Sujets

Lilas

Folkert Siemens Folkert SiemensUlrike Hanninger Ulrike Hanninger

Le lilas a longtemps été considéré comme une plante de jardin de campagne. Mais grâce à de nouvelles variétés séduisantes, cet arbuste odorant est dorénavant bien établi dans nos jardins. Conseils de plantation et d’entretien .

Origine

Le lilas (syringa), avec ses fleurs parfumées, est pour beaucoup de gens indissociablement lié au printemps et aujourd'hui, le plus souvent sous forme de lilas fin, orne d'innombrables jardins. En botanique, cet arbuste appartient à la famille des oléacées (Oleaceae). Cet catégorie compte près de 30 espèces et maintenant d’innombrables variétés. La zone de répartition naturelle du lilas s’étend du Sud de l’Europe jusqu’à l’Asie. Il ne faut pas confondre le lilas avec le lilas des Indes: même s’il porte le même nom, il s’agit là d’une autre catégorie de plante qui, en botanique, n’est qu’une parente très éloignée du lilas.

Ces dernières années, le lilas a été plutôt évité par de nombreux paysagistes car, avec son charme campagnard, il n’était pas adapté aux jardins de conception moderne. En outre, de nombreux amateurs de jardin ont dû se contenter pendant des décennies de la gamme standard qui remonte encore majoritairement à la pépinière Lemoine (pour plus de détails, voir la rubrique «Espèces et variétés importants») . Le Lilas commun (Syringa vulgaris), appelé aussi lilas des campagnes, est cependant un des plus anciens arbustes des jardins d’Europe. Quand, tout comme ses nombreux hybrides qu’on appelle lilas de cultures, il déploie ses longues hampes florales au plus tard début mai et exhale son parfum reconnaissable entre tous, il n’y a pratiquement rien de plus beau dans le jardin . A la suite de nombreuses cultures, l’offre de lilas robustes, faciles d’entretien et attractifs pour le jardin s’est nettement élargie. Les catégories de lilas à recommander (ainsi que leurs variétés) sont le lilas de Chine (Syringa x chinensis), appelé aussi lilas royal, le lilas nain odoriférant (Syringa meyeri), le buisson nain du Syringa microphylla ainsi que les hybrides de Preston (Syringa x prestoniae) qui sont particulièrement résistants au gel.

Aspect et croissance

Le lilas est un arbuste caduc qui devient au fil des ans un grand arbuste mais rarement un petit arbre. Les hauteurs de croissance varient très fortement selon l’espèce: Alors que le Syringa meyeri n’atteint qu’1 mètre à 1,5 de hauteur, le lilas commun peut facilement atteindre sept mètres. Ses feuilles sont opposées, pétiolées et généralement simples. Mais il existe aussi des espèces et des variétés avec des feuilles lobées ou pennées. Elles peuvent être ovales, arrondies à ovoïdes ou en forme de cœur. Le port du lilas en soi est très érigé et compact. Les bourgeons se trouvent en règle générale en paires aux extrémités des branches formées l’année précédente et s’ouvrent selon les régions de fin avril à mi-mai. Les fleurs blanches, jaunâtres, rose à violet diffusent alors leur parfum typiquement fleuri. Après la floraison, vers le début du mois de juin, le lilas forme des capsules de fruits qui contiennent les graines.

Emplacement et sol

Toutes les espèces de lilas sont des adoratrices du soleil et supportent aussi une chaleur sèche. Elles poussent certes aussi dans des endroits ombragés mais n’y forment pas une couronne fournie et produisent nettement moins de fleurs. Les lilas de culture sont par ailleurs très résistants au vent, ce qui explique que dans le Nord de l’Allemagne, on les plante souvent comme haies coupe-vent. Leurs exigences quant au sol sont diverses: Les lilas de culture préfèrent des sols argileux plutôt secs, riches en nutriments et à teneur élevée en calcaire, les lilas Preston en revanche aiment plutôt des sols peu calcaires et un peu plus humides. Globalement, le lilas est tout de même assez tolérant et s’accommode aussi de sols plus ingrats. Il ne supporte toutefois pas l’eau stagnante et les sols compacts.

Lilas papillon

En été, tout le pourtour du lilas vibre de bourdonnements et de vrombissements car il constitue une source de pollen et de nectar appréciée des bourdons et de différentes espèces de papillons comme par exemple l’Amiral (photo). Pour les abeilles mellifères en revanche, il ne présente pas un grand intérêt.

Plantation

Le meilleur moment pour planter du lilas est l’automne. Le trou de plantation doit être à peu près deux fois plus large que le volume de la motte de racines. Pour un meilleur apport de nutriments, mélangez la terre retirée avec un peu de compost avant de la remettre en place. Les espèces de lilas de petite taille comme le lilas nain qui sont aussi vendues comme arbustes-tige peuvent même être cultivées en bacs. Veillez à ce que la plante dispose de suffisamment de place et évitez l’eau stagnante.

Entretien

Le lias est extrêmement facile d’entretien car les plantes bien enracinées résistent bien sans arrosage même pendant les étés secs. Sur des sols sableux, vous devrez apporter à ces arbustes fleuris des compléments de nutriments sous forme de copeaux de corne ou d’engrais longue durée. Si vous déposez chaque printemps un mince couche de compost mûr au pied du tronc, vous enrichirez le sol en humus et vous améliorerez sa capacité de stockage de l’eau et des nutriments.

Le lilas forme ses bourgeons floraux dès l’année précédente. Pour ne pas réduire inutilement la magnifique floraison, vous ne devez procéder à de petites opérations de taille que fin mai après la floraison. Rabattez sur le lilas autant que possible toutes les hampes défleuries au-dessus de deux bourgeons latéraux bien formés. Vous éviterez ainsi la formation de graines et vous obligerez l’arbuste à former de nouveaux bourgeons qui s’ouvriront l’année suivante. Vous pouvez remettre en forme de vieux arbustes fatigués avec une taille sévère en automne des branches principales à 40 à 60 centimètres de longueur (taille de rajeunissement). Si vous voulez cultiver le lilas sous forme de petit arbre, vous devez couper déjà sur les jeunes plantes toutes les branches secondaires et les pousses latérales gênantes.

Tailler

Couper les fleurs fanées

Lorsque les fleurs sont fanées, on coupe les anciennes inflorescences au-dessus d’une paire de feuilles bien développées.

Utilisation

Les lilas se prêtent très bien à des plantations isolées mais peuvent aussi être associés à d’autres arbustes fleuris. Vous choisirez idéalement des plantes qui fleurissent à peu près au même moment, par exemple des pommiers japonais, des kolkwitzias (Kolkwitzia), du jasmin odoriférant (Philadelphus) ou des weigelias (Weigela).

Couple parfait: Lilas (à gauche) et pommier japonais (à droite) fleurissent en duo

Aussi des haies de lilas sont utiles et sont un véritable régal pour les yeux pendant la floraison en mai. Les espèces de petite taille comme le lilas nain odoriférant (Syringa meyeri «Palibin») qui atteint seulement 1,2 mètre de hauteur et de largeur sont faciles à cultiver comme plantes rustiques en bac sur une terrasse. Comme ces arbustes ont un réseau très dense de racines et forment aussi souvent des rejets, il n’est pas facile de prévoir une sous-culture dans un jardin: Choisissez différentes fleurs à bulbes ou des vivaces aussi robustes que possible qui supportent aussi une sécheresse temporaire, comme par exemple de la sauge de Jérusalem (Phlomis russeliana), des anémones sylvestres (Anemona sylvestris) ou des géraniums vivaces rhyzomateux (Geranium macrorrhizum) .

Conseil: Le lilas est aussi très joli dans un vase même s’il fane rapidement. Son parfum peut remplir une pièce entière. Un effet annexe sympathique: Si vous coupez régulièrement des bouquets au moment de la floraison, vous éviterez ainsi automatiquement le vieillissement de l’arbuste et des branches glabres dans la couronne.

Espèces et variétés importantes

Le lilas a été rapporté de Turquie à la cour de Vienne par un ambassadeur autrichien en 1565. De là, ce buisson fleuri s’est finalement répandu dans les jardins d’Europe Centrale. C’est principalement dans la pépinière Lemoine à Nancy en France qu’une grande diversité de variétés a été créée vers la fin du 19ème siècle par une culture intensive. Ces lilas de culture déjà mentionnés ont permis à cet arbuste de s’imposer définitivement comme plante de jardin. En Angleterre, le lilas commun et ses formes cultivées portent aujourd’hui encore le nom de «french lilac» («lilas français»).

Mais en ce qui concerne la diversité des variétés, comme nous l’avons déjà évoqué, beaucoup de choses ont évolué ces dernières années: On trouve maintenant des variétés modernes de lilas de culture qui présentent des caractéristiques nettement améliorées. Ils sont plus robustes et généralement un peu plus compacts que les variétés anciennes. Leurs fleurs sont souvent bicolores parce que les bractées des bourgeons sont plus sombres que les pétales. Toutes les variétés de lilas de culture peuvent atteindre quatre à six mètres de hauteur et être aussi cultivées sur tige comme des petits arbres fleuris. Elles peuvent atteindre un âge avancé et forment occasionnellement des rejets.

Lilas Syringa x prestoniae

Le lilas canadien (Syringa x prestoniae) forme fin mai de grandes hampes florales légères.

Les hybrides dits de Preston (Syringa x prestoniae) tiennent une place de plus en plus importante. Ils sont aussi proposés à la vente sous le nom de Lilas Canadien. Il s’agit alors de variétés qui sont issues vers 1920 au Canada de croisements entre le lilas Bogenflieger (Syringa reflexa) et le lilas cotonneux (Syringa villosa) pratiquement inconnu dans nos régions. Ils sont très résistants au gel, portent des hampes florales filigranes particulièrement longues et fleurissent un peu plus tard que les variétés du lilas de culture. Pour des jardins assez petits, les hybrides de Preston sont justement un bon choix car ils dépassent rarement trois mètres de hauteur. La note «Excellent» a été attribuée lors d’une exposition d’arbustes aux Pays-Bas aux variétés «Minuet» (parme) et «Redwine» (pourpre).

Multiplication

Autrefois, les lilas de culture étaient généralement multipliés par greffe, ce qui veut dire que les racines de ces plantes proviennent du lilas commun. Ce dernier a toutefois tendance à faire des rejets et produit une quantité de petits rejetons sauvages de lilas. De nos jours, les lilas de cultures sont de plus en plus souvent cultivés «avec des racines originales» à partir de boutures ou par multiplication par méristème en laboratoire: D’une part, les variétés de culture à racines originales produisent moins de rejets, d’autre part, ces derniers sont authentiques. Pour le lilas de culture, achetez donc autant que possible des variétés à racines originales.

Lilas Syringa Virginia becker

Des variétés de lilas de culture comme «Virginia Becker» proviennent aujourd’hui en grande partie de ce qu’on appelle la multiplication in-vitro en laboratoire.

Si vous voulez multiplier vous-même du lilas, vous réussirez le plus facilement à partir de rejets de racines qui seront déracinés à la bêche au printemps ou en automne. Mais attention avec les variétés de lilas de culture: Ils sont souvent greffés sur des rejets de la variété sauvage, ce qui signifie que leur rejeton est un «sauvageon». Le lilas de Chine, le lilas Bogenflieger (Syringa reflexa) et le lilas de Hongrie (Syringa josikaea) peuvent être multipliés par bouturage. Les lilas nains sont multipliés exclusivement par bouturage.

Un semis est également possible pour les variétés sauvages. Pour cela, récoltez simplement les fruits séchés en octobre, dégagez les graines en les secouant et mettez-les dans des bacs à semis avec de la terre pour semis. Ils peuvent rester à l’extérieur jusqu’en janvier mais ne doivent pas complètement dessécher pendant ce temps. Ils sont ensuite placés recouverts dans une serre non chauffée, où les graines commencent à germer. Au printemps, les rejetons peuvent être piqués individuellement dans des pots qui sont ensuite sortis dans le jardin en automne.

Maladies et parasites

Un parasite typique qui peut s’attaquer au lilas est la teigne minière du lilas ou mineuse du lilas. Vous reconnaitrez une infestation aux feuilles marron en mai. En général, il suffit de détacher les larves à la main dès leur apparition et de l’oïdium peuvent également se présenter, mais ne causent pas de dégâts importants.

Questions fréquentes

Qu’est-ce que le lilas?

Le lilas est une catégorie de la famille des oléacées comprenant environ 30 variétés. Ces arbustes sont volontiers utilisés essentiellement dans les jardins campagnards.

Quelle taille peut atteindre un lilas?

Selon la variété, les tailles peuvent varier fortement, de un à sept mètres, on en trouve de toutes les tailles.

Quand peut-on planter un lilas?

Le lilas se plante de préférence en automne.

Quand le lilas fleurit-il?

Le lilas fleurit généralement de la fin avril au début juin.

Quand peut-on tailler le lilas?

au plus tôt fin mai après la floraison. Les opérations plus importantes de taille doivent se faire seulement en automne.

Comment peut-on tailler le lilas?

On coupe les hampes défleuries si possible au-dessus de deux bourgeons latéraux bien formés. Pour une taille de rajeunissement, on rabat les branches principales à une longueur de 40 à 60 centimètres. Si on veut former le lilas en petit arbre sur tige, on supprime déjà sur les jeunes plantes les branches latérales ainsi que les tiges secondaires gênantes.

Combien de temps le lilas tient-il dans un vase?

Pour que le lilas tienne plus longtemps dans un vase, il faut d’abord supprimer les feuilles et couper les tiges en oblique. Les tiges des pousses très ligneuses peuvent aussi être fendues avec un couteau bien aiguisé. Il faut par ailleurs changer l’eau régulièrement. On peut alors fendre les tiges à nouveau.

Comment avez-vous trouvé cet article?