Sujets

Rosiers grimpants

Eva Monning Eva MonningFolkert Siemens Folkert Siemens

Les rosiers grimpants embellissent les pergolas, les murs des maisons et même les vieux arbres. Nous indiquons les meilleures espèces et variétés et donnons des conseils pour la plantation et les soins de ces acrobates.

Informations générales

Par rosier grimpants, on entend aussi bien les rosiers lianes, qui fleurissent une fois et atteignent des hauteurs jusqu’à 10 mètres, que les véritables rosiers grimpants, moins hauts mais plus compacts et qui fleurissent plusieurs fois dans l’année. Les rosiers lianes sont connus pour leur vitalité. Ils atteignent de grandes hauteurs avec leurs pousses d'un mètre de long et fleurissent - même si ce n'est qu'une fois - avec une opulence énorme. Entretemps, il existe aussi de nouvelles obtentions de rosiers-lianes comme ’Super Excelsa’ ou ’Super Dorothy’ qui fleurissent plusieurs fois dans l’année, par contre leur floraison n’est pas aussi riche que celle de leurs cousines à une seule floraison.

A l’achat de rosiers grimpants, veillez à ce qu’ils portent le label ADR (procédure générale de test des nouveaux rosiers en Allemagne) qui n’est accordé qu’aux variétés très robustes. Cela vaut surtout pour les grimpants, car il en existe aussi beaucoup de nouvelles variétés intéressantes qui ont été certifiées par ADR. Les variétés ADR recommandées sont notamment ’Kir Royal’ (rose), ’Compassion’ (saumon), ’Manira’ (rose foncé) et ’Rotfassade’ (rouge).

Utilisation

Les rosiers grimpants ont toujours besoin d'une aide à la croissance, qu'ils s'efforcent de faire grimper. Ils conquièrent le jardin verticalement, pour ainsi dire, et ajoutent une troisième dimension à la plantation. L’utilisation de rosiers grimpants s’oriente par conséquent surtout sur la surface qui doit être couverte. Les rosiers grimpants atteignent environ 3 à 5 mètres maximum de hauteur et escaladent volontiers clôtures, arches, tonnelles, obélisques et treillages. Ils sont parfaits comme brise-vues car leur port est dense et compact et ils peuvent aussi être dirigés en largeur. Des exemplaires parfumés plantés dans un coin repos ou sur une tonnelle donnent véritablement le vertige aux visiteurs. Les partenaires préférés des rosiers grimpants sont la clématite (Clematis) et le chèvrefeuille (Lonicera).

La variété ’Elfe’ offre un délicat jaune-vert inhabituel. Il est préférable de placer le rosier grimpant de trois mètres de haut contre les murs des maisons protégées de la pluie, afin que les fleurs très doubles ne se collent pas entre elles en raison d'une trop grande humidité. Le rosier grimpant ’Jasmina’ est un must pour les romantiques. Les fleurs doubles ont un parfum séduisant. Joliment entouré à son pied de campanules ou de menthe à chat, le rosier restitue parfaitement l’atmosphère de Belle au bois dormant.

Rosier grimpant ’Constance Spry’

Planté sur un arche, le rosier grimpant ’Constance Spry’ crée une entrée exubérante

Les rosiers lianes par contre s’élancent surtout vers le haut, ce qui, au moment de la floraison, les fait paraître impressionnants de loin, mais devient vite un problème si les tuteurs sont trop petits. Avec leurs pousses de six à dix mètres de long, les plantes peuvent devenir très lourdes, c'est pourquoi il est important d'assurer un support d'escalade très stable. Les rosiers lianes sont particulièrement élégants pour habiller de vieux arbresdans les branchages desquels ils serpentent vers le haut et offrent à l’arbre une seconde floraison. Aussi les façades de maison et les grandes pergolas conviennent également aux rosiers lianes. Si vous avez beaucoup de place sur le toit ou de grands arbres à planter, choisissez des plantes grimpantes à forte croissance telles que Bobbie James’, ‘Kiftsgate’ ou ‘Ayrshire Queen’ (rose pâle). Des variétés moins vigoureuses et qui fleurissent tout l’été sont une belle alternative à ces rosiers-lianes XXL qui ne fleurissent malheureusement qu’une fois, mais pour cela pendant des semaines. Parmi ces rosiers-lianes « plus maniables » pour des tonnelles ou des arches plus petits, il y a par exemple les variétés ’Super Excelsa’ et ’Brewood Belle’ de couleur rose. Contrairement aux rosiers-lianes, les rosiers grimpants développent des tiges courtes qui se conduisent en hauteur en les attachant.

Les boutons de couleur orange qui donnent naissance à des fleurs claires rendent le rosier grimpant ’Ghislaine de Féligonde’ unique. Son atout absolu : il supporte la mi-ombre et se contente de quelques heures de soleil par jour. Les petites fleurs rose vif du rosier-liane non remontant ’Maria Lisia’ apparaissent serrées en merveilleux bouquets. Le meilleur partenaire de ce rosier sans presque aucune épine : une clématite aux fleurs violettes, par exemple les variétés ’Niobe’ et ’Blue Belle’. Le rosier anglais ’Teasing Georgia’ est en fait un rosier buisson, mais, conduit sur un support, il peut aisément atteindre trois mètres de hauteur.

Rosier-liane Bobbie James

’Bobbie James’ fait partie des rosiers-lianes vigoureux, il a besoin d’un support stable.

Si vous ne disposez pas beaucoup de place, vous pouvez aussi cultiver des petites variétés de rosier grimpant en pot. Comme les rosiers s’enracinent profondément, il est important de choisir un récipient d’au moins 40 centimètres de profondeur et de largeur. Fertilisez les rosiers en pot régulièrement avec un engrais pour rosiers et évitez que l’eau stagne. Rempotez le rosier tous les deux à trois ans dans un pot plus grand de deux tailles.

Plantation

Rosier grimpant et clématite

Clématites et rosiers grimpants forment un duo de rêve absolu et sont des partenaires idéals

Les rosiers grimpants à racines nues sont plantés en automne ou au printemps, les rosiers en conteneur peuvent également être plantés en été. Les rosiers grimpants ne demandent pas beaucoup de place dans un massif. Mais le sol doit être moyennement lourd, riche en nutriments et profond (au moins 50 centimètres) pour satisfaire aux besoins de ces plantes florifères à racines profondes. Baignez le rosier plusieurs heures avant de le planter, vous évitez ainsi le stress hydrique après la plantation. La plupart des rosiers grimpants n’aiment pas le plein soleil, les bons emplacements sont des murs situés sud-ouest ou sud-est. A la plantation, laissez toujours une distance d’environ 30 à 50 centimètres du support d’escalade pour que les racines puissent se développer uniformément.

Veillez à une bonne circulation de l’air sur l’emplacement des rosiers car l’accumulation de chaleur et des feuilles qui ne sèchent pas offrent les conditions idéales pour les parasites et les champignons. Les treillis des rosiers grimpants doivent avoir une distance minimale de huit centimètres du mur, afin que suffisamment d'air puisse atteindre les feuilles et que l'attachage des pousses ne devienne pas trop laborieux. Si vous voulez installer des rosiers grimpants et des rosiers-lianes dans des passages, par exemple sur des arches, veillez à laisser suffisamment de place au passage.

rosier grimpant à floraison rose ’Rosarium Uetersen’

Rosier grimpant à floraison rose abondante ’Rosarium Uetersen’

Soins

Le nom "rosier grimpante" peut facilement être trompeur, car les rosiers grimpants ne peuvent en fait pas grimper de manière indépendante. Rosiers grimpants et rosier-lianes font partie des grimpantes qui ont besoin d’aide, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas d’organes d’accrochage au sens classique et ne peuvent pas s’enrouler eux-mêmes. Pour qu’ils poussent en hauteur, il faut régulièrement attacher leurs tiges. Tirez les tiges le long du treillage et fixez-les sans serrer avec du raphia naturel ou en plastique, des clips ou du fil métallique enveloppé de caoutchouc. Les fleurs se forment essentiellement dans la partie supérieure.

Conseil : Guidez les pousses de la rose grimpante aussi horizontalement que possible. Cela stimule la formation des fleurs et en même temps inhibe la croissance. Les pousses sont placées en spirale autour du cadre d'escalade sur des colonnes d'escalade. Sur des treillages, conduisez les longues tiges en éventail ou en croix. Si vous laissez pousser les rosiers grimpants directement vers le haut, ils se dénudent par le bas. Faites un apport d’engrais début avril et une seconde fois après la première floraison fin juin, à l’exception des rosiers qui viennent d’être plantés : ici, l’apport d’engrais se fait pour la première fois après la floraison.

Rosier grimpant sur un mur

Les rosiers grimpants peuvent également décorer les murs suspendus

Tailler

Taille de plantation : Après la plantation, rabattez les rosiers grimpants à racines nues à environ 50 centimètres de hauteur. De cette façon, il reste suffisamment d’énergie à la plante pour pousser.

La coupe d’entretien : les rosiers grimpants ne se taillent que très peu en principe et seulement à partir de la 3ème année. Au printemps, à la floraison des forsythias, vous pouvez les éclaircir légèrement et éliminer le bois abîmé ou mort. Dans le cas des rosiers remontants, raccourcissez les branches non ramifiées pour stimuler la formation de nouvelles tiges, car la plupart des fleurs se développent sur les nouvelles tiges secondaires. Lors de la taille, choisissez une fois une tige tout en bas, une fois une au milieu et une fois une à l’extrémité de la vieille branche. Toutes les pousses restantes sont ensuite tirées sur l'aide à l'escalade et fixées à cet endroit. Vous pouvez raccourcir les tiges gênantes ou trop longues. Les rosiers grimpants à une seule floraison ne doivent pas être taillés du tout.

Tailler en automne : Ne taillez pas les rosiers grimpants à l’automne que s’ils sont devenus trop grands pour la protection hivernale. Évitez une coupe plus importante, sinon il ne restera pas grand-chose de la plante après un éventuel gel au printemps. Ne retirez donc que ce qui est absolument nécessaire.

Gourmands : il faut toujours immédiatement éliminer à la racine les gourmands qui poussent sous le point de greffe. De cette façon, vous évitez que le robuste porte-greffe du rosier sauvage n'envahisse l'Edelrose.

Protection hivernale

Pour se protéger du gel, les rosiers grimpants sont entassés avec de la terre à la base en automne, puis les deux mètres inférieurs sont recouverts d'un tapis de saules. Cela sert également de protection contre le vent et le soleil. Les longues pousses sont accrochées avec de la toile de jute. Faites un dernier apport d’engrais mi-juin , cette fois sans potassium.

Maladies et parasites

Les rosiers grimpants souffrent des mêmes champignons et infections que tous les rosiers. Les principaux sont l’oïdium, le marsonia, la rouille du rosier, la pourriture grise et la maladie des taches foliaires. Par conséquent, faites attention aux races robustes dès l'achat. Eliminez toujours rapidement les feuilles tombées pour éviter la croissance de champignons et la contamination. Pucerons, otiorrhynques et tétranyque sont les parasites les plus fréquents. Ici, l’aide vient surtout des ennemis naturels comme les larves de coccinelles et réduves. En cas de forte infestation, pulvérisez des produits phytosanitaires.

Rosiers grimpants à l’essai

Dans un essai de grande envergure réalisé en Allemagne, de nombreux rosiers grimpants ont été testés pendant 4 ans. L’attention portait particulièrement sur la résistance au gel et aux maladies. Au total, 76 variétés différentes de rosiers grimpants furent testées, dont des rosiers grimpants et rosiers-lianes à floraison unique.

Au printemps 2003, les testeurs ont installé 3 exemplaires de chaque sorte sur des espaliers individuels dotés d’un grillage pour gibier à mailles larges. Ils furent disposés avec une orientation nord-sud afin de garantir une exposition optimale des deux côtés. Avant la plantation, le sol avait été ameubli en profondeur et amélioré avec de la perlite. Chaque année, les rosiers reçurent un apport d’environ 40 grammes d’engrais minéral longue durée par mètre carré et ne furent arrosés qu’en cas de sécheresse persistante. Les experts renoncèrent largement à tailler afin de mieux pouvoir juger les ports typiques des variétés. Seules les tiges très longues et victimes du gel étaient éliminées. Pour stimuler la floraison, les testeurs attachaient toutes les tiges principales au support dans un angle de 45 degrés.

Pendant trois hivers, les roses ont dû faire leurs preuves sans le microclimat protecteur d'un mur de maison dans la froide Saxe. Du printemps 2004 au printemps 2007, les testeurs documentèrent les dégâts causés par le gel. Pendant les 3 années, aucune mesure de protection des plantes ne fut prise. L’ampleur de l’infestation d’oïdium et de mildiou ainsi que des maladies des taches foliaires furent examinées et consignées plusieurs fois par an. Outre ces deux aspects importants, les experts jugèrent également l’intensité et l’effet de la floraison ainsi que la capacité à l’auto-nettoyage - la perte la plus complète possible de tous les pétales fanés.

Le résultat est surprenant : Pas seulement les variétés certifiées ADR, connues pour leur robustesse, réussirent le test avec brio. Quelques classiques aussi, par exemple le rosier grimpant de plus de 30 ans déjà ’Rosarium Uetersen’, n’ont pas eu à rougir. Nous vous présentons dans notre galerie les vainqueurs dans la catégorie « Rosiers grimpants remontants » qui ont eu une longueur d’avance en matière de résistance au gel et de bonne santé foliaire.

Rosier-liane ‘Paul´s Himalayan Musk’

Le rosier grimpant "Paul's Himalayan Musk" peut atteindre dix mètres de haut et est idéal pour grimper aux arbres et aux pergolas.

Comment avez-vous trouvé cet article?