Sujets

Saules

Eva Monning Eva Monning

Les saules font partie des arbres d’ornement indigènes les plus précieux sur le plan écologique pour le jardin. Ils impressionnent par leur faible entretien et leur grande variété.

Origine

Les quelque 400 à 450 espèces de saules (Salix) appartiennent avec les peupliers (Populus) à la famille des salicacées (Salicaceae). Ils sont répandus aussi bien en Europe qu’en Asie, en Amérique du Nord et du Sud.

Aspect et port

En raison de leur large propagation et de la tendance des saules à se croiser entre eux, le vaste genre des saules est extrêmement protéiforme. Il existe aussi bien des espèces de grande taille, en forme d’arbres comme le saule blanc (Salix alba) au port érigé ou le saule pleureur (Salix babylonica) retombant, que des formes buissonnantes comme le saule pourpre (Salix purpurea) ou le saule de Sakhaline (Salix sachalinensis ’Sekka’). Il existe même des formes naines tapissantes qui peuvent s’utiliser comme couvre-sols comme le saule à feuilles tronquées (Salix retusa), le saule de Suisse (Salix helvetica) ou le saule nakurama var. yezoalpina.

Les petits chatons argentés décoratifs sont une caractéristique des saules (exception: le saule griffe de loup, Salix melanostachys, porte des chatons noirs). Ils apparaissent avant le bourgeonnement, selon le temps, dès le mois de mars la plupart du temps. Les saules sont dioïques, cela signifie qu’il existe des plantes mâles et femelles, les chatons mâles ayant le plus souvent la plus grande valeur décorative. Pendant la floraison, les chatons sont recouverts de pollen jaune présentant aussi tôt dans l’année un intérêt mellifère important.

Saule marsault (Salix caprea)

De nombreux saules, ici le saule marsault, se caractérisent par leurs chatons décoratifs au printemps

Emplacement et sol

Comme arbres pionniers, les saules se développent sur des surfaces dégagées, de pierraille, près des cours d’eau et sur les terrils où les conditions ne sont pas optimales pour les autres végétaux. C’est pourquoi, toutes les espèces de saules sont extrêmement accommodantes. La plupart des espèces et variétés n’ont pratiquement aucune exigence quant à l’emplacement, elles s’épanouissent même sur des sols pauvres en nutriments qui doivent, néanmoins, être lumineux et ensoleillés, mais pas trop secs. Attention: Le saule crevette (Salix integra ’Hakuro Nishiki’) possède un feuillage panaché blanc et ne doit donc pas être installé en plein soleil, sinon il y a risque de brûlures.

Plantation

Les végétaux en containeurs se plantent de préférence au printemps ou à l’automne. Prévoyez un sol suffisamment meuble avec du sable ou du gravier et creusez un trou généreux pour cet arbre aux racines peu profondes. Avant et après la plantation, veillez à bien arroser le saule.

Conseils d’entretien

De nombreux saules, par exemple le saule blanc (Salix alba), aiment l’humidité et poussent de préférence au bord des lacs et des rivières. Veillez par conséquent à ce que le sol autour des jeunes plantes ne sèche pas. Une couche de paillis ou des plantations au pied présentant peu de concurrence aident à réduire l’évaporation de l’eau dans la zone racinaire. Un apport de compost au printemps (ou: engrais longue durée) garantit une croissance splendide du saule.

Saule crevette (Salix integra ‘Hakuro Nishiki‘)

Saule crevette à feuillage panaché sur tige (Salix integra ’Hakuro Nishiki’)

Taille

La taille des saules ne pose aucun problème car il la supporte très bien et bourgeonne avec une extrême vigueur. Mais la technique de taille et la fréquence varient selon l’espèce et la variété. La trogne, dont le tronc a été étêté à environ 2 mètres de hauteur pour que de longs rameaux droits se forment à l’endroit de la coupe, doit être retaillée tous les 3 ans à la fin de l’hiver. Si l’arbre n’est pas taillé pendant trop longtemps, les rameaux deviennent trop lourds avec le temps et les chicots des branches se cassent. Les saules à longs rameaux, qui s’utilisent en vannerie, comme le saule amandier (Salix triandra), doivent aussi être taillés régulièrement, car c’est uniquement de cette façon qu’ils forment les longues branches droites nécessaires. Dans le cas des formes buissonnantes, la taille détermine la hauteur de la couronne. C’est pourquoi, saule crevette, saule pourpre etc. doivent être modérément taillés et éclaircis au printemps pour un port compact. Les saules de petite taille poussent plutôt en largeur qu’en hauteur et ne nécessitent normalement pas de taille.

Utilisation

Les saules ont une très grande valeur écologique. Leur floraison précoce est un important fournisseur de nourriture pour d’innombrables insectes, leur système racinaire vigoureux consolide les sols et les pentes. Les saules pleureurs constituent un décor pittoresque au bord des étangs et des cours d’eau, les espèces au bois coloré, comme le saule pourpre, fascinent avec leur écorce rouge. Les saules au port buissonnant peuvent s’utiliser comme haie basse ou plantation de surfaces. De plus, le saule s’utilise au jardin comme élément d’aménagement créatif, par exemple en haie vive ou tonnelle en piquant les baguettes en diagonale dans le sol et en les attachant avec de la ficelle ou du raphia. Sur tige, comme le saule marsault pleureur (Salix caprea ’Pendula’), les saules font bonne figure dans les petits jardins ou comme point de mire d’un parterre. Les saules nains rampants sont parfaits comme couvre-sols, en plantation de pentes ou pour les jardins de rocaille. Par ailleurs, le saule est connu dans la médecine populaire pour la substance active analgésique contenue dans l’écorce à laquelle il a donné son nom, salicine. Cet acide constitue la base du médicament mis au point environ 100 ans après sa découverte, l’aspirine

Espèces et variétés importantes

Saule pleureur Salix alba ‘Tristis’

Les saules pleureurs deviennent des arbres imposants et ne sont guère surpassables en termes de romantisme

Les croisements permanents des nombreuses espèces de saule entre elles et la facilité de culture donnent sans cesse naissance à de nouveaux saules. Parfois, il est impossible de classer clairement les exemplaires apparus dans la nature. Quelques formes, dont la plupart sont disponibles dans différentes variétés et greffes, ont fait leur place dans le secteur du jardin d’agrément. Le petit saule marsault pleureur (Salix caprea ’Pendula’) par exemple, d’environ 1,5 mètre, dont les branches retombent jusqu’au sol, est très populaire. Le saule crevette (Salix integra ’Hakuro Nishiki’), disponible aussi bien en buisson que sur tige, est une autre grande star du jardin d’agrément. Cette variété séduit non pas par sa floraison, mais par ses feuilles marbrées vert-blanc et ses bourgeons rouges rosés. Le saule pourpre (Salix purpurea ’Nana’) est un buisson rond, de 2 mètres de large.

Saule pleureur Salix caprea ‘Kilmarnock’

Le saule pleureur Salix caprea ’Kilmarnock’ est greffé sur une tige

Par contre, il faut nettement plus de place au jardin pour les grands spécimens tels que le pittoresque saule pleureur (Salix alba ’Tristis’). Le saule argenté (Salix alba) ou le saule des vanniers (Salix viminalis) étêtés conviennent dans les jardins moyens et peuvent être taillés. Le saule marsault (Salix caprea) est pour ainsi dire la «mère de tous les saules» et, avec ses 7 mètres environ de hauteur, est un arbre de jardin décoratif. Il existe aussi des variétés exotiques parmi les saules: les feuilles du saule de Farges (Salix fargesii) rappellent celles du magnolia. Il est très facile à entretenir. Le saule tortueux (Salix erythroflexuosa) possède des branches en spirales et de longues feuilles minces. Le feuillage du saule des coyotes (Salix exigua) est très long, étroit avec un éclat argenté.

Multiplication

Le plus simple est de multiplier les saules par boutures dormantes. Les baguettes de saule bourgeonnent sans difficultés lorsque le sol est suffisamment humide. Pour cela, piquez au printemps ou à l’automne quelques baguettes grosses comme le doigt, qui ont trempé une journée dans l’eau, dans la terre de façon qu’elles tiennent debout toutes seules. Les saules ont une telle capacité de régénération que les boutures dormantes font rapidement des racines et bourgeonnent au cours du printemps suivant. Les espèces sauvages de saule peuvent aussi être multipliées par semis. Mais ceux-ci ont un pouvoir germinatif bref et doivent donc être très rapidement mis en terre. Semez les graines dans une plaque pour semis avec du terreau pour semis humide et tassez légèrement. Les graines germent dans un endroit lumineux avec un substrat humide. Les formes cultivées et variétés de saule sont exclusivement multipliées par greffage.

Maladies et parasites

Différentes maladies peuvent frapper les saules. Les différentes espèces sont différemment résistantes. Renseignez-vous auprès du pépiniériste avant d’acheter. L’anthracnose du saule, qui est provoquée par un champignon, est un gros problème. Elle se manifeste par des lésions sombres creusées (dites taches de brûlure) sur les feuilles et l’écorce et ne peut être combattue que par une taille précoce jusque dans le bois sain.

Rouilles, tavelure, mildiou, taches foliaires ou armillaire apparaissent de temps en temps sur les saules. Retirez les parties infestées et éliminez-les avec les ordures ménagères. Les parasites des saules sont les galles, les pucerons, le charançon du saule, les diptères, l’aphrophore du saule, les tenthrèdes et les hyponomeutes. Mais, la plupart du temps, les parasites sont inoffensifs pour les arbres adultes. En cas d’invasion extrême, ayez recours à des produits de lutte biologiques.

Comment avez-vous trouvé cet article?