Sujets

Prune, prunier

Verena Schmidt Verena Schmidt

Le prunier fournit en plein été et en fin d’été des fruits parfumés et juteux. Voici comment planter et prendre soin du prunier et récolter les prunes si appréciées.

Origine

Le prunier (Prunus domestica) appartient à la famille des rosacées (Rosaceae). A côté du prunier au sens strict, on trouve aussi quelque sous-variétés: la quetsche (Prunus domestica subsp. domestica) qui est une proche parente de la prune, ainsi que la mirabelle (Prunus domestica subsp. syriaca) et la reine-claude (Prunus domestica subsp. italica). On trouve des pruniers aussi bien en Europe, en Amérique du Nord et en Afrique qu’en Asie occidentale. Cette espèce est probablement le produit d’un croisement entre la prunelle (Prunus spinosa) et du prunier-cerise (Prunus cerasifera).

Aspect et port

Pendant les premières années, le prunier a une croissance généralement assez rapide avec des branches principales érigés. Une fois en âge de produire, la croissance ralentit. Les arbres forment des couronnes larges, arrondies ou pyramidales. Indépendamment de la variété, du support, de l’emplacement et de l’entretien, le prunier atteint une hauteur de quatre à huit mètres.

Les tiges du prunier sont verdâtres et nues, les feuilles sont en large ovale, pointues et finement dentelées. En mai apparaissent les fleurs ordonnées en touffes. Elles font environ deux centimètres, hermaphrodites et à cinq pétales. En plein été, le prunier forme des fruits assez gros, ronds à ovales à la chair tendre, très juteuse et sucrée. Les fruits sont nettement arrondis aux extrémités et à la différences de la chair des quetsches, la chair des prunes se détache plutôt difficilement du noyau arrondi. En raison de leur consistance assez juteuse et molle, les fruits sont parfaits pour être consommés frais, en compote ou en confiture.

Fleurs blanches de prunier

Les fleurs blanches du prunier s’ouvrent au printemps.

Emplacement et sol

L’endroit idéal pour qu’un prunier s’épanouisse est ensoleillé, chaud et abrité du vent. Le sol doit être riche en nutriments et en humus et humide. Les exigences peuvent cependant varier selon les variétés. C’est pourquoi il faut se renseigner précisément sur les besoins en ce qui concerne l’emplacement et le sol quand on achète un prunier.

Plantation

Plantez le prunier de préférence pendant une période comprise entre la fin de l’automne et le printemps, quand il ne risque plus de geler. Notez bien que pour les variétés qui ne sont pas auto-fécondantes, il vous faudra planter une variété fécondante à proximité. Le trou de plantation que, dans l’idéal, vous aurez enrichi de compost auparavant, doit être suffisamment grand pour la motte de racines. Positionner l’arbre dans la terre que vous tasserez bien. Pour que le prunier soit bien stable et s’enracine bien, il est recommandé de le tuteurer.

Conseils d’entretien

A titre de soin, il faut apporter après la floraison une couche de paillis ou d’humus sur le pourtour de l’arbre de manière à ce que les éléments nutritifs et l’humidité restent mieux dans le sol. En cas de sécheresse prolongée, un arrosage copieux est nécessaire. En complément, vous pouvez fumer les arbres très fructifères chaque année avec du compost. Les pruniers peuvent être taillés en quenouille ainsi qu’en couronne creuse ou pyramidale.

Elevage et taille

La taille sert dans les trois à quatre premières années à former la couronne et plus tard à favoriser le renouvellement des branches à fruits. Les plus beaux fruits poussent sur du bois jeune, c’est pourquoi il faut éclaircir le vieux bois régulièrement après la récolte.

Lors de la taille au printemps, vous devez laisser quatre tiges secondaires autour du tronc et les former en branches principales. Raccourcissez les branches principales latérales d’un tiers. Pour que les fruits qui sont à l’intérieur reçoivent beaucoup de lumière et développent leur plein arôme, il faut, pendant les premières années, couper («détourner») lors de la taille de formation toutes les branches principales ou porteuses régulièrement devant une tige secondaire bien placée et poussant vers l’extérieur. La meilleure période est alors le plein été entre fin juillet et début août. Au printemps suivant, vous pouvez choisir environ huit tiges secondaires par branche principale et en faire une couronne.

En arboriculture professionnelle, les pruniers sont d’ailleurs formés en ce qu’on appelle des couronnes creuses: Pour ce faire, on coupe la tige principale au-dessus de la branche latérale supérieure. L’avantage de cette méthode de culture est que les fruits reçoivent tous la meilleure luminosité.

Tailler un prunier

Vous devez éclaircir les pruniers plus âgés en été et retirer les branches à fruits vieillies.

Pour des arbres plus âgés, il suffit de faire à partir de la mi-août une taille d’éclaircissement au cours de laquelle on retire en particulier toutes les branches à fruits vieillies, c’est-à-dire de plus de trois ans. Des tiges secondaires sont alors coupées devant une jeune tige dirigée vers l’extérieur. Les tiges dirigées vers le haut et vers l’intérieur de la couronne, qu’on appelle des réitérations, seront également retirées.

Chez les pruniers, les tiges porteuses de fruits vieillissent au bout de trois à quatre ans. Ce n’est que quand un prunier n’a presque jamais été taillé et n’a presque plus de jeunes pousses qu’on procèdera à une taille de rajeunissement: Pour une taille de rajeunissement, coupez immédiatement après la récolte toutes les parties de branches retombantes juste avant une jeune tige saine. Coupez «au tenon», c’est-à-dire en laissant au point d’attache un moignon de branche de 10 à 20 centimètres de long. Ce moignon ne sera retiré complètement que lorsqu’il se sera desséché au bout de deux ans environ.

Fécondation

Les différentes variétés de pruniers ne sont pas toutes autofécondantes. Renseignez-vous donc tout de suite lors de l’achat et plantez le cas échéant une deuxième variété fécondante à proximité.

Récolte et utilisation

En juillet et août, vous pourrez récolter les fruits du prunier, et c’est après que la peau ait pris une teinte bleu foncé. Il est recommandé de récolter plusieurs fois les fruits en commençant par le côté exposé au soleil. Les prunes sont parfaites pour être consommées crues. Vous pouvez aussi les utiliser cuites, par exemple en confiture ou en compote.

Prunes en bocal

En bocal, les fruits se conservent tout l’hiver.

Protection hivernale

Les troncs des jeunes pruniers sont sujets aux crevasses dues au gel et doivent donc être protégés du soleil hivernal par un badigeon blanc ou un manchon autour du tronc.

Conseils de variétés

Il existe de nombreuses variétés de prunes pour les jardins de particuliers. Elles se différencient par la période de maturité , la consistance, la forme et l’arôme des fruits. En règle générale, la tolérance des pruniers au virus de la sharka est moins marquée que pour les quetsches. ’Tophit’ et ’Haganta ’ sont de nouvelles variétés de culture moins fragiles. Elles arrivent toutes les deux à maturité à la mi-septembre et portent de gros fruits pouvant peser jusqu’à 80 grammes.

La variété ’Königin Victoria’ originaire d’Angleterre porte des fruits particulièrement gros. Il s’agit d’un prunier à large couronne en forme de pyramide et aux fruits ronds d’un jaune orangé lumineux. La chair des fruits se détache facilement du noyau. Cependant, cette variété est sensible à la maladie du sharka.

La prune ’Ontariopflaume’ est aussi adapté aux climats rudes et produit de gros fruits tout ronds et jaune vif. La chair est ferme et a un goût légèrement sucré. ‘Ruth Gerstetter’ est une variété à la couronne petite et en boule dont les fruits arrivent déjà à maturité entre le début et la moitié du mois de juillet. Les prunes sont ovales et ont une peau pruineuse allant d’un brun violet à une teinte bleuâtre. Les fruits sont légèrement épicés et un peu acidulés.

Multiplication

La méthode la plus facile pour multiplier le prunier est le marcottage. La méthode la plus courante est la greffe. Une multiplication par semis est plus longue.

Maladies et parasites

De nombreuses variétés de prunes sont fortement menacées par la maladie de la sharka. L’infestation a un effet dévastateur sur la récolte car les fruits tombent prématurément. Il est donc recommandé de demander au pépiniériste des variétés plus résistantes. De plus, l’apparition de la cloque du prunier oblige à retirer les feuilles atteintes. Les larves de l’hoplocampe du prunier rongent les fruits. De la même manière, les chenilles du carpocapse ainsi que les pucerons peuvent causer des dommages aux feuilles et aux fruits du Prunus domestica.

Comment avez-vous trouvé cet article?