérance aux températures plus fraîches et aux fleurs blanches.

Aspect et port

Les dipladénias persistants sont des buissons grimpants à croissance rapide qui s’enroulent rapidement en hauteur quand ils reçoivent suffisamment de nutriments. Selon les variétés, ces grimpantes semblables à des lianes peuvent alors atteindre jusqu’à six mètres. Pour le balcon et les bords de fenêtre, le commerce propose souvent des plantes cultivées dont la croissance a été freinée. Grâce à une limitation artificielle du besoin de croissance, elles restent petites et compactes, mais cependant souvent seulement la première année. Au plus tard la deuxième année après l’hivernage, quand l’effet du régulateur de croissance a disparu, elles repartent nettement en hauteur.

Dipladénias en pots en fleurs

Les dipladénias en pot sont de véritables merveilles fleuries. Un tuteur planté au milieu maintient la plante bien droite.

Les feuilles vert foncé brillantes des dipladénias se trouvent sur de courtes tiges et sont légèrement velues. Les feuilles contiennent des glandes impalpables. Ce sont elles qui secrètent un suc laiteux blanc en cas de blessure des feuilles et des tiges. Il est amer et légèrement toxique. Les cinq sépales des mandevillas donnent naissance à une fleur en forme d’entonnoir, pouvant mesurer jusqu’à cinq centimètres, dans des coloris de blanc, jaune, violet et différentes tonalités de rouge. Les dipladénias fleurissent de mai jusqu’à l’automne et forment de nouveaux bourgeons pendant tout l’été. Les formes cultivées récentes présentent une impressionnante abondance de fleurs. Les fleurs blanches du Mandevllla laxa persistant dégagent par ailleurs un agréable parfum. La pollinisation est assurée essentiellement par les abeilles et les bourdons, dans leurs régions tropicales d’origine également par des colibris.

Fleur en forme d’entonnoir du mandevilla

Les fleurs en forme d’entonnoir du mandevilla attirent les insectes

Après la floraison apparaissent sur la plante des fruits à capsule qui contiennent des graines oblongues velues. Pour obtenir encore plus de fleurs, vous devez éliminer les fruits en cours de maturité, la plante peut ainsi économiser une dépense inutile d’énergie.

Emplacement et substrat

Les différentes variétés de dipladénias s’adaptent aussi bien aux balcons et aux terrasses qu’aux jardins d’hiver chauds. Mandevilla laxa peut également rester dans un jardin d’hiver froid. Pour fleurir abondamment, ces beautés sensibles au gel ont dans tous les cas besoin de beaucoup de lumière. Placez les plantes dans un endroit très lumineux, dans une atmosphère humide dans laquelle elles sont idéalement protégées du soleil direct de la mi-journée car elles y sont légèrement sensibles. En revanche, la chaleur ne dérange pas le mandevilla.

Dans un emplacement à mi-ombre suffisamment chaud, le mandevilla fleurit tout autant, mais la floraison est alors un peu moins abondante. Des températures de 20 degrés et plus sont idéales pour ces plantes grimpantes tropicales. Les dipladénias sont plantés de préférence dans une terre de qualité pour plantes en pots, tout en sachant qu’ils tolèrent aussi un substrat légèrement acide, alcalin ou calcaire.

Mandevilla 'Bloom Bells Yellow'

Le mandevilla 'Bloom Bells Yellow' resplendit d’un jaune d’or

Entretien

Le dipladénia a des besoins en eau modérés. Ses feuilles épaisses et ses racines de stockage lui permettent de garder durablement des réserves d’eau. N’arrosez cette plante grimpante que de manière à maintenir les racines humides mais pas détrempées. Veillez à permettre à l’excédent d’eau de s’écouler pour éviter l’eau stagnante. Pour l’arrosage, utilisez uniquement de l’eau peu calcaire à température ambiante. Maintenez les racines régulièrement humides pendant toute la période de croissance et vaporisez les plantes fréquemment. Pendant l’hiver, réduisez les apports d’eau. Pour que ces plantes grimpantes s’épanouissent bien, vous devez leur apporter une fois par semaine un bon engrais liquide pour plantes en pots. Comme les mandevillas sont des plantes grimpantes, elles ont besoin d’un support quand elles sont en pot. Attachez les rameaux volubiles régulièrement au support avant qu’ils ne s’accrochent aux plantes voisines.

Le rempotage dans un pot un peu plus grand se fait tous les deux à trois ans au printemps quand les pots sont complètement envahis de racines. Les dipladénias un peu volumineux supportent également bien que la motte de racines soit simplement un peu réduite avant d’être replacée dans le même pot avec de la terre fraiche. Lors du rempotage, il est recommandé d’ajouter un peu d’engrais longue durée au substrat.

Attacher un dipladénia au treillage

Aidez le dipladénia à s’accrocher au treillage

Tailler

La taille régulière du dipladénia représente une partie importante de l’entretien. Les petites opérations de taille de la plante peuvent se faire toute l’année. Comme le mandevilla fleurit sur les nouvelles pousses, il ne faut pourtant plus tailler trop généreusement un peu plus tard dans la saison. Rabattez les plantes trop grandes ou peu harmonieuses qui ont besoin d’une taille plus sévère de préférence en fin d’hiver (février/mars). A cette période, une taille stimule la repousse et donc la formation des fleurs. Les dipladénias ne vous tiendront pas non plus rigueur d’une taille au ras du sol: au printemps, les plantes repousseront avec plus de vigueur. Les jeunes plants doivent être épointés assez fréquemment pour obtenir un port buissonnant. Pour arrêter l’écoulement abondant du suc laiteux, vous pouvez plonger les rameaux dans l’eau ou les vaporiser avec de l’eau.

Hivernage

A l’exception de Mandevilla laxa, ces plantes exotiques sont très sensibles au froid. Elles seront donc placées avant les premières gelées dans un lieu d’hivernage clair à une température de 5 à 12 degrés Celsius. Si les dipladénias hivernent au frais, ils font une pause végétative d’octobre à mars. Il faut alors les arroser moins de manière à permettre à la motte de racines de sècher entre deux arrosages. S’ils sont dans une pièce d’habitation ou un jardin d’hiver chauffé à plus de 20 degrés, ils seront entretenus comme d’habitude et continueront alors à fleurir en hiver. Cependant, une absence de période de repos peut avoir un effet négatif sur l’abondance de la floraison.

A la différence de toutes les autres variétés, le Jasmin du Chili (Mandevilla laxa) supporte temporairement des gelées jusqu’à moins cinq degrés Celsius. Il ne faut toutefois le laisser passer l’hiver à l’extérieur que dans les régions très douces et avec une bonne protection contre le gel. Veillez à une humidité suffisante de l’air dans le lieu d’hivernage et aérez les jours sans gel. En mai, après les dernières gelées tardives, les plantes en pot pourront être ressorties.

Jasmin du Chili

Mandevilla laxa, ou Jasmin du Chili, porte des fleurs d’un blanc pur

Multiplication

Lamultiplication du mandevilla chez soi est affaire de chance car la profondeur d’enracinement n’est pas très élevée. Si vous voulez tout de même essayer, vous pouvez couper des tronçons de rameaux d’environ dix centimètres de longueur, retirer toutes les feuilles sauf une paire, les plonger dans de lapoudre d’enracinement et les piquer ensuite dans un mélange de terre et de sable ou de la terre de semis . Les pots seront remplis, recouverts d’une feuille de plastique transparent et ne seront plus ouverts dans un premier temps. On peut également utiliser une mini-serre bien hermétique. Avec de la chaleur (nettement plus de 20 degrés) et de lumière, par exemple sur un rebord intérieur de fenêtre au-dessus d’un radiateur, les boutures formeront leurs premiers bourgeons au bout de quelques semaines.

Il s’agit maintenant de faire preuve de patience: Pendant plusieurs mois, la couverture de plastique sera aérée tous les jours jusqu’à l’apparition de plusieurs jeunes pousses. Quand le jeune plant aura gagné en vigueur, il pourra être placé dans un pot plus grand, sans couverture. Au début de l’été, vous pouvez également multiplier vos dipladénias par marcottage. Pour cela, on retire les feuilles de la partie centrale d’une tige longue et légèrement ligneuse et on entaille légèrement l’écorce. Le tronçon de tige ainsi préparé est alors enfoncé dans la terre auprès de la plante-mère. Conseil: Une épingle à cheveux permet de fixer la bouture parfaitement dans le sol. La pointe du rameau doit ressortir de la terre à l’autre extrémité. Ici aussi, une nouvelle pousse vigoureuse indiquera que l’enracinement a réussi.

Espèces et variétés

Les hybrides de Mandevilla Sanderi ‘Sundaville’ et ‘Tropidenia’ sont des variétés particulièrement résistantes à la sécheresse. Quelques variétés compactes de la collection ’Jade’ se prêtent remarquablement à la plantation en jardinières de balcon. Les variétés grimpantes comme le Jasmin du Chili Mandevilla (Mandevilla boliviensis) sont idéales pour végétaliser des treillages ou des structures et sont parfaites comme brise-vues. Les variétés à port bas comme ’Diamantina Jade White’ se prêtent bien aux suspensions. Mandevilla x amabilis ‘Alice du Pont' aux fleurs rose en entonnoir atteignant jusqu’à dix centimètres est considéré comme le dipladénia qui présente les fleurs les plus grandes. Il pousse rapidement et forme des tiges de plusieurs mètres de long qu’on fixe le long d’un treillage. L’hybride de Mandevilla ’Sundaville Red’ apprécie la forte chaleur, supporte la sécheresse et se pare pendant tout l’été de fleurs d’un rouge velouté. Fixé à des treillages, il atteint environ 150 centimètres.

Dipladénia ‘Stars and Stripes’

Dipladénia ‘Stars and Stripes’ à fleurs rayées

Maladies et parasites

Les dipladénias ne sont pas très résistants au stress. En particulier lors des longues périodes de chaleur et de sécheresse, ils sont sujets aux parasites comme les mouches blanches. A titre préventif, vous pouvez poser des stickers jaunes tout autour de la plante; en cas d’infestation importante, il faut avoir recours à des produits phytosanitaires. Début Mai, on trouve souvent des pucerons sur les feuilles. Si l’air est trop sec, les feuilles peuvent s’enrouler sur elles-mêmes. Dans un lieu d’hivernage, le dipladénia est souvent colonisé par des cochenilles. En cas de forte infestation de parasites, la plante doit être simplement rabattue radicalement à la fin de l’hiver.

Questions fréquentes

A partir de quand peut-on acheter des dipladénias?

Comme les dipladénias sont souvent vendus en fleurs, on les trouve à partir du mois de mai dans le commerce.

Dans quelles couleurs le dipladénia existe-t-il?

Le dipladénia existe dans différentes tonalités de rouge. Mais on trouve aussi des sujets à fleurs blanches, jaunes ou violettes.

Quelle taille peut atteindre le dipladénia?

Selon les variétés, les dipladénias peuvent atteindre une hauteur de six mètres.

A quelle fréquence doit-on arroser le dipladénia?

Surtout pendant la période de croissance et pendant les journées chaudes, il faut arroser le dipladénia de manière à maintenir les racines toujours humides. Mais il ne doit pas se former d’eau stagnante. Après la floraison, on réduit l’arrosage.

Quelle terre demande le dipladénia?

Pour que le diplanédia se sente tout à fait bien, il faut utiliser une terre de qualité pour plantes en pots. Mais il s’accommode aussi d’une terre calcaire, alcaline ou légèrement acide.

Pourquoi un dipladénia ne fleurit-il pas?

Le fait qu’un dipladénia ne fleurisse pas, peut tenir à différentes causes: Un mauvais emplacement ainsi qu’un arrosage incorrect peuvent entrainer une paresse de la floraison du dipladénia.

Comment doit-on entretenir un dipladénia?

Les dipladénias doivent être arrosés régulièrement et fertilisés une fois par semaine. Comme il s’agit d’une plante grimplante, le dipladénia a besoin d’un support. Si le pot est entièrement envahi de racines, il peut être rempoté. Ce sera le cas environ tous les deux à trois ans.

Quel froid supporte le dipladénia?

A l’exception de la variété de culture Mandevilla laxa qui peut même supporter des températures allant jusqu’à moins cinq degrés Celsius, les dipladénias ne supportent malheureusement pas le froid. Si les températures descendent au-dessous de huit degrés Celsius, ces plantes tropicales gèlent rapidement

Comment doit-on faire hiverner des dipladénias?

On peut faire hiverner un dipladénia aussi bien au frais entre 5 et 12 degrés que dans une pièce d’habitation à plus de 20 degrés. Dans les deux cas, l’emplacement choisi pour l’hivernage d’un dipladénia doit être clair. Si la plante est au frais, elle fait une pause végétative Si elle est au chaud l’hiver, elle continue à fleurir.

A partir de quand peut-on sortir le dipladénia?

Les plantes fragiles comme le dipladénia ne doivent être sorties qu’après les Saints de Glace, c’est-à-dire à partir de la mi-mai.

Comment avez-vous trouvé cet article?