Plantes

Erable sycomore

Acer pseudoplatanus

Le sycomore est la plus grande espèce d’érable de nos régions et également une des plus grandes du monde. Des variétés au feuillage multicolore et à croissance faible comme ’Brillantissimum’ sont aussi très appréciées comme plantes de jardin.

Type de croissance
  • Arbres à feuilles caduques
  • Arbre principal
Hauteur de croissance (à partir de)
de 2500 cm à 4000 cm
Largeur de croissance (à partir de)
de 1500 cm à 2500 cm
Caractéristiques de la croissance
  • en forme de parapluie
  • invitant
  • debout
Couleur de la fleur
  • vert
  • jaune
Temps de floraison (mois)
  • Mars à Juin
Forme de la fleur
  • Cluster
Caractéristiques des fleurs
  • non rempli
  • monoïque
  • hermaphrodite
  • peu impressionnant
Couleur des feuilles
  • vert
Forme de la feuille
  • pentalobé
Propriétés des feuilles
  • Coloration d'automne
Couleur des fruits
  • brun
  • vert
Forme du fruit
  • fruits à coque
  • Fruits fissiles
Caractéristiques des fruits
  • toxique
  • Auto-ensemencement
Lumière
  • ensoleillé à semi-ombragé
Type de sol
  • sable à loamy
Humidité du sol
  • frais à humide
Valeur du pH
  • alcaline à faiblement acide
Tolérance à la chaux
  • amateur de citron vert
Besoins en nutriments
  • riche en nutriments
Humus
  • riche en humus
valeur décorative ou utilitaire
  • Décoration de feuilles
  • Bijoux en écorce
  • une croissance pittoresque
  • Protection des oiseaux
  • Nectar ou plante à pollen
  • plante sauvage indigène
Toxicité
  • faiblement toxique
Dureté de l'hiver
  • hardy
Les zones climatiques selon l'USDA
  • 5
Utilisez
  • Position unique
  • Arbre d'habitation
  • Les plantes ligneuses paysagères
  • Écologisation des routes
Style de jardin
  • Facilités de stationnement
  • Jardin forestier
  • Cimetière
Ami des abeilles
plante amie des abeilles

Origine

Le centre de la zone de répartition du sycomore (Acer pseudoplatanus) se trouve en Europe Centrale et du Sud ainsi que dans la région de la Mer Baltique, dans les Pyrénées et en Asie occidentale. Il préfère surtout les régions montagneuses où il pousse dans des peuplements mixtes en compagnie de hêtres, de sapins et d’épicéas. Dans les Alpes centrales et orientales, on le rencontre jusqu’à une altitude de 2000 mètres. Du fait de sa domination par rapport à d’autres espèces d’érables, il peut même former par endroits des peuplements purs, plus on monte en altitude. Des falaises avec des éboulis et des vallées humides sont les implantations favorites du sycomore. On ne sait pas encore bien où se trouve la limite septentrionale naturelle de sa répartition. De nos jours, il pousse aussi en Scandinavie et en Ecosse. Le sycomore a déjà complètement conquis l’Angleterre et l’Irlande après y avoir été implanté par l’homme au 15ème siècle.

En Europe, le sycomore est un arbre forestier important. Il fait partie des essences nobles de feuillus et est surtout très recherché par les facteurs d’instruments. Il ne sert pas seulement pour les côtés de instruments à cordes, mais aussi pour ce qu’on appelle la résonance des guitares, des flûtes de Pan et d’autres instruments. En raison de sa couleur claire, le bois de sycomore est aussi très demandé dans l’industrie du meuble en tant que bois massif ou comme placage ainsi que pour l’aménagement intérieur, notamment pour des plateaux de tables et des parquets. On fabrique souvent des manches d’outils en bois de sycomore car il garde mieux la chaleur de la main que le bois de hêtre, par exemple.

Les feuilles du sycomore étaient autrefois utilisées en médecine en cataplasmes refroidissants en cas d’abcès, d’œdèmes des membres, de fièvre ou de piqûres d’insectes.

Port

Le sycomore est la plus grande espèce d’érable européen. ll atteint entre 25 et 30 mètres de hauteur, voire 40 mètres quand il est à l’étroit dans la forêt et 15 à 20 mètres de largeur. Les sujets isolés peuvent même atteindre une largeur de cime de 25 mètres. Chez les arbres jeunes et serrés, la couronne est généralement ovale, chez les arbres plus âgés et isolés en large ovale. Au début de sa croissance, le sycomore pousse d’environ 80 centimètres par an, par la suite sa croissance annuelle est encore de 40 à 50 centimètres. L’écorce des tiges est gris brun à vert olive et les bourgeons d’hiver sont d’un vert vif. Cette caractéristique importante le distingue de l’érable qui porte des bourgeons d’hiver rouges. L’écorce gris argenté du tronc forme des écailles qui se détachent par plaques, comme chez les platanes, ce qui a d’ailleurs valu au sycomore le nom botanique de l’espèce «pseudoplatanus».

Ecorce du Sycomore Acer pseudoplatanus

L’écorce du sycomore s’écaille par plaques comme celle des platanes

Feuilles

Les feuilles du sycomore sont persistantes, opposées et leur forme ressemble à celles des feuilles de l’érable plane. Les cinq lobes de la feuilles sont fendus jusqu’à la moitié et leur extrémité n’est pas aussi pointue que chez l’érable plane. Alors que la partie inférieure de la feuille du sycomore est gris vert et recouverte d’un duvet gris, la partie supérieure est vert foncé. Les feuilles ne produisent pas de latex. Les feuilles sont particulièrement belles en automne quand elles se colorent de teintes allant du jaune d’or au rouge clair.

Fleurs

Le sycomore commence à fleurir au bout d’une trentaine d’années. Ce n’est qu’après le débourrage en mai ou en juin que ses fleurs discrètes apparaissent en grappes retombantes vert jaune. Elles ne sont donc pas aussi remarquables que chez l’érable plane qui fleurit bien avant la pousse des feuilles. Les fleurs sont hermaphrodites, mais même souvent chez certaines fleurs, les caractéristiques parfois mâles et parfois femelles sont inhibées si bien que les fleurs peuvent être presque unisexuées.

Inflorescence du sycomore Acer pseudoplatanus

Les inflorescences sont relativement discrètes car elles se développent seulement après le débourrage.

Fruits

Les fruits ailés du sycomore qui arrivent à maturité en automne, vers le mois de septembre, sont particulièrement remarquables. Les ailes sont disposées perpendiculairement les unes aux autres et les fruits secs pendent par paires en petits groupes dans les inflorescences. La disposition perpendiculaire est d’ailleurs un signe distinctif qui différencie les fruits de ceux de l’érable plane dont les ailes du fruit forment un angle plus obtus. Les fruits longs de trois à cinq centimètres sont disséminés par le vent et peuvent parcourir d’assez longues distances grâce à leurs «hélices».

Emplacement

Le sycomore n’est pas exigeant en ce qui concerne son emplacement. Il préfère toutefois un emplacement ensoleillé à semi-ombragé. Dans les premières années, le sycomore supporte très bien l’ombre et pousse assez bien sous les cimes d’autres arbres. Ce n’est qu’à l’âge adulte qu’il a besoin de plus de luminosité, mais pas pour autant d’une exposition en plein soleil. En outre, il lui faut une certaine humidité ambiante qu’il trouve dans les régions montagneuses très boisées. L’air sec et chaud des villes ne lui convient pas.

Sol

Pour le sol, le sycomore n’a pas d’exigences particulières. Il préfère les sols frais à humides, profonds et calcaires. Il ne supporte pas l’eau stagnante mais apprécie tout de même les eaux courantes souterraines. Les emplacement secs à l’espace restreint pour les racines lui causent des problèmes, c’est pourquoi il convient moins bien comme arbre de rue ou de ville.

Plantation

En raison de sa grande taille à l’âge adulte, prévoyez absolument assez d’espace avant de planter un sycomore. Plantez cet arbre de préférence en automne pour qu’il puisse d’abord concentrer son énergie sur la formation de ses racines. Choisissez un emplacement suffisamment spacieux pour l’arbre et creusez un large trou. Pour les arbres à racines nues, la terre pourra bien s’infiltrer entre les racines si vous secouez le tronc dans tous les sens en replaçant la terre. Ceci n’est bien entendu pas nécessaire pour les sujets aux racines en mottes et en pot. Il est important de ne pas planter l’arbre plus profondément qu’il ne l’était auparavant en pépinière. Remblayez bien le sycomore après la plantation en l’arrosant et tuteurez les sujets assez grands avec un piquet.

Soins

Les jeunes sycomores doivent être arrosés en quantité suffisante pour pouvoir bien s’enraciner. Les arbres bien enracinés n’ont besoin d’être arrosés qu’en cas de sécheresse durable en été. Comme le sycomore a un système racinaire profond, in faut l’arroser rarement mais de manière intensive en faisant bien pénétrer l’eau. Une couche de mulch de compost d’écorce autour des racines est bénéfique pour ces arbres car elle conserve l’humidité du sol.

Taille

Il n’est pas nécessaire de tailler les sycomores régulièrement. Si vous voulez tailler la couronne pour la réduire, la fin de l’été sera le bon moment car le sycomore saigne fortement si on le taille en hiver. Il est important de ne pas toucher à l’aspect naturel de la couronne. Supprimez alors complètement certaines branches ou dérivez-les sur des tiges secondaires.

Sycomore Acer pseudoplatanus

Les sycomores sont de véritables géants et ne conviennent donc qu’aux très grands jardins ou aux parcs.

Utilisation

Le sycomore est un grand arbre imposant qui convient parfaitement aux paysages ouverts, aux jardins vastes et aux parcs. Avec sa canopée compacte, c’est un somptueux arbre d’ombrage. On l’utilise aussi souvent pour des opérations de reboisement et de renaturation de paysages ouverts. Comme arbre de rue, le sycomore n’est pas le choix idéal, il existe cependant quelques variétés de culture qui s’accommodent mieux des conditions de croissance en ville que l’espèce sauvage.

Le sycomore «Brillantissimum’ est un arbre solitaire à croissance faible qui convient aussi aux jardins domestiques assez petits. Au printemps, au moment de la pousse des feuilles, il attire les regards par son feuillage jaune-rose et il est toujours très apprécié pour les jardins à l’anglaise. Les sujets au port buissonnant constituent un très bel arrière-plan pour le lilas de Chine (Syringa chinensis) et le lilas commun (hybrides de Syringa Vulgaris).

Pour de nombreuses espèces d’oiseaux, les insectes, les champignons et aussi le gui, les sycomores sont des arbres-hôtes essentiels. Les graines font le régal des écureuils, des souris, des gros-becs et d’autres animaux. Le sycomore est par ailleurs un des meilleurs fournisseurs de pollen et de miel.

Variétés

Le sycomore ‘Brillantissimum’ convient aussi aux petits jardins

Le sycomore ‘Brillantissimum’ convient aussi aux petits jardins

  • ‘Atropurpureum’: hauteur 20 à 25 mètres; port large; remarquable coloration rouge à pourpre de la partie inférieure des feuilles qui donne à l’ensemble de l’arbre un aspect plus sombre
  • ‘Brillantissimum’: buisson de taille moyenne ou petit arbre greffé de haute tige à la couronne compacte et largement arrondie; au printemps, feuillage jaune-rose, puis jaune d’or, ensuite à taches jaune clair.
  • ‘Erectum’: hauteur 12 à 20 mètres; couronne très érigée, ensuite plus ovale; sensible à la sécheresse durable et à la chaleur
  • ‘Leopoldii’: hauteur 12 à 18 mètres; port en pyramide large; feuilles tachées de jaune clair; légèrement poudrées de rose lors du bourgeonnement
  • ‘Negenia’: hauteur 20 à 30 mètres; couronne en pyramide étroite; arbre de rue pour les espaces réduits; plus adapté au climat urbain que l’espèce sauvage

Multiplication

De tous les érables, le sycomore est celui qui se ré-ensemence avec le plus d’intensité: les jeunes plants apparaissent par exemple souvent sous la forme de «mauvais bois» tenace dans les haies. Si vous voulez semer vous-mêmes des pieds, vous devez collecter les graines mûres à l’automne, en retirer les ailes et les semer directement en pleine terre dans un massif. L’humidité hivernale et les variations de températures assurent une stratification naturelle des graines. Elles perdent ainsi leurs inhibiteurs de germination et s’épanouissent assez uniformément au printemps.

Les variétés sont multipliées sans aucune exception par greffe sur des plantules de deux ans en général qui poussent en pleine terre. La greffe se fait par la méthode dite de l’écussonnage au cours de laquelle on insère en été un œil derrière l’écorce du support bien enraciné.

Maladies et parasites

Les sycomores sont très robustes et ne sont pas souvent visités par les parasites quand ils sont plantés dans un emplacement idéal. En cas de manque d’eau permanent et en raison du stress que cela entraine, ils peuvent toutefois être sujets à des maladies fongiques. C’est la raison pour laquelle le sycomore convient moins bien comme arbre de rue en ville. Les pucerons apparaissent souvent, particulièrement en juillet. Les araignées rouges s’attaquent à l’arbre surtout dans l’atmosphère sèche et chaude de la ville. L’infestation par le mildiou est généralement favorisée par le stress lié à la sécheresse et se manifeste sous la forme d’un dépôt blanc sur la partie supérieure des feuilles. On trouve parfois des eriophydes galliformes sur les sycomores. Ils se manifestent par des gales en boule ou côniques sur les feuilles qui ne sont toutefois pas problématiques pour les plantes.

Comment avez-vous trouvé cet article?