Sujets

Hellébore

Sarah Stehr Sarah Stehr

Avec leurs grandes fleurs dans de nombreuses nuances différentes, les espèces d’hellébore comme l’hellébore, la rose de Noël et la rose de Carême mettent de la couleur au jardin entre décembre et avril. Découvrez ici tout ce qu’il faut savoir pour la plantation et les soins des différentes espèces et variétés.

Origine

Au total, le genre hellébore compte 19 variétés vivaces, originaires d’Europe, de certaines parties de Chine et d’Asie de l’Ouest. Toutes les espèces contiennent de l’helléborine, une substance active toxique et dont le nom est composé des mots grecs « hellein » (tuer) et « bora » (nourriture). C’est à elle que le genre appartenant à la famille des renonculacées (Ranunculaceae) doit sont nom botanique.

Les plantes du genre hellébore porte de nombreux noms populaires : rose de Noël, rose des neiges ou rose de Carême. Mais les noms les plus courants sont rose de Noël (à cause de la floraison de l’helléborus noir juste au moment de Noël) ou rose de Carême. Ce sont surtout les hybrides de Helleborus orientalis à floraison printanière qui sont qualifiées de rose de Carême ou hellébore orientale. Plusieurs espèces portent le nom de hellébore, mais pour la plupart avec un complément de nom dérivé du nom botanique de l’espèce. Ainsi, il existe par exemple un hellébore vert (Helleborus viridis), un hellébore fétide (Helleborus foetidus) ou un hellébore odorant (Helleborus odorus).

Rose de Noël dans son emplacement naturel

Dans la nature, la rose de Noël (Helleborus niger) pousse à l’ombre légère des grands arbres

Aspect et port

Les espèces du genre Helleborus se divisent en deux groupes : les acaules et les caulescentes. Selon l’espèce, elles sont caduques ou persistantes. La plupart des espèces appartiennent au groupe des hellébores acaules. Dans leur cas, feuilles et fleurs proviennent, séparées les unes des autres, du rhizome ligneux et dépassent rarement plus de 45 centimètres de haut. Contrairement au groupe des espèces caulescentes, qui deviennent rarement plus âgées que 2 à 4 ans, elles vivent très longtemps et même jusqu’à 25 ans dans des conditions d’emplacement optimales. Seules 4 espèces font parties des hellébores caulescents : l’hellébore fétide, l’hellébore de Corse (Helleborus argutifolius), l’hellébore livide (Helleborus lividus) et l’hellébore de Stern, un croisement de l’hellébore de Corse et hellébore livide. Ces espèces possèdent des tiges dressées, ligneuses d’où naissent les feuilles et les fleurs. Elles peuvent atteindre jusqu’à 120 centimètres de haut. Lorsque les graines se sont formées après la floraison, les tiges meurent.

Hellébore de Corse (Helleborus argutifolius)

L’hellébore de Corse (Helleborus argutifolius) fait partie des espèces caulescentes et vit relativement peu longtemps

Les feuilles des hellébores, roses de Noël et roses de Carême sont très prononcées et, pour la plupart, vert foncé ou vert intense. Elles émanent respectivement d’un pétiole, sont pennées en forme de main et chacune des folioles a un bord souvent découpé ou dentelé. Les jeunes feuilles sont plutôt souples, plus elles vieillissent, plus elles deviennent épaisses et coriaces. La taille des feuilles varie d’espèce en espèce. Tandis que chez l’une, elles ne mesurent que 7,5 centimètres de large, elles peuvent tout à fait attendre, chez les espèces caulescentes, un diamètre de presque un mètre.

Les hellébores sont très populaires auprès des jardiniers surtout en raison de leur floraison précoce en hiver et au printemps. Dès le mois de décembre, la rose de Noël (Helleborus niger) exhibe ses grosses fleurs d’un blanc pur. Elle est la première espèce à fleurir et, par conséquent, la seule véritable «Rose de Noël». Elle est suivie en février et avril des roses de Carême (Helleborus orientalis hybrides). Il en existe une multitude de couleurs et de formes, c’est pourquoi elles sont particulièrement intéressantes à utiliser au jardin. Le spectre va des fleurs simples à doubles, blanches à mouchetées ou presque noires en passant par roses et rouges. En même temps fleurit aussi l’hellébore fétide (Helleborus foetidus) dont les feuilles diffusent un parfum légèrement désagréable. Cette espèce persistante peut atteindre jusqu’à 50 centimètres de hauteur et séduit avec ses petites fleurs vert clair au début du printemps.

Les principales espèces pour le jardin

Rose de Noël (Helleborus niger) : les roses de Noël sont des vivaces populaires à planter en pot particulièrement au moment de Noël. L’espèce persistante et ses variétés exhibent de jolies fleurs, pour la plupart d’un blanc pur.

Roses de Carême (Helleborus x orientalis) : Les hybrides orientalis affichent probablement le plus large spectre de couleurs du genre et, au printemps, garantissent pas mal de couleur au jardin. Elles sont également persistantes et forment des touffes denses dont émergent des fleurs jusqu’à 10 centimètres de diamètre. Grâce à un intense travail de sélection, il existe aujourd’hui aussi des variétés doubles et multicolores.

Hellébore fétide (Helleborus foetidus) : cette espèce a une durée de vie assez courte. Contrairement aux autres espèces, ses fleurs vert clair en forme de clochettes sont remarquables.

Rose de Noël (Helleborus niger)

La rose de Noël (Helleborus niger) est très populaire pour sa floraison précoce vers Noël

Emplacement et sol

Toutes les espèces d’hellébore aiment les emplacements légèrement à l’écart du soleil à mi-ombragés. Le soleil d’hiver direct n’est pas optimal car il dessèchent souvent les feuilles. Le sol doit être modérément humide à humide, plutôt argileux et calcaire.

Utilisation au jardin

Au jardin, les roses de Noël et roses de Carême sont presque incontournables à cause de leur feuillage vert foncé, leurs splendides couleurs et leur floraison très précoce en hiver et au printemps. Car alors que la plupart des autres plantes sont encore en hibernation, elles font déjà une apparition très remarquée au jardin ou en pot sur la terrasse et le balcon. Les roses de Carême sont le mieux mises en valeur lorsqu’on associe des variétés de différentes couleurs. D’autres vivaces à la floraison précoce comme la pulmonaire officinale sont parfaites pour les accompagner. Avec des variétés à fleurs foncées, des bulbes à fleurs claires, par exemple des narcisses blancs et des tulipes créent de beaux contrastes. Mais pour que les bulbes à fleurs aient suffisamment de place pour se déployer, ne les plantez pas trop serrés.

Rose de Carême (Helleborus x orientalis)

Au jardin, les roses de Carême, en particulier les Helleborus Orientalis hybrides sont des fleurs de printemps indispensables à cause de leurs couleurs éclatantes

Plantation

La période de plantation des roses de Noël et de Carême va de la fin de l’automne au début du printemps. C’est dans cette période que les racines poussent le plus vigoureusement. Un endroit à mi-ombre sous un arbre ou un buisson caduc est optimal. Ainsi, la vivace est à l’ombre en été et bénéficie d’une protection en hiver avec les feuilles tombées. Il faut éviter un emplacement entièrement à l’ombre, car alors les plantes forment moins de boutons floraux. De nombreux HelleborusOrientalis hybrides supportent aussi un emplacement ensoleillé mais uniquement si le sol est uniformément humide. En règle générale : plus l’emplacement est ensoleillé, plus les plantes ont besoin d’humidité. Toutefois, les roses de Carême sont sensibles à l’eau stagnante. Comme leur système racinaire est peu profond, il est préférable de les planter à un endroit où elles ne seront pas dérangées lorsque vous travaillerez le sol. Avant de planter, améliorez les sols sableux légers avec un généreux apport de compost mur.

Tailler

Il faut couper le vieux feuillage avant le bourgeonnement floral. Ainsi, non seulement les fleurs sont mieux mises en valeur, mais cela sert aussi à prévenir la maladie des taches noires.

Hellébore fétide (Helleborus foetidus)

L’hellébore fétide (Helleborus foetidus) séduit par ses fleurs vert clair, semblables à des clochettes

Division

Les espèces acaules peuvent être grossièrement divisées pendant ou juste après la floraison au printemps. Si vous voulez multiplier la plante par division et avez besoin pour cela de plusieurs petits tronçons, septembre est le meilleur moment pour cela. Mais, les tronçons auront alors besoin d’une protection de feuilles et brindilles de sapin le premier hiver.

Autres conseils de soins

Dans l’ensemble, toutes les espèces d’hellébore, moyennant d’être plantées au bon endroit, n’ont pas besoin de soins particuliers. En outre, elles vivent très longtemps et, pendant des années, font apparaître ponctuellement au début de chaque saison une généreuse et magnifique floraison au jardin. Et le meilleur : elles deviennent plus belles d’année en année. Par conséquent, laissez ces vivaces pousser sans les déranger si possible et divisez-les seulement si vous voulez les multiplier.

Multiplication

Les hellébores forment des calices fructifères marqués au centre des fleurs. Ils brunissent avec le temps et s’ouvrent. Ils peuvent ensuite servir à la multiplication. Faites d’abord sécher les graines et semez-les ensuite dans des pots. Mais la multiplication par graines n’est pas faite pour ceux qui sont pressés : avant que la plante ne fleurisse la première fois, il peut se passer jusqu’à 4 années. Ce type de multiplication convient à toutes les espèces d’hellébores. Les espèces caulescentes, comme l’hellébore fétide, ne peuvent même être multipliées que par semis, alors que pour les espèces acaules, la division est possible aussi, de préférence au début de l’automne. Mais ne vous étonnez pas si, après une multiplication par graines, la fleur de nouvelle plante ne correspond pas exactement à celle de la plante-mère : les espèces d’hellébore se croisent entre elles et les différentes variétés d’une espèce peuvent aussi produire des fleurs de couleurs complètement différentes.

Calices fructifères de l’hellébore fétide

Après la floraison, les hellébores produisent des calices fructifères marqués qui peuvent servir à la multiplication

Maladies et parasites

Hellébores, roses de Carême et roses de Noël ne demandent pas beaucoup de soins et sont peu sensibles aux maladies et parasites. Toutefois, la maladie des taches noires est très répandue. Ce champignon forme au printemps des taches brunes à noires sur les feuilles qui s’agrandissent avec le temps. Pour prévenir cela, rabattez les feuilles de l’année précédente au ras du sol dès le printemps. L’avantage de cette opération : la vue sur les fleurs est dégagée. Si au lieu de taches, des lignes fines ou des zébrures noires sont visibles sur les feuilles, il ne s’agit pas de la maladie des taches foliaires mais d’un virus : la mort noire. Si l’infestation est faible, il faut aussi ici éliminer d’urgence les feuilles. Si la maladie est à un stade avancé, il ne reste plus que la solution la plus douloureuse : déterrer la plante et l’éliminer avec les ordures ménagères.

Les hellébores peuvent parfois être infestés de pucerons ou de otiorhynques et les jeunes feuilles des hellébores sont aussi au menu des limaces.

Comment avez-vous trouvé cet article?