Sujets

Noix, noyer

Si vous avez un noyer dans votre jardin, vous pouvez récolter jusqu’à 50 kilogrammes par an. Nous vous présentons cet élégant arbre des jardins familiaux et vous donnons des conseils de plantation et d’entretien.

Origine

Le noyer (Juglans regia) est originaire de régions au climat très doux. Sa zone de répartition s’étend d’Asie Mineure jusqu’en Grèce. Les noyers appartiennent à la famille des juglandacées (Juglandaceae) et sont connus comme plantes de culture depuis plus de 1000 ans. A lui seul, le catalogue allemand des noyers compte environ 100 variétés différentes. Le noyer a été introduit en Allemagne sous le nom de «nux gallica» et a été désigné dans la langue courante comme noix romande ou noix. La propagation du noyer dans l’espace germanique s’est probablement faite par le biais des camps romains et des villes romaines le long du Rhin où on pratiquait dès l’Antiquité un important commerce de marchandises avec les tribus germaniques voisines.

Le bois de noyer a aussi une importante particulière dans l’activité forestière et est considéré comme un des bois nobles les plus précieux. Il servait dès le Moyen-Âge à fabriquer les manches des arbalètes. Plus tard, en particulier pendant les guerres mondiales, on en faisait des crosses de fusil. Les meubles en bois de noyer sont également recherchés et très chers en construction massive. Ce bois noble est donc généralement transformé en placage. D’autre part, on fabriquait autrefois du brou de noix à partir de la décoction de feuilles et des enveloppes des fruits. Il servait à colorer d’autres bois dans des couleurs sombres et à obtenir une belle surface brillante.

Aspect et port

Un noyer multiplié par bouturage peut atteindre l’âge de 600 ans. Il peut mesurer jusqu’à 30 mètres de haut et sa large couronne arrondie peut couvrir un rayon de 15 mètres. Le tronc principal de l’arbre peut atteindre un diamètre de un à deux mètres. On trouve maintenant différentes variétés qui conviennent aussi aux jardins domestiques plus petits. Cependant, il ne faut pas sous-estimer la force de croissance d’un noyer: les couronnes des variétés de culture à croissance plus faible atteignent aussi un diamètre de sept à huit mètres. Les tiges remarquablement épaisses sont recouvertes d’une écorce gris claire à ocre. Ce ne sont que les troncs des arbres plus âgés qui présentent une écorce gris clair crevassée en longueur.

Les feuilles alternes vert sombre se forment juste après la floraison. Elles sont d’un brun rouge lors de la pousse et imparipennées. Si on les frotte entre les doigts, elles dégagent un parfum aromatique.

Noyer

Un noyer planté dans un jardin a besoin d’énormément de place. Même les variétés récentes présentent facilement une couronne de huit mètres de diamètre.

Les fruits se forment sur les pousses courtes de l’année. Au plan botanique, ce ne sont pas des noix mais des fruits à noyau monospermes. Cependant, à la différence des fruits à noyau habituels comme les cerises ou les pêches, on ne mange pas la chair mais la graine. La noix compte parmi les fruits qui tombent de l’arbre et est donc protégée lors de sa chute par son enveloppe extérieure verte et sa chair. La protection épaisse et coriace se détache petit à petit jusqu’à ce que le noyau apparaisse: c’est la noix à proprement parler. La noix est ronde ou en ovale allongé et peut mesurer entre deux et huit centimètres. Elle est d’un marron clair ou moyen et présente une surface ligneuse nervurée.

Le tissu nutritif comestible se trouve à l’intérieur de la coque. Il contient 50 à 65 pour cent d’huiles végétales bonnes pour la santé, entre 18 et 25 pour cent de protéines brutes, de vitamines et de minéraux. Les acides gras insaturés qu’elle contient ont une influence positive sur le taux de cholestérol.

Emplacement et sol

Le noyer a besoin d’un emplacement ensoleillé et chaud qui doit être si possible à l’abri du vent. Il s’épanouit de préférence dans des endroits au climat durablement doux comme par exemple dans les régions viticoles. Le sol doit être si possible riche en humus et aéré en profondeur car le noyer forme une forte racine pivotante verticale. Ces arbres qui aiment le calcaire apprécient les sols argileux ou marneux sablonneux et riches en nutriments.

Plantation

Si vous envisagez de planter un noyer dans votre jardin, il faut prévoir suffisamment de place: même les variétés de noyer à croissance plus faible comme ’Mars’ atteignent sans peine un diamètre de couronne de sept à huit mètres. Il est aussi important de tenir compte du fait que pratiquement rien ne poussera au-dessous de l’arbre. Dans leur feuillage d’automne, les arbres dégagent du juglon, une substance qui empêche la croissance racinaires d’autres plantes. C’est pourquoi, sous un noyer, seuls des couvre-sols robustes comme le lierre et diverses espèces de géraniums parviennent à s’imposer.

Le feuillage du noyer caduque pousse généralement assez tard. La couronne reste donc longtemps très transparente au printemps et procure une ombre agréable en été. Idéal pour installer un coin de repos au-dessous, d’autant plus qu’on prétend que cette plante a la faculté de chasser les moustiques et d’autres insectes gênants par les substances contenues dans ses feuilles.

La meilleure période pour la plantation est le printemps parce que les arbres peuvent alors bien s’enraciner avant les premières gelées. Creusez un trou de plantation suffisamment grand et consolidez le jeune noyer tout de suite avec un pieu pour que le vent ne le renverse pas. Pendant l’année de la plantation, les arbres ne bourgeonnent qu’extrêmement faiblement.

Conseils d’entretien

Un noyer n’a pas besoin de beaucoup d’entretien: Au printemps, il faut apporter aux jeunes arbres environ deux litres de compost par mètre carré. Il sera épandu sur le pourtour extérieur de la couronne car c’est là que se trouvent la plupart des racines fines. En cas de sécheresse, il faut arroser les noyers sans tarder s’ils ont été plantés moins de trois à quatre ans auparavant. Par ailleurs, il est important de badigeonner les jeunes arbres à la chaux en automne. Cela protège l'écorce des fissures dues au gel. Si vous accordez de l’importance à une pelouse bien verte, il faudra aussi ratisser les feuilles tombées en automne.

Formation et taille

A la différence de nombreux autres arbres fruitiers, les variétés de culture des noyers se dispensent généralement bien d’opérations de taille. Toutefois, si vous voulez ou devez tailler votre noyer, la période favorable se situe de la mi-juillet à la mi-septembre au plus tard. Si le noyer est taillé au printemps, les plaies saignent fortement en raison de la pression importante des racines, ce qui peut avoir un effet négatif sur la croissance. Que vous procédiez à une taille de formation ou à une taille d’entretien: toutes ces opérations doivent se faire en plein été. Par ailleurs, on rabat à un cône d’au moins 20 centimètres de long toutes les tiges secondaires qui doivent être éliminées si elles présentent une épaisseur d’au moins la moitié de celle de la tige principale. Si on les retirait immédiatement sur l’écorce, le risque serait élevé que le tissu de l’écorce de la tige principale se dessèche et que l’arbre soit endommagé par des champignons qui y pénètreraient. En règle générale, les cônes se dessèchent jusqu’à la moitié et avec le temps, il se forme des tige secondaires faibles dans la partie inférieure. Conservez-en deux à trois exemplaires à port plat et coupez la partie séchée du cône derrière la tige secondaire la plus extérieure.

Taille de formation

A la fin de l’été de la saison de plantation, il est nécessaire de procéder à une taille de formation pour que le noyer forme une belle couronne pyramidale harmonieuse. Choisissez pour cela une tige centrale vigoureuse, si possible bien droite et trois à quatre tiges secondaires vigoureuses à la base de la couronne. Les autres tiges secondaires assez grosses seront éliminées ou coupées en cônes. Si d’autres pousses se forment sur le tronc au cours de la saison, il faut aussi les couper. Les tiges principales ne seront raccourcies que si elles sont très longues et n’ont pas de tiges secondaires. La plaie restante ne doit pas être plus large que la moitié du diamètre de la tige principale.

Taille d’entretien:

La taille d’entretien se limitera chez le noyer essentiellement à retirer les tiges dites verticales qui se forment à partir de la tige principale. A la longue, elles sont peu solides et peuvent se casser après plusieurs années. C’est pourquoi on les appelle aussi des «branches à fente». Eliminez les tiges verticales de préférence encore pendant l’été au cours duquel elles se sont formées. Les tiges qui font concurrence à la tige principale et aux tiges directrices latérales doivent aussi être éliminées sans tarder ou rabattues en cônes.

Fécondation

Les noyers sont monoïques, c’est-à-dire que des fleurs mâles et des fleurs femelles se trouvent sur le même arbre. C’est essentiellement le vent qui pourvoit à la pollinisation. Quelques espèces comme ’Geisenheimer’ et ’Mars’ sont auto-fertiles ce qui constitue un critère de choix important précisément pour les petits jardins dans lesquelles il n’y a de la place que pour un seul arbre. Mais les récoltes sont généralement plus importantes quand deux arbres se trouvent à proximité immédiate l’un de l’autre.

Fleurs de noyer

Les fleurs mâles qui pendent serrées les unes contre les autres en longs chatons s’ouvrent dès la fin avril. Les organes femelles se trouvent sur les pointes des tiges du même arbre et s’ouvrent peu de temps après.

Récolte et utilisation

A l’automne, un noyer fournit jusqu’à 50 kilogrammes de noix. Mais pour récolter, il faut faire preuve de patience et attendre absolument jusqu’à ce que les noix tombent d’elles-mêmes sur le sol. Elles ne sont vraiment mûres que quand l’enveloppe verte et charnue (le brou) éclate. Déjà parce qu’il est très difficile d’extraire les noix de la coque et parce que l’acide tannique qui y est contenu colore les doigts en brun, il faut attendre le moment où les fruits tombent. En aucun cas, il ne faut gauler ou arracher les noix des branches. Pour prendre de vitesse les écureuils ou les pies, il faut ramasser les noix tous les deux jours et les faire bien sécher sous abri ou dans un grenier sur des caillebotis bien aérés en bois ou en fil de fer. En particulier par temps humide, il est important de ramasser régulièrement et de faire sécher rapidement pour empêcher la formation de moisissure. Retirez soigneusement les restes de brous devenus marron avec une brosse avant de disposer les noix pour les faire sécher. Dans un endroit frais et aéré, on peut alors les conserver pendant des mois. Les cerneaux déjà sortis de la coquille doivent être utilisés sans tarder. Ils perdent rapidement leur arôme et les huiles précieuses prennent un goût de plus en plus rance.

Faire sécher des noix

Bien séchées, les noix peuvent se conserver au plus trois à quatre mois dans une pièce fraiche et aérée.

Les noix peuvent être transformées de différentes façons. Pour la consommation, on aime bien utiliser les noix dans du muesli, des gâteaux, des biscuits ou des crèmes glacées. On les trouve aussi dans des mélanges tout prêts de fruits secs. On les presse aussi pour produire des huiles alimentaires de grande qualité. L’huile de noix est également utilisée dans l’industrie cosmétique, par exemple pour des protections solaires. Si vous récoltez les noix pas encore mûres dès la fin juin, vous pouvez en faire des "noix noires", une spécialité du Sud de l’Allemagne connues aussi sous le nom de «Truffe du Palatinat».

Variétés à recommander

Les noix issues de noyers de culture sont nettement plus grosses et les arbres ont généralement une couronne plus petites que dans l’espèce sauvage. Les variétés greffées comme ‘Broadway’, ‘Buccaneer’, ‘Franquette’, ‘Majestic’ et ‘Parisienne’ produisent souvent leurs premières noix déjà au bout de quatre à cinq ans. Les différentes variétés de noyers se distinguent fortement dans leur comportement de croissance. Elles atteignent toutefois leur pleine force de croissance seulement pendant la deuxième ou la troisième année suivant la plantation et atteignent en moyenne l’âge de 200 à 300 ans.

’Mars’ fait partie des variétés auto-fertiles récentes. Ses noix sont faciles à casser. ’Rosette’ surprend à l’ouverture avec des cerneaux d’un rouge lumineux. Les arbres atteignent une hauteur de quatre à six mètres.

Multiplication

Il existe différentes possibilités d’obtenir un nouveau noyer. La multiplication naturelle et la propagation des graines sont faites par différentes espèces d’oiseaux, par les écureuils et d’autres rongeurs. En particulier les écureuils enterrent les noix comme réserves pour l’hiver et il arrive souvent qu’ils ne retrouvent plus les cachettes par la suite. Les noyers se sont spécialisés dans cette forme de propagation car ils ne germent que s’ils sont recouverts d’une couche de terre assez épaisse. Toutefois, le bouturage ne permet pas d’obtenir des fruits de variété pure. Les noyers reproduits par bouturage ont une production de fruits tardive et une croissance plus vigoureuse et portent en général des fruits nettement plus petits que les variétés obtenues par greffe. En raison de leurs bourgeons épais, les noyers sont généralement greffés en été par ce qu’on appelle une greffe en fente terminale.

Ecureuil avec une noix

Si vous avez un noyer dans votre jardin, vous pourrez observer fréquemment de très près des écureuils en train de chercher de la nourriture.

Maladies et parasites

Les noyers sont rarement sujets aux maladies et aux parasites. Par temps chaud et humide, le marssonina peut toutefois se répandre rapidement. Ce champignon provoque des taches sombres sur les feuilles et les enveloppes vertes des fruits, mais il ne pénètre généralement pas dans les noix. Un danger plus important est le feu bactérien qui se présente également sous la forme de taches d’un brun noir. Les cerneaux noircissent ensuite et sont impropres à la consommation.

Les mouches du noyer pondent leur œufs dans les brous des fruits. Les larves se nourrissent de la chair des fruits qui devient d’abord noire et visqueuse et finit par se dessécher. Mais on peut utiliser les noix sans risque si on les retire les restes noirs des brous qui y sont encore collés. Solution: Vers la fin juin, accrocher des pièges contre les mouches drosophiles du cerisiers dans les couronnes des arbres et recouvrir le sol au-dessous de filets à mailles serrées.

Un grand ennemi du noyer est le gel: Il détruit les fleurs et a pour conséquence que les arbres portent très peu de fruits pendant une année. ’Mars’ et ’Geisenheimer’ sont des variétés à floraison et à mise en fruits tardives, relativement peu sensibles aux gelées tardives et sont donc le meilleur choix pour le climat d’Europe Centrale.

Comment avez-vous trouvé cet article?