Aménager un compost: les 5 erreurs les plus courantes

Thomas Heß Thomas Heß

Aménager un compost n’est certes pas bien sorcier, mais il y a quelques erreurs à éviter pour obtenir finalement un compost de qualité.

Aménager un compost

Lors de la création d’un tas de compost, tout dépend du bon mélange des différents ingrédients.

Le compost est la banque du jardinier: On investit des déchets du jardin et au bout d’un an, on obtient comme bénéfice le meilleur humus qui soit. En épandant du compost au printemps, on peut réduire d’un tiers la dose d’utilisation d’autres engrais végétaux Et encore plus important: En tant qu’humus permanent, le compost est une véritable cure de soins pour le sol; avec du compost, les sols sablonneux légers retiennent mieux l’eau et les engrais ne s’écoulent plus inutilement dans la nappe phréatique. D’un autre côté, le compost allège les lourds sols argileux, leur donne une structure aérée et apporte d’une manière générale de la nourriture aux vers de terre et aux micro-organismes sans lesquels absolument rien ne peut fonctionner dans le sol des jardins. Vous devrez toutefois éviter les erreurs suivantes lors de la création d’un silo de compost.

1. Installer le compost dans un endroit approprié

D’une manière générale, le plein soleil est tabou: Un composteur a besoin d’un emplacement à l’ombre ou à mi-ombre qui soit facilement accessible avec une brouette. Un cadre solide mais obligatoirement perméable à l’air retient bien les ingrédients ensemble si bien que le vent ne peut pas soulever le compost. Dans l’idéal, on peut ouvrir le silo facilement sur un côté pour retirer le compost prêt. Un contact direct avec le sol naturel du jardin est essentiel, de manière à laisser entrer facilement les vers de terre et d’autres micro-organismes et à laisser s’écouler l’eau d’infiltration. Car le tas de compost n’aime pas non plus l’humidité.

Thermo-composteur

On installe les composteurs volontiers un peu à l’écart cas ils ne sont pas particulièrement esthétiques.

Pour éloigner les campagnols et autres hôtes indésirables du tas de compost, vous devez entourer le silo hermétiquement avec un grillage à mailles serrées. Un composteur est généralement plus tôt laid. Cachez-le alors si possible derrière un buisson ou une haie et pensez aussi à vos voisins. Car eux non plus ne veulent pas avoir le compost dans leur champ de vision depuis leur lieu de repos.

2. Composter de mauvais ingrédients

Le compost a beau être glouton, il ne digère pas tout. Il accepte les déchets organiques comme les feuilles, les restes de vivaces, la tonte de pelouse, les déchets alimentaires, le bois haché, les cendres pures de bois ou les sachets de thé. Vous pouvez même composter les dalles de gazon si vous les posez dans le silo de compost avec la terre sur le dessus. Les branches et les brindilles ne peuvent être ajoutés au compost que si elles sont réduites en petits morceaux. Le matériau organique est progressivement transformé en humus par des micro-organismes, des vers de terre et d’autres habitants du sol. Mais avec les restes alimentaires cuits, les feuilles de chêne, de grosses branches ou des branches de thuyas, ils ont des problèmes de digestion. La viande, les os et les restes alimentaires cuits sont un tabou absolu, ils attireraient les rats! De même, les végétaux malades et les mauvaises herbes à racine pivotante n’y ont pas plus leur place que les pelures de fruits traités, les magazines ou les restes de carton imprimés en couleur. Recouvrez le matériau léger avec de la terre pour que le vent ne le renvoie pas d’une rafale dans le jardin.

Composter des déchets verts

Les déchets verts peuvent être ajoutés sans hésitation au compost, à condition qu’ils ne proviennent pas de plantes malades.

3. Organiser un désordre sauvage

Seul le bon mélange fait la différence: Un tas d'ingrédients jetés au hasard dans une pile crée un tas de boue moisie ou les ingrédients ne se décomposent tout simplement pas. Quand les vieux jardiniers disent que le mot compost vient du mot composition, ils ont raison! Ce n’est qu’avec un bon mélange des éléments que le processus de décomposition se déclenche rapidement, et ce n’est que de cette façon que la température à l’intérieur du compost monte jusqu’à plus de 60 degrés ce qui détruit les graines des mauvaises herbes et les ravageurs du sol. En revanche, si on jette tout en tas dans le désordre, le compost reste froid et les graines de galinsoge & Cie restent intactes: le compost devient alors un diffuseur de mauvaises herbes!

Par conséquent, alternez des couches sèches de bois haché ou de tailles d’arbustes avec des couches humides de tonte de gazon ou de pelures de fruits. Cela demande du travail, mais le résultat en vaut la peine. L’intérieur du compost reçoit alors l’humidité nécessaire mais il n’est pas gorgé d’eau. Si après avoir tondu la pelouse, vous avez des montagnes d’herbes, mélangez-les avec du bois haché ou du papier journal déchiré. Comme bien entendu, on ne taille pas en permanence n’importe quelles branches, vous pouvez aussi garder du bois haché de vos opérations de taille de l’automne ou du printemps et les mélanger au fur et à mesure. Evitez aussi de déposer des filtres à café ou des épluchures de pommes de terre toujours au même endroit du tas de compost, cela ralentit la décomposition.

Mélanger les déchets pour le compost

Si vous voulez un compost de qualité, il faut mélanger les déchets.

4. Répartir les mauvaises avec le compost

Même si le compost est riche, c’est souvent un vrai diffuseur de mauvaises herbes: Le compost est à peine épandu au printemps sur les massifs et voilà que dès les semaines suivantes, le mouron et la galinsoge germent partout. C’est pourquoi vous devez lutter plutôt jeter les mauvaises herbes à racine pivotante comme le chiendent ou l’herbe aux goutteux dans la poubelle pour déchets végétaux et composter les mauvaises herbes à graines comme la galinsoge exclusivement avant leur floraison. On ne peut pas éviter que des graines de mauvaises herbes ne soient transportées par le vent sur les silos de compost ouverts, cela ne peut se faire qu’avec des composteurs rapides.

5. Ne pas arroser le compost

Arroser le compost? Oui, quand il fait très chaud, vous ne devez pas arroser seulement vos plantes mais aussi le compost. Cela maintient l’activité des micro-organismes et de la décomposition. Une odeur de moisi est un signe de pourriture, il y a quelque chose qui ne fonctionne pas avec l’écoulement de l’eau vers le jardin. La pourriture est alors liées à des éléments trop mouillés. Des fourmis sont un indicateur d’un compost trop sec, dans ce cas, il faut arroser plus.

Mouiller le tas de compost

Pour que la décomposition se poursuive, le compost ne doit pas se dessécher, même pendant les étés chauds.

Au bout d’environ une année, le compost est prêt à être utilisé dans le jardin après avoir été purifié: Pour cela, tamisez des pelletées de compost dans un crible à compost avec un maillage d’un à deux centimètres, par exemple du grillage contre les lapins, que vous tiendrez à l’oblique. Le tamis retiendra les cailloux, les petites branches et les autres déchets présents dans le compost et ne laissera passer que l’humus aéré prêt à l’emploi. On peut fabriquer soi-même un crible à compost en quelques étapes..

Comment avez-vous trouvé cet article?