Sujets

Érable

Kathrin Auer Kathrin AuerFolkert Siemens Folkert Siemens

Les érables comptent parmi les arbres de jardins les plus appréciés. De nombreuses espèces portent des feuilles très décoratives et arborent en fin de saison de superbes couleurs automnales. Nous vous donnons ici un aperçu de cette famille.

Origine

Dans la famille de l’érable (Acer), les botanistes comptent dans le monde entier plus de 100 arbres et buissons majoritairement caduques qui sont implantés dans les zones tempérées et tropicales tout autour de l’hémisphère Nord. Ils appartiennent à la famille des sapindacées (Sapindaceae) et dans cette famille, à la sous-famille des hippocastanacées (Hippocastanaceae). Des espèces particulièrement belles sont parvenues de Chine, du Japon et d’Amérique du Sud jusqu’en Europe. En Europe Centrale, on trouve parmi les arbres indigènes notamment l’érable plat (Acer platanoides), l’imposant érable sycomore (Acer pseudoplatanus) avec ses 30 mètres de hauteur et l’érable champêtre (Acer campestre). L’érable palmé du Japon (Acer palmatum) originaire de l’Est de l’Asie fait partie des sujets les plus petits .

Aspect et port

Du petit buisson à l’arbre de taille imposante: peu d’autres familles d’arbres présentent des caractéristiques aussi diverses que les espèces et variétés d’érables. Les érables sont bien reconnaissables à leurs feuilles généralement lobées en forme de main et sont soit simples soit pénnatiséquées, c’est-à-dire composées de folioles, comme chez l’érable negundo (Acer negundo). A l’automne, les feuilles de la plupart des érables prennent une couleur jaune ou rouge lumineuse.

Les fleurs de la plupart des espèces s’ouvrent au printemps avant le débourrement et sont relativement discrètes. Considérées dans leur ensemble avec leurs imposantes panicules, leurs grappes ou leurs corymbes, elles peuvent cependant offrir un aspect étonnant. Dans le courant de l’été, les fleurs fécondées donnent naissance aux petits fruits à coques qui sont accrochés par paires en de longs prolongements ailés scarieux. A maturité, les fruits ailés tombent et tourbillonnent dans l’air comme de petites hélices. Grâce à cette stratégie intelligente, les érables parviennent à semer les graines mûres assez loin de l’arbre mère.


Outre les belles couleurs au moment du débourrement et en automne, le port pittoresque et le beau dessin de l’écorce de certaines espèces sont très décoratifs. Par exemple, l’érable peau de serpent (Acer capillipes) et l’érable jaspé de gris (Acer rufinerve) possèdent une écorce décorative. L’écorce fibreuse, brillante et brun-rouge de l’érable cannelle (Acer griseum) a également une forte valeur décorative. On trouve dans nos jardins une bonne trentaine de différentes espèces d’érables et un grand nombre de formes cultivées. On connait notamment chez l’érable du Japon de nombreuses variétés aux feuilles de formes et de couleurs très variables.

Érable du Japon couleurs automnales

Couleurs automnales de l’érable du Japon (Acer palmatum)

Emplacement et sol

La plupart des érables résistent très bien au gel et n’ont pas d’exigences particulières quant à leur emplacement. Pour que leur beau feuillage d’automne ne soit pas trop exposé au vent, on recommande tout de même souvent de choisir un emplacement à l’abri du vent. L’érable palmé (Acer palmatum) et l’érable du Japon à feuilles d’aconit (Acer japonicum) sont particulièrement sensibles au vent. Ce dernier ne devrait d’ailleurs pas être planté en plein soleil. Lors du choix de l’emplacement, veillez à ce que les érables ne soient pas exposés aux gelées tardives et à ce qu’ils bénéficient du soleil tôt le matin. Alors que l’érable champêtre s’épanouit bien sur les sols calcaires, d’autres arbres poussent presque partout, que ce soit sur de lourds sols argileux ou des sols acides. D’une manière générale, le sol doit être riche en nutriments et perméable et bien stocker l’humidité. Pour les érables, les emplacements situés dans une surface pavée sont défavorables car la très grande majorité des espèces ont besoin d’un terrain nu et supportent plutôt mal la chaleur sèche typique du climat urbain.

Plantation

Dans le commerce, vous trouverez des érables en conteneurs, à racines nues ou avec des mottes de racines. Renseignez-vous au préalable pour connaître la hauteur et la largeur de l’érable atteintes au fil du temps, et vérifiez si les conditions de lumière, de climat ou de sol à l’emplacement prévu lui conviennent. On recommande de planter les arbustes au printemps ou en automne quand les températures sont assez douces. Par ailleurs, les précipitations de demi-saison leur permettent de prendre un bon départ. Les espèces sensibles au gel doivent être plantées si possible au printemps. En fonction de la taille de l’arbre, enfoncez d’abord dans le trou de plantation un ou plusieurs pieux solides pour le soutenir. Le trou doit être deux à quatre fois plus large que la motte de racines. Ameublissez les parois et le fond avec une fourche à bêcher pour que les racines puissent s’étaler plus aisément. Arrosez bien l’arbre, et irriguez-le abondamment pendant les deux premières années, en particulier en période de sécheresse.

Erable cannelle écorce

L’érable cannelle a une écorce très décorative.

Conseils d’entretien

Les érables ont majoritairement un réseau de racines très plat. Le sol au-dessous des buissons ne doit jamais être travaillé à la binette pour ne pas endommager les racines fines proches de la surface du sol. Une couche de paillis d’écorce pour recouvrir le sol protège les racines de la sécheresse et enrichit le sol en humus. Les jeunes sujets, tout particulièrement, doivent être fertilisés au printemps avec des copeaux de corne ou du compost mûr.

Hivernage ou protection hivernale

Les érables proposés dans les pépinières s’accommodent sans problème des hivers de nos latitudes. Même si les gelées tardives endommagent les nouvelles pousses chez certaines espèces, elles repoussent tout de même sans difficultés. Même cultivés en pots, les érables du Japon n’ont pas besoin d’une protection hivernale particulière. L’expérience acquise en Scandinavie a prouvé qu’ils repoussent même lorsque la motte de racines a complètement gelé.

Erable champêtre haie

L’érable champêtre se prête bien aux haies taillées

Utilisation

Les espèces plus hautes d’érables comme l’érable plat (Acer platanoides) et l’érable sycomore (Acer pseudoplatanis) sont souvent plantées pour végétaliser les rues et les parcs. Dans des jardins assez grands, on peut aussi les trouver plantés en tant qu’arbres devant la maison. Chez l’érable sycomore, les variétés ’Atropurpureum’ et ‘Brilliantissimum’ par exemple conviennent bien aux jardins. Un arbre de jardin à petite couronne très apprécié est l’érable boule (Acer platanoides ‘Globosum’). L’érable champêtre de nos régions (Acer campestre) est également utilisé pour des haies taillées et tient une place importante dans les jardins naturels et les plantations destinées à la protection des oiseaux en pleine campagne.

Les espèces exotiques plus petites sont généralement utilisées en buissons solitaires pour que leurs couronnes pittoresques puissent se développer sans encombres. Les variétés cultivées à croissance lente de l’érable du Japon conviennent bien comme plantes rustiques en pots pour les balcons et les terrasses. L’espèce-mère est aussi cultivée en bonsaï. D’une manière générale, les érables asiatiques sont un bon choix pour les jardins japonais.


L’érable à sucre nord-américain (Acer saccharum) a maintenant aussi une grande importance économique car c’est à partir de sa sève qu’on produit le sirop d’érable bien connu. Dans nos régions, l’érable champêtre est un arbre forestier: il fournit un bois de très grande qualité utilisé notamment pour la fabrication de meubles.

Espèces et variétés importantes

Les érables asiatiques offrent un port pittoresque et un feuillage aux couleurs particulièrement belles. En dehors de l’érable doré (Acer shirasawanum ‘Aureum’), cela concerne aussi des variétés de l’érable palmé (Acer palmatum) et de l’érable du Japon (Acer japonicum). Dans nos régions, la variété ’Aconitolium’ ou aussi l’érable du Japon à feuille d’aconit au feuillage d’automne doré, rouge ou même rouge foncé est très répandue. L’érable de Cappadoce (Acer cappadocicum ’Rubrum’) vous offrira un jeu de couleurs de toute beauté. Au bourgeonnement, il est d’abord pourpre avant que les feuilles ne se colorent en vert en été puis resplendissent en automne d’un jaune d’or lumineux.

Si vous cherchez un érable avec une belle écorce, choisissez un érable jaspé de gris (Acer rufinerve) ou un érable peau de serpent Acer capillipes) dont l’écorce présente des rayures longitudinales blanches. L’érable cannelle (Acer griseum) dont l’écorce acajou ou orange s’écaille en minces couches attire aussi tous les regards. Des feuilles particulièrement petites et originales ornent l’ érable de Montpellier (
Acer monspessulanum).

Multiplication

Les espèces d’érables se multiplient en général par semis. Quelques-unes se resèment même d’elles-mêmes dans le jardin avec leurs graines ailées. Pour multiplier les formes cultivées, on a recours à différentes méthodes de greffe, par exemple l’écussonnage et, pour les formes de jardin des érables du Japon, à la méthode de la plaque latérale en été sous cloche. L’érable boule est greffé au printemps par greffe en fente ou en été par écussonnage sur des hautes tiges de l’érable plane parce que cette variété pousse lentement et ne forme pas de tronc droit. La multiplication par marcottage est également possible.

Maladies et parasites

De nombreuses espèces sont sujettes aux maladies foliaires comme le mildiou et la maladie des taches de goudron. Le choix de l’emplacement adapté à l’espèce est donc une des conditions essentielles pour avoir des arbres en bonne santé. De temps en temps, des parasites comme des pucerons, des araignées rouges, des galles et des cigales peuvent faire leur apparition. Sur des sols lourds et humides, les érables du Japon sont particulièrement sujets à la verticilliose. Cette maladie fongique se caractérise par des feuilles ternes qui se fanent rapidement, une écorce crevassée et un assèchement apparemment inexpliqué des branches et des rameaux. Avec un peu de chance, vous pourrez sauver votre érable en coupant les rameaux infestés puis en pansant les points de coupe avec du mastic de greffage et en replantant l’arbre à un autre endroit du jardin ou dans un nouveau pot. Si l’arbre est infesté par le redoutable chancre de saignement, il doit être signalé aux services municipaux de contrôle phytosanitaire et immédiatement abattu car les spores de ce champignon pathogène sont aussi dangereuses pour l’être humain. Cette maladie menace surtout l’érable sycomore indigène mais l’érable plane et l’érable champêtre peuvent également être touchés.

Comment avez-vous trouvé cet article?