Sujets

Pomme, pommier

Christel Rupp Christel RuppFolkert Siemens Folkert SiemensWolfgang Bohlsen Wolfgang BohlsenVerena Schmidt Verena Schmidt

Le pommier est l’arbre fruitier le plus populaire et le plus important, il n’existe aucun fruit avec une plus grande richesse de variétés. Conseils pour la plantation, l’entretien et la récolte.

Origine

Le pommier (Malus domestica), qui fait partie des rosacées (Rosaceae), compte parmi les arbres fruitiers les plus populaires et les plus fréquemment cultivés dans le monde. Comme les poires, coings et nèfles, qui lui sont apparentés, la pomme est aussi ce qu’on appelle un fruit à pépins. Les variétés cultivées que nous connaissons de nos jours proviennent essentiellement des variétés sauvages de pommes naines (Malus pumila) et de pommes sauvages (Malus sylvestris) dont la région d’origine est l’Asie Mineure. Déjà à l’Antiquité le pommier tenait une place importante. Ce sont les Romains qui ont importé la culture de la pomme vers la Germanie où elle s’est implantée. En Europe occidentale, Charlemagne (742–814) et de nombreux monastères ont favorisé son expansion. La pomme est, notamment en raison de son apparition comme fruit de la connaissance dans la Bible, un symbole du principe féminin, de la tentation et de la terre. On trouve ainsi la légende de l’arbre du paradis et de ses fruits dans les cultures les plus diverses. Depuis une centaine d’années, on pratique méthodiquement la sélection de nouvelles variétés de pommes. Il existe actuellement dans le monde entier plus de 100 000 variétés dont environ 1 500 sont cultivées en Europe Centrale. Un grand nombre d’entre elles ne jouent toutefois aucun rôle dans le commerce et sont plutôt des variétés réservées aux amateurs.

Aspect et port

Le pommier est un arbre pouvant mesurer entre un et dix mètres de haut avec des branches montantes ou retombantes, une racine pivotante profonde et une écorce rugueuse qui s’écaille de façon irrégulière. Les feuilles alternes sont ovales, finement dentelées, et leur face inférieure est recouverte d’un duvet ou est lisse. Lorsqu’à la fin du printemps, généralement dans les semaines entre fin avril et mi-mai, le pommier ouvre ses fleurs en ombelles terminales, cinq à dix fleurs et une rosette de feuilles surgissent de chacun des gros bourgeons sur les branches à fruits. Les cinq pétales des fleurs sont de forme et de couleur différentes dans chaque variété. Dans la plupart des cas, elles sont d’abord rouge rosé puis d’un blanc pur. Dans les régions chaudes, la floraison débute bien plus tôt que dans les régions au climat rigoureux ou en situation froide au nord. A l’intérieur des fruits du pommier, des parois semblables à du parchemin délimitent cinq segments qui contiennent chacun deux graines. Selon la variété, les pommes sont rondes à plates, vertes, jaunes ou plutôt rouges.

Pommier en fleur

Dès la fin du mois d'avril, le pommier ouvre ses fleurs

Emplacement et sol

Pour s’épanouir, les pommiers préfèrent les sols profonds, riches en nutriments avec un bon apport d’humus. Les emplacements froids, humides entraînent un mauvais développement des arbres et des fruits et la multiplication des maladies. Il est important de choisir un emplacement qui ne risque pas les gelées tardives car une fois ouvertes, les fleurs de pommier ne supportent une température négative que d’environ un degré au-dessous de zéro.

Plantation

Le porte-greffe est décisif pour la hauteur d’un pommier. Demandez conseil dans une pépinière pour savoir quelle variété de pomme et quelle forme d’arbre, demi-tige, tige, fuseau, espalier ou buisson sont adaptées à l’emplacement que vous avez choisi. On vous y recommandera aussi la variété nécessaire pour la pollinisation, car en règle générale, les pommiers ne peuvent pas se féconder eux-mêmes et ont donc besoin d’un deuxième arbre pour la fructification. Renseignez-vous également au préalable sur la tolérance aux maladies, le goût et la conservation de la variété souhaitée. Dans la plupart des cas, les sélections modernes et résistantes sont le meilleur choix. Dans quelques pépinières, à la période de plantation à l’automne, vous pouvez goûter les fruits de différentes variétés de pommes.

On trouve les pommiers essentiellement sous la forme d’arbres à racines nues – c’est-à-dire sans motte de terre. L‘entretien et la récolte sont plus faciles. Ils sont arrachés dans la pépinière à l’automne après avoir perdu leurs feuilles La meilleure période de plantation des pommiers va de fin octobre à fin mars. Avec une bêche, creusez un trou deux fois plus grand que la motte de racines et ameublissez le fond avec une fourche. Enfoncez un tuteur dans le sol avec un marteau du côté du vent dominant. Avant de poser la motte de racines dans le trou, remplissez-le avec un mélange de terre de jardin meuble et de compost à hauteur suffisante pour que le bas du tronc affleure au niveau du sol. Le compost est également un bon complément pour remplir les côtés du trou. En replaçant la terre retirée du trou, secouez le tronc de l’arbre légèrement de temps en temps pour que la terre se répartisse bien entre les racines. Veillez à ne pas plier les racines. Il est également important de ne pas planter le pommier plus profondément qu’il ne l’était auparavant.

Planter un pommier

Le trou de plantation des pommiers à racines nues doit être profond d’au moins 40 centimètres et deux fois plus large que l’ampleur des racines

Une fois l’arbre planté, il faut bien tasser la terre et la remblayer en arrosant le bord de la cuvette formée. Ensuite, le pommier aura encore besoin d’une taille au cours de laquelle la pointe et toutes les tiges secondaires de l’arbre seront raccourcies au plus de moitié. On attache l’arbre au tuteur à l’aide d’une corde en coco en forme de huit. Pour s’assurer que la couronne de l’arbre ne sera pas tout de suite exposée à des insectes nuisibles, on peut appliquer des bandes de glu aussi bien sur le tuteur que sur le tronc.

Conseils d’entretien

Pendant les périodes sèches, il faut arroser le pommier de temps à autre. Un apport équilibré de nutriments est nécessaire pour une bonne croissance. Fertilisez votre pommier la première fois au début du printemps (au plus tard à la mi-mars), de préférence avec un engrais naturel comme des copeaux de corne. Recouvrez de compost le pourtour du tronc une ou deux fois par an avec du compost bien décomposé. Cette cure de compost incitera l’arbre à former de nouveaux bourgeons et lui permet de porter plus de fruits. En été, vous pouvez compléter la cure en arrosant à plusieurs reprises toute la zone d’écoulement avec une décoction de pomme que vous préparez en versant deux litres d’eau bouillante sur deux poignées de feuilles de pommier hachées grossièrement et de pommes coupées en petits morceaux. Laissez refroidir, filtrez le mélange et diluez la décoction jusqu’à en obtenir 15 litres.

Lorsqu’une année, un arbre porte beaucoup de fruits, vous devez éclaircir la charge en fruits. Ceci concerne particulièrement les variétés sujettes à ce qu’on appelle l’alternance: une forte nouaison fait que les arbres n’auront que peu de bourgeons floraux l’année suivante et les fruits seront donc d’autant plus rares.

Une taille régulière du pommier contribue à le maintenir en bonne santé, solide et fertile. La couronne doit toujours être clairsemée, il faut donc couper les branches âgées et celles qui poussent vers l’intérieur. Si la production de fruits est régulière et la pousse de rameaux faible, il faut privilégier la taille d’hiver. Cela stimule la croissance du bois. Il en va autrement en cas de forte croissance et de nouaisons excessives. Il est alors indiqué de tailler le pommier en août et de l’éclaircir dès que les fruits atteignent la taille d’une noix. Vous pouvez laisser un à deux fruits par inflorescence. Grâce à la taille, les pommes qui restent seront plus grosses, plus colorées et plus savoureuses. Et: l’arbre pourra former à nouveau suffisamment des bourgeons à fruits pour l’année suivante.

Fécondation

Les pommiers font partie des arbres à fécondation croisée, ce qui veut dire qu’une pollinisation avec du pollen de la même variété n’est pas possible. Pour cela il faut des pollinisateurs,c'est-à-dire au moins une autre variété de pomme à proximité qui ouvre ses fleurs dans le même laps de temps. Les abeilles sont en outre nécessaires pour que les arbres produisent beaucoup de fruits. En cas de météo printanière fraîche et aussi en raison du déclin des populations d’abeilles, ce sont de plus en plus souvent les bourdons et les abeilles sauvages qui assurent la pollinisation. Conseil: attirez les insectes utiles dans votre jardin avec des nichoirs et des cultures fourragères.

Les fleurs non ou insuffisamment pollinisées tombent avec leur pédoncule une à quatre semaines après la floraison («chute de floraison secondaire»). Si la pollinisation a bien marché, seuls les pétales tombent. Les sépales se dessèchent et restent sous la forme de petites couronnes. La croissance commence d’abord lentement: fin mai, les petites pommes jeunes ont à peu près la taille d’une noix. A la chute des fruits en juin, l’arbre rejette tous les fruits qui ne peuvent pas être nourris ou se développent chétivement. Les pommes restantes continuent à grossir d’autant plus rapidement. Les premières nuits fraîches favorisent la maturité de cueillette et la coloration de la peau caractéristique de la variété. Ce qui explique pourquoi la récolte commence en situations peu propices à peine plus tard que dans les régions au climat plus chaud.

Pollinisation d’une fleur de pommier

Un printemps chaud et sec et de nombreux pollinisateurs assidus sont décisifs pour la récolte

Récolte et utilisation

La récolte des pommes commence dès que les fruits se détachent facilement du pédoncule, qu’ils ont la couleur caractéristique de leur variété et que la chair des fruits ne présente plus de reflet trop vert. Les variétés de garde sont récoltées avant ce moment, ce qui augmente la durée de conservation. Il faut veiller à ce que les variétés de garde ne présentent absolument aucune blessure ni même de pourriture. Les pommes récoltées doivent être entreposées dans une pièce à l’abri du gel à température constante, par exemple dans une cave avec un sol naturel. Sinon, vous pouvez aussi habiller des cagettes de carton ondulé et les stocker sur un balcon protégé. Il faut faire particulièrement attention à la vitrosité des pommes: si plus d’un tiers de la chair est vitreux, les pommes ne peuvent pas être stockées. Une méthode prisée de conservation est de faire des conserves de pommes.

Récolte des pommes

Les pommes sont bonnes à récolter lorsqu’on peut les détacher facilement du pédoncule

Conseils de variétés

Le choix de la variété de pomme dépend de nombreux facteurs. Si le jardin est très petit ou si vous ne disposez que de peu de place, choisissez un arbre sur lequel deux ou trois variétés sont déjà greffées. Ces arbres sont très décoratifs et font sensation surtout pendant la maturation. Les pommiers en colonne sont aussi intéressants pour les petits jardins: ils se distinguent par un port compact en forme de colonne sans branches latérales, atteignent une hauteur d’environ trois mètres et se contentent d’un espace de 50 x 60 centimètres par arbre. Ils sont donc particulièrement adaptés à la culture en bac, pour délimiter un terrain ou comme brise-vue. Les variétés connues sont par exemple « Bolero » qui donne des pommes vert clair, « Polka » des fruits rouge vert et « Waltz » des fruits rouge foncé.

Autres questions importantes pour le choix de la variété de pomme: voulez-vous récolter des pommes à maturité tardive et de bonne conservation ou des fruits que vous pouvez déguster immédiatement au pied de l’arbre? Préférez-vous des variétés de pommes anciennes ou la capacité de conservation est-elle pour vous de la plus grande importance? Préférez-vous plutôt des fruits sucrés, farineux ou acides?

Les variétés de pomme qui ont fait leurs preuves pour le jardin familial sont notamment: ’Retina’ à l’arôme juteux et acide, Rewena’ une variété très robuste aux rendements élevés. ’Rubinola’ arrive à maturité entre début et mi-septembre et se caractérise par des pommes savoureuses. ’Piros’ et ’Julia’ arrivent à maturité dès la fin juillet. Ces deux variétés ne conviennent toutefois que pour être consommées immédiatement.

Les variétés ’Retina’ (à gauche) et ’Rewena’ (à droite)

Multiplication

Les pommes se multiplient par greffage. Soit par approche sur des pommiers porte-greffes à racines nues ou en été par écussonnage en glissant un seul œil avec une lamelle d’écorce de la variété noble derrière l’écorce du porte-greffe fendue en T.

Maladies et parasites

Parmi les maladies les plus fréquentes et les parasites présents sur les pommiers, on trouve aussi bien les carpocapses que les maladies fongiques comme l’oïdium et la tavelure. Pour lutter contre la tavelure, il faut connaître son cycle annuel: le champignon hiberne dans les feuilles mortes au sol où il forme au printemps des petits champignons microscopiques . Les spores qui y sont contenues sont transportées par le vent et les projections d’eau sur les feuilles encore jeunes et les infectent. Ceci entraîne d’abord la formation de taches de tavelure légèrement huileuses sur les feuilles. Les spores en forme de poire qui s’y forment infectent les feuilles et les fruits pendant l’été et touchent aussi les pommiers proches et plus éloignés. Sur les fruits apparaissent des taches sombres, dentelées au centre desquelles se forment de petites craquelures. La boucle est bouclée à l’automne avec la nouvelle chute des feuilles.

Important: en automne, ramassez les feuilles mortes aussi soigneusement que possible et jetez-les avec les déchets verts. Il ne faut pulvériser avec des produits appropriés qu’au début du printemps à partir du bourgeonnement pour éviter les premières infections. Pour de nouvelles plantations, portez votre choix sur des variétés moins fragiles comme ‘Retina’, ‘Rewena’, ‘Rebella’, ‘Topaz’ ou ‘Florina’.

Comment avez-vous trouvé cet article?