Hivernage des dipladénias: Utile ou pas?

Eva Monning Eva Monning

Les dipladénias sont des plantes tropicales qui sont souvent cultivées comme plantes annuelles sous nos latitudes. Pourtant, si vous en avez la possibilité, vous pouvez faire hiverner vos dipladénias. Avec ces conseils, vous réussirez votre culture.

Dipladénias en fleurs

Avec leurs grandes fleurs en forme d’entonnoir, les dipladénias sont impressionnants en été

Les dipladénias sont des plantes fleuries qui nous viennent des Tropiques et sont donc cultivées dans nos régions comme plantes annuelles. Si vous n’avez pas le cœur à jeter vos dipladénias au compost à l’automne, vous pouvez aussi faire hiverner vos plantes.

Avec leur extraordinaire abondance de fleurs en été, ces buissons d’ornement persistants et grimpants transforment terrasses et balcons en un océan de fleurs. Bien que le nom botanique «Dipladenia» soit démodé, c’est encore souvent sous ce nom que cette plante est connue. Mais en réalité, elle s’appelle Mandevilla. Les formes horticoles les plus fréquentes qu’on trouve dans le commerce spécialisé et qui ornent nombre de nos balcons et de nos terrasses en été sont des hybrides de la forme sauvage Mandevilla sanderi et de Mandevilla splendens ou de Mandevilla boliviensis. A la différence de ses sœurs, la forme cultivée Mandevilla laxa est particulièrement résistante au froid et donc également bien adaptée aux climats un peu plus rudes.

Hivernage des dipladénias: Les informations essentielles en un coup d’œil

Dès que la température nocturne se situe autour de huit degrés Celsius, un dipladénia destiné à passer l’hiver doit être rentré. Rabattez la plante en hauteur et en largeur avant de la rentrer. L’endroit idéal pour l’hivernage est une serre claire à l’abri du gel ou un jardin d’hiver froid. Arrosez et vaporisez la plante de temps en temps. Vous pourrez ressortir le dipladénia à partir du mois de mai.

Les dipladénias ne supportent pas le froid

Les dipladénias sont originaires des Tropiques et sont donc extrêmement sensibles au froid. Cela vaut aussi pour les hybrides. Dès que la température est inférieure à huit degrés Celsius la nuit, les mandevillas interrompent leur croissance. Si le froid s’intensifie, ces plantes gèlent. L’exception est la variété cultivée Mandevilla laxa qui est connue sous le nom de Jasmin du Chili en raison de ses fleurs blanches. Elle est insensible aux températures jusqu’à zéro degré Celsius et dans un jardin, elle peut même résister à une courte période de gel jusqu’à moins cinq degrés Celsius, à condition d’être bien protégée. Mais d’une façon générale, on considère que sous nos latitudes, les dipladénias ne se sentent bien en extérieur que pendant les mois d’été entre mai et octobre. C’est pourquoi ils sont généralement vendus comme plantes annuelles dans les jardineries et jetés en automne après la période de floraison.

Dipladénias blancs

Au fil des ans, les dipladénias peuvent former de beaux buissons

Quand faut-il rentrer un dipladénia?

En raison de sa sensibilité aux températures extérieures basses, un dipladénia destiné à passer l’hiver doit être rentré dès que la température nocturne se situe autour de huit degrés Celsius. Rabattez la plante aussi bien en hauteur qu’en largeur avant de la rentrer dans son quartier d’hiver. Ceci présente deux avantages: Une plante coupée prend moins de place pendant l’hivernage. Et par ailleurs, la taille d’automne stimule la formation de nouvelles pousses sur lesquelles se forment les nouvelles fleurs au printemps. Si vous ne voulez pas tailler en automne parce que la plante porte encore des fleurs, le dipladénia peut aussi être rabattu au printemps. Cependant, la floraison sera retardée de quelques semaines. Attention: Lors de la taille, les dipladénias secrètent un suc irritant pour la peau. Vous devez donc porter des gants lors de la taille et de l’entretien des dipladénias.

Comment assurer un bon hivernage aux dipladénias?

Pour bien faire hiverner un dipladénia ou mandevilla, il vous faut une serre claire à l’abri du gel ou un jardin d’hiver froid. Comme les dipladénias ont besoin toute l’année de beaucoup de luminosité, ils demandent aussi à être exposés autant que possible à la lumière en hiver. Un garage, une cave ou une cage d’escalier ne sont pas une alternative envisageable pour ces beautés tropicales. Même dans une pièce d’habitation, le dipladénia n’est pas à l’aise pour hiverner: Du fait de l’important déficit de lumière en hiver, il demande pendant la période de repos des températures ambiantes fraiches comprises entre huit et douze degrés Celsius. S’il fait plus chaud, il peut arriver qu’il ne fleurisse pas du tout l’année suivante. Une serre de jardin équipée d’un détecteur de gel ou un jardin d’hiver froid est donc un emplacement idéal pour l’hivernage des dipladénias.

Placez la plante de préférence dans un endroit clair; un emplacement en plein soleil n’est pas adapté. Arrosez cette plante persistante même pendant l’hiver mais nettement moins qu’en été. A la différence de l’arrosage, vous pouvez renoncer totalement à une fertilisation. Attention: Le dipladénia n’est pas une plante d’appartement, c’est pourquoi il a besoin dans son lieu d’hivernage d’une humidité de l’air assez élevée. Si l’air est trop sec, les feuilles s’enroulent sur elles-mêmes. Vaporisez donc cette plante grimpante régulièrement avec de l’eau peu calcaire à température ambiante pour garder votre dipladénia en bonne forme et prévenir les infestations de parasites. Les plantes peuvent être ressorties au plus tôt en mai lorsque les températures sont constantes au-dessus de huit degrés, même la nuit, et qu’il n’y a plus de risque de gelée. Accoutumez le dipladénia qui a hiverné progressivement à l’air frais et ne le placez pas immédiatement en plein soleil pour éviter les coups de soleil.

Serre

Une serre dans laquelle hivernent aussi des agrumes, par exemple, est également bien adaptée pour les dipladénias

Parasites dans le lieu d’hivernage

Le risque d’une infestation de parasites dans un lieu d’hivernage est particulièrement élevé pour toutes les plantes en pots. Cela tient notamment à la sécheresse de l’air, aux espaces généralement réduits, à une absence d’ennemis naturels et à la résistance réduite des plantes pendant la période de repos hivernal. Ce sont particulièrement les cochenilles et les acariens qui aiment bien s’installer confortablement sur les dipladénias pendant les mois d’hiver. Nos conseils pour prévenir une infestation: Aérez le lieu d’hivernage régulièrement les jours sans gel et veillez à maintenir une humidité de l’air élevée en vaporisant fréquemment avec de l’eau peu calcaire ou en utilisant un humidificateur. Examinez également les plantes, notamment les feuilles, à intervalles rapprochés à la recherche de locataires indésirables.

En cas d’infestation, traitez immédiatement les dipladénias avec un produit pesticide adapté. Attention: Les bâtonnets de produit phytosanitaire à enfoncer dans la terre n’ont que peu d’effet dans un quartier d’hiver car pendant les mois d’hiver, les dipladénias réduisent leur croissance au minimum et par conséquent aussi l’absorption des nutriments. Utilisez alors plutôt des produits à pulvériser (par exemple Neudorff Promanal ou Celaflor Antiparasites Careo) ou de l’eau savonneuse. L’importation d’insectes utiles comme des larves de chrysopes ou de coccinelles peut aussi être efficace dans une serre.

Hiverner des dipladénias: est-ce que ça vaut la peine?

Dipladénias rouges

Pour des plantes de grande taille et magnifiques, l’hivernage vaut certainement la peine

Même si les mandevillas sont superbes et embellissent notre été avec leur floraison abondante, pour les variétés plus petites qui sont cultivées dans une jardinière de balcon ou une suspension, normalement l’hivernage n’est pas rentable. En revanche, pour des dipladénias plus gros et plus âgés qui ont leur emplacement attitré sur la terrasse et qui ont gagné le cœur du jardinier au cours de l’année, un hivernage peut tout à fait valoir la peine. Mais seulement si on dispose des conditions nécessaires et si on ne recule pas devant l’entretien. Des pépiniéristes et jardineries proposent certes un service d’hivernage pour les grandes plantes fleuries. Mais les frais et le stress du transport sont généralement disproportionnés par rapport au prix d’achat d’une nouvelle plante au printemps.

Il faut également savoir qu’un dipladénia qui a hiverné ne fleurit généralement que tardivement car cette plante grimpante doit d’abord former de nouvelles pousses après la phase de repos. La première floraison d’un dipladénia qui a hiverné peut alors se faire attendre jusqu’en juin. Les jeunes plants en vente dans les jardineries qui ont généralement été cultivés avec beaucoup de soleil dans le Sud de l’Europe fleurissent nettement plus tôt. Mais si vous possédez une serre ou un jardin d’hiver qui peut être utilisé comme lieu d’hivernage, vous pouvez sans problème y placer votre dipladénia et y cultiver cette grimpante en tant que vivace persistante qu’elle est en réalité.

Comment avez-vous trouvé cet article?